[68] Haut-Rhin magazine n°23 sep/oct 2008
[68] Haut-Rhin magazine n°23 sep/oct 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de sep/oct 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Haut-Rhin

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : opération « 3 jours pour mieux nous conduire ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 à la une Bilingue, c’est mieux ! L’apprentissage précoce de l’allemand et la possibilité de devenir bilingue est une chance que le Conseil Général veut donner au plus grand nombre de jeunes. Les communes qui désirent développer une voie bilingue et nécessitent pour cela des locaux sont aidées jusqu’à hauteur de 80% du montant des travaux. Ci-dessus l’une des dernières réalisations en date, à Morschwiller-le-Bas. haut-rhin Tous branchés ! Ça y est, le câblage des collèges hautrhinois est achevé. Les quelque 30 000 collégiens du Haut- Rhin ont désormais la possibilité de se brancher à 9 000 points d’accès informatiques. Coût des travaux : 5,5 millions d’euros. La grande famille Un passeport pour l’aventure Se défouler, aller à la rencontre de l’autre dans un esprit de saine compétition et de franche camaraderie : c’est tout l’esprit de Pass’Sport Aventure. Jusqu’à présent, cette journée se déroulait uniquement sur le plan d’eau de Reiningue, mais son succès a incité le Département à l’étendre sur sept autres sites cette année. Excellente intégration du personnelTechnique,Ouvrier et de Service (TOS) des collèges.Près de la totalité des 555 agents TOS du Département ont exercé leur droit d’option et intégré l’administration départementale. Ils font désormais partie de la « grande famille » du personnel départemental, 2 ans seulement après l’entrée en vigueur de la loi qui décidait de leur transfert à notre collectivité.
« L’école, c’est l’affaire de tous » les méfaits de l’abus de tabac ou d’alcool mais restent parfaitement muettes sur les dangers de l’excès de télé ou d’internet. Voilà des années que je constate les méfaits du passage de l’heure d’été à l’heure d’hiver ou vice-versa. Ce ne sont là que quelques exemples pour dire que l’éducation,ce n’est pas qu’à l’école qu’elle se fait.Un système éducatif performant se doit d’être au cœur d’un authentique et vaste projet de société. L’excès de jeux vidéo n’explique pas à lui seul l’échec scolaire. Bien sûr que non. Le chômage, la séparation des parents et bien d’autres situations douloureuses sont à l’origine de nombreux cas.Par ailleurs, des enfants ont des difficultés d’apprentissage parce qu’ils souffrent d’un handicap. A ces derniers, ainsi qu’à leurs familles, nous pouvons aujourd’hui proposer des méthodes et des lieux de formation plus adaptés. Grâce notamment au Conseil Général et à sa Maison départementale du handicap qui fédère toutes les volontés et toutes les énergies. Psychologue scolaire, exerçant depuis une dizaine d’années, dans une vallée haut-rhinoise, Philippe Meyer est l’auteur de « Apprendre ou à laisser » récemment paru aux éditions Ramsay. Un livre de cœur et de raison pour tous les parents angoissés par l’avenir de leurs enfants. Philippe Meyer, votre livre serait-il un nouveau témoignage à charge sur la défaite de l’école ? Bien au contraire, mon essai serait plutôt un coup de gueule contre la « littérature » à laquelle vous faites référence (« La fabrique du crétin », « Et vos enfants ne sauront pas lire, ni compter »), qui massacre le système, affole les parents et alimente leur angoisse. Certains auteurs, arguant de l’incompétence de l’école, vont jusqu’à préconiser aux parents d’enseigner eux-mêmes la lecture à leurs enfants.Non seulement de tels ouvrages discréditent toute une profession mais ils renforcent le désarroi des parents et surtout peuvent avoir des conséquences catastrophiques pour l’enfant.Le problème de l’échec scolaire est d’une formidable complexité, et il n’y a jamais de réponse simple et unique à un problème complexe. Parlons-en de ces causes qui mènent à l’échec scolaire Les détracteurs de l’école mettent souvent en avant le faible niveau de connaissance des enfants d’aujourd’hui par rapport à ceux d’hier. De telles comparaisons n’ont pas de sens dans la mesure ou leurs savoirs ne sont absolument pas les mêmes. Face à l’obligation imposée à l’école d’apprendre aux enfants à nager,de leur inculquer les rudiments en informatique et accessoirement, s’il reste un peu de temps, de leur apprendre à lire et à compter,je trouve que l’institution se débrouille plutôt bien. Mais l’école ne peut pas tout et notre société manque cruellement d’une vision globale pour le bienêtre de nos enfants. Des chaînes publiques diffusent des dessins animés après 20h. Ces mêmes chaînes multiplient les messages sur Votre essai pointe du doigt un certain nombre de problèmes spécifiques à l’école : l’obsession de la norme, la frénésie d’évaluation, le mythe de l’homogénéité des classes… 8 enfants en difficulté sur 10 qu’il m’est donné de rencontrer ont en commun d’avoir très mal vécu leur entrée en maternelle.Probablement parce qu’ils n’étaient pas prêts à s’immerger dans un milieu nouveau,que les parents eux-mêmes étaient réticents à confier leurs enfants à des inconnus. Cette réalité doit inciter tous les enseignants à être extrêmement vigilants sur l’accueil, à ne pas travailler dans l’urgence, à être souples, à tenir compte des différences et des rythmes propres à chaque enfant. Un vœu utopique, non ? Les solutions existent. En de multiples occasions déjà -dans une école,au cœur d’un quartier, d’un village…- j’ai eu l’occasion de vivre des expériences utiles à l’avenir des enfants.Toutes ces belles initiatives, convoquons les, asseyons nous autour d’une table et, c’est ma certitude, nous irons de l’avant. Haut-Rhin magazine N°23 - Septembre-Octobre 2008 « Apprendre ou à laisser » L’école sous l’œil de Darwin par Philippe Meyer aux Editions Ramsay haut-rhin 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :