[68] Haut-Rhin magazine n°15 mai/jun 2007
[68] Haut-Rhin magazine n°15 mai/jun 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de mai/jun 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Haut-Rhin

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : Clovis Cornillac tourne à Labaroche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
Photo : F. Guth 38 territoires haut-rhin Il était une fois… Au début il y avait le Rhin,un fleuve libre et sauvage.Jusqu’à l’excès parfois.Vaste torrent de montagne alimenté par les eaux de fonte des Alpes Suisses, le Rhin s’engouffre fougueux en Alsace,divague à travers la plaine, entremêlant ses bras et ses anastomoses, changeant de lit au gré de ses crues et de ses humeurs. Certes, il ne faisait pas toujours bon vivre auprès de ce fleuve capricieux,mais il constituait un milieu de vie d’une magnifique exubérance. Aménagé sans ménagement Les populations des bords du Rhin ont tenté dès le Moyen Age d’aménager le fleuve afin de protéger leurs villages de ces crues destructrices, pour gagner des terres arables, faciliter la navigabilité du cours d’eau… Mais systématiquement le fleuve aura raison de la précarité de ces mesures de protection. Au 19 e siècle toutefois, de titanesques travaux de rectification, conçus et exécutés sous l’égide de l’ingénieur badois Tulla, vont définitivement dompter l’impétuosité du Rhin.Ces grands travaux ont consisté d’une part à confiner le lit dans un chenal unique rectifié, c’est-à-dire quasi rectiligne, et d’autre part à contenir les inondations dans un lit majeur limité par d’importantes digues.Des travaux efficaces certes, mais aux conséquences inattendues. Un équilibre rompu On le commande bien à la nature quand obéissant à ses lois affirmait le grand agronome Olivier de Serres. Pour avoir dérogé à ce sage précepte,le projet d’aménagement du Rhin aura connu bien des vicissitudes.Raccourci d’une trentaine de kilomètres entre Bâle et Lauterbourg,soit 15% de sa longueur,le Rhin voit son équilibre rompu. L’accélération de la vitesse de l’eau a pour conséquence d’augmenter les capacités d’érosion du fleuve qui, en quelques années,va surcreuser son lit de 5 à 10 mètres selon les endroits. Près de Kembs émerge ainsi la barre rocheuse d’Istein, ce qui a pour conséquence d’interdire définitivement aux bateaux l’accès au port de Bâle. Un projet d’une grande audace La famille Koechlin occupe à elle seule deux à trois pages du plus modeste des dictionnaires. Aux côtés de Charles, le Photo : F. Guth
Photo : EDF Le grand canal d’Alsace René Koechlin compositeur, Daniel, le chimiste,Jean-Jacques, l’homme politique et Nicolas,le promoteur du chemin de fer, René, l’ingénieur, frère cadet de Maurice, le concepteur de laTour Eiffel.Né à Buhl, dans la vallée de Guebwiller, en 1866,René Koechlin travaille à l’étude pour la construction du tunnel du Simplon, réalise entre autres les tramways de Fontainebleau et de Poitiers. Mais c’est à la construction d’usines hydroélectriques qu’il s’intéresse tout particulièrement. Dès 1893, il envisage l’utilisation de la force du Rhin pour la production d’énergie électrique. Dix ans plus tard, il présente à la société industrielle de Mulhouse le projet détaillé d’une usine hydroélectrique réalisée en partie sur un canal latéral du Rhin. Pour Roue de turbine à hélice verticale en exploitation dans l’usine de Kembs de 1932 à 1981. D’une puissance de 26 900 KW, sa masse est de 55 tonnes et son diamètre de 5,6 mètres. l’époque, le projet est d’une ampleur et d’une audace exceptionnelles.De longues années de négociations s’ouvrent avec les gouvernements des pays riverains du fleuve,que la Première Guerre mondiale viendra interrompre. Le chantier du siècle Chantier du canal, 1950 A la fin du premier conflit mondial,la géopolitique de l’espace rhénan est profondément bouleversée.La France victorieuse a en effet obtenu du traité de Versailles l’usage exclusif du Rhin a des fins hydroélectriques et le droit de construire un Photo : EDF « Une société de plus en plus énergivore » Commencée en 1928, la construction de la centrale hydroélectrique de Kembs s’achève en 1932. L’usine produit 0,9 milliard de Kwh, soit plus de 6% de la production électrique nationale qui, à l’époque, s’élève à quelques 16 milliards de Kwh. En 2006, les dix centrales du Rhin contribuent à hauteur de 20% à la production hydroélectrique d’EDF France. Qui elle-même ne représente que 11% du total de l’énergie électrique produite Le creusement du grand canal d’Alsace a suscité la création de plusieurs ports et zones industrielles le long de la bande rhénane. A Ottmarsheim-Chalampé, Neuf- Brisach, et indirectement à Mulhouse-Ile Napoléon,grâce à l’aménagement à grand gabarit du vieux canal de Huningue greffé sur le grand canal d’Alsace à Niffer. haut-rhin 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :