[68] Haut-Rhin magazine n°12 nov/déc 2006
[68] Haut-Rhin magazine n°12 nov/déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de nov/déc 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Haut-Rhin

  • Format : (215 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 14,9 Mo

  • Dans ce numéro : cinq jours avec les professionnels du centre médico-social de Saint-Louis.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Routes nationales Changement de propriétaire Des 286 km de routes nationales que compte le Haut-Rhin, l'Etat n'en conservera que146. Au Département désormais de gérer 140 kilomètres de voies supplémentaires. Le processus avait été engagé il y a plus de 20 ans. Les lois Deferre donnaient aux départements une autonomie exécutive et en faisaient des collectivités territoriales. Deux décennies après cette première étape, une nouvelle loi, en transférant aux départements des compétences supplémentaires, étend leurs responsabilités. Début 2006,est entré en vigueur l'un des principaux transferts prévus par la loi de décentralisation d'août 2004 : la gestion d'une partie importante du réseau de routes nationales qui relevait jusque là des services de l'Etat. L'usager n'y perdra pas, bien au contraire. Les services départementaux prouvent 10• haut-rhin au quotidien leur savoir-faire en entretenant, exploitant, et développant près de 2 400 km de routes départementales. Il est certain toutefois que cette nouvelle compétence porte en germe des charges financières supplémentaires pour notre collectivité. Même si l'Etat a annoncé le transfert aux départements des ressources qu'il consacre aujourd'hui à la gestion des routes, il ya fort à parier que cette dotation sera insuffisante. Parce qu'il s'agit d'un service essentiel qui contribue au bien-être quotidien des Haut-Rhinois, le Conseil Général a décidé de l'assumer avec coeur et conviction. Le saviez-vous ? Le premier bornage semble être apparu il y a 6 cioo ans environ sous la forme d'un menhir. Entre-temps, une infinie variété de bornes a vu le jour. Le véritable pionnier de la signalisation routière est André Michelin. Dès le lendemain de la première guerre mondiale, il entreprend l'étude d'un appareil de signalisation qui regrouperait sur un seul support toutes les informations nécessaires au bon cheminement de l'automobiliste. Ce sont les fameuses plaques de laves émaillées fixées sur un support en béton armé. Ces plaques sont aujourd'hui obsolètes car remplacées par la signalisation directionnelle. De nos jours, les bornes conservent toujours une fonction d'information puisque le numéro qui y figure, dès lors que l'on dispose d'une carte, permet de vérifier si l'on circule sur la bonne route. Leur fonction principale toutefois est de servir de repère géographique aux services gestionnaires de la voirie, aux services de secours ou de gendarmerie. Les tes concernée• a RN415, co• u : on omme à la frontière allemande devient la RD4-15. La RN 83, de Houssen jusqu'à la A36 devient la RD83. Le tronçon entre Pont d'Aspach et la limite avec le Territoire de Belfort devient la RD483. La RN59 entre Lièpvre et le col de Sainte-Marie-aux-Mines devient la RD459
Habitat social Il faut mieux faire ! C'est une première dans le Haut-Rhin. La rencontre, ce.18 novembre, des principaux acteurs dans le domaine de l'habitat social. Echanger, débattre, dresser l'état des lieux pour mieux agir. Une maison à soi avec une cheminée qui fume, comme dans les dessins d'enfants. Une odeur de tarte aux pommes quand dehors il fait froid. Et le bruit du parquet qui grince. Des maisons, nous avons tous pleins la tête. Et pourtant, avec la crise actuelle du logement, seuls les rêves n'ont pas perdu de terrain. Un Département qui s'engage Depuis le 1er janvier 2006, le Conseil Général a compétence dans le domaine de l'aide à la pierre. Acteur essentiel de la solidarité, notre collectivité souhaitait également avoir une place déterminante dans le financement des logements locatifs sociaux. C'est pourquoi, il a accepté cette nouvelle compétence déléguée par l'Etat. Malgré de nombreuses incitations financières et une réelle volonté politique,force est de constater une nette baisse de la construction de logements sociaux. La demande est réelle et forte pourtant. C'est que la politique du logement social souffre de nombreux maux. Mieux les identifier pour pouvoir y apporter des solutions plus pertinentes, susciter une réelle prise de conscience de l'importance des enjeux en matière d'habitat, sont quelques-uns des objectifs des « 1ères Rencontres de l'habitat dans le Haut-Rhin », une initiative du Conseil Général. Une journée d'échanges et de débats qui réunira maires, parlementaires, architectes, opérateurs privés du public, responsables associatifs... Pour aboutir à une culture commune et susciter une offre adaptée aux besoins. Stop aux idées reçues Il se construit entre 4 soo et 5 000 logements par an,dans le Haut-Rhin. Un nombre insuffisant. Cette pénurie est la conséquence d'une raréfaction du foncier disponible mais elle reflète aussi et surtout la réticence de nombreux élus à faire construire des logements sociaux dans le périmètre de leur commune. Trop nombreux encore sont les maires qui redoutent une dégradation de l'image de leur ville ou de leur village, parce qu'ils associent logements sociaux et gros plan concentration de population à faibles revenus et en détresse sociale. Or avec le vieillissement de la population, l'éclatement de la cellule familiale traditionnelle -les ménages augmentent deux fois plus vite que la population- c'est un nombre chaque année croissant de personnes de toutes origines sociales et de tous niveaux de revenus, qui est en quête d'un logement adapté. Les 1ères Rencontres de l'habitat dans le Haut-Rhin,c'est aussi cela : s'emparer d'un certain nombre d'idées reçues et leur tordre le cou. Niedermorschwihr Les lare'Rencontres de l'habitat s'adressent exclusivement aux professionnels. Pour toute question relative à l'habitat, l'Agence départementale d'information sur le logement du Haut-Rhin (ADIL68) se tient à votre disposition (service gratuit). A Colmar : rue Camille Schlumberger Tél. 03 89 21 75 35 A Mulhouse : 28 rue des Franciscains Tél. 03 89 46 79 50 www.adi Lorg/68 r haut-filin• il



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :