[68] Haut-Rhin magazine n°1 jan/fév 2005
[68] Haut-Rhin magazine n°1 jan/fév 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de jan/fév 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Haut-Rhin

  • Format : (215 x 280) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 11,0 Mo

  • Dans ce numéro : prévenir les risques d'inondation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
action A une epoque pas si lointaine, il etait encore courant pour un jeune couple de travailler, de se marier et de mettre au monde ses enfants non loin de l'endroit où lui-même avait grandi. Les grandsmères étaient des nounous toutes trouvées et fort dévouées. Mais aujourd'hui, pour nombre de jeunes parents, les choses ne se présentent plus ainsi. Souvent contraints, pour raisons profession ne I les, de s'éloigner, ceux-ci ne peuvent plus compter sur la solidarité familiale pour garder leurs enfants. L'accueil à domicile : un mode de garde privilégié L'accueil de l'enfant par une assistante maternelle apparaît dès lors comme une solution privilégiée tant en milieu rural qu'urbain. Notre département en compte à ce jour un peu plus de 5 000, agréées par le Conseil Général du Haut-Rhin pour exercer cette profession et accueillir à leur domicile dei à 3 enfants. Leur compétence s'appuie le plus souvent sur l'expérience éducative acquise avec leurs propres enfants, complétée par 6o heures de formation obligatoire dispensées par le Conseil Général sur les deux premières années d'exercice de la profession. Car il s'agit bien d'une profession avec ses cadres légaux tant en matière d'horaires que de congés payés... et ses obligations bien sûr. C'est pour les soutenir dans la professionnalisation de leurfonction que vingt-sept relais assistantes maternelles ont vu le jour depuis une dizaine d'années sous l'impulsion du Conseil Général du Haut- Rhin et de la Caisse d'allocationsfamiliales. Lieux d'informations, de rencontre, de médiation pour les assistantes maternelles, le relais offre également ses services aux parents. Parmi ses missions, le recensement de l'offre en matière de a petite enfance uelques chiffr * Le Haut-R^ compte près de 38 000 familles ayant des enfants de moins de 6 ans. Les couples avec i ou 2 enfants représentent 75% de ces familles. n% des familles ayant des enfants de moins de 6 ans sont monoparenta les. 5o% de ces familles monoparentales se concentrent sur Mulhouse et Colmar. 28. : haerhIrl garde à domicile (liste des assistantes maternelles disponibles) mais également en matière de structures d'accueil. L'accueil collectif : une évolution incontestée En matière d'accueil collectif (crèches, haltes-garderies, jardins d'enfants...), notre société se trouve face à des demandes très différentes de celles des parents des générations précédentes. Aujourd'hui l'épanouissement de l'enfant prend une place prépondérante ; les conditions de travail et de vie impliquent des besoins nouveaux en termes d'horaires mais aussi de souplesse afin de s'adapter au travail temporaire, parexemple ; les parents euxmêmes expriment de plus en plus souvent le besoin d'être accompagnés dans leur relation avec l'enfant... Depuis1992, Le taux. - des femmes de 20 39 ans est un critère capital en matière d'accueil des jeunes enfants. Dans le Haut-Rhin il approche les 88%. D'autre part, plus de 6o% des actifs de ao à 39 ans ne travaillent pas dans leur canton de résidence. * source : recensement de 1999 en partenariat avec la CAF*, la DDASS*, la DDJS* et la MSA*, le Conseil Général du Haut-Rhin a accompagné les structures d'accueil pour leur permettre d'évoluer dans ce sens. En intervenant dès l'amorce d'un projet, en restant à l'écoute des professionnels, en les soutenant, en organisant des journées de réflexion et de formations, en favorisant les échanges et les rencontres entre différents modes de garde, en impulsant une politique visant à transformer les crèches et haltesgarderies en multi-accueils le Département a ainsi contribué en douze ans à l'augmentation de so% de la capacité d'accueil en structures collectives sur notre territoire. L'accueil de la petite enfance, facteur d'attractîvité pour un territoire Dans le contexte socio-économique actuel, l'accueil de la petite enfance est devenu un enjeu important dans l'aménagement d'un territoire. Pour répondre à la demande croissante des parents, en termes de quantité et de qualité, la mutualisation des moyens de plusieurs comm unes s'est avérée nécessaire. C'est ainsi que les interco mmu nal ités ont pris une part grandissante dans la mise en place d'une politique petite enfance. Dans notre département 75% d'entre elles ont à ce jour fait le choix de cette compétence, devenant ainsi les initiatrices de nombreux projets de structures d'accueil et par là même les interlocuteurs privilégiés des grands partenaires de la petite enfance. Si l'offre en matière d'emploi sur un territoire donné, son dynamisme économique, son niveau d'équipement ou son cadre de vie constituent des facteurs importants de son attractivité, sa capacité à accueillir les jeunes enfants est aujourd'hui un élément déterminant dans le choix du lieu de vie d'un jeune ménage. * Caisse d'allocationsfamilia les, Direction départementale de l'action sanitaire et sociale, Direction départementa le de la jeunesse et des sports, Mutualité sociale agricole.
1021,..,„ « tr, Iiiikp-i•efflaneada action Questions à Brigitte Klinkert, r 2eVice-Présidente du Conseil Général Conseillère générale du canton de Colmar nord A l'heure actuelle, pensez-vous que l'ensemble du territoire est suffisamment équipé en structures d'accueil de la petite enfance ? Il reste encore beaucoup de choses à faire ! Un tiers du territoire, souvent des espaces enclavés et ruraux, reste à pourvoir en structures d'accueil. Notre action qui a porté ses fruits sur d'autres territoires doit se poursuivre afin d'accompagner, avec nos partenaires, les porteurs de projets locaux. Développer le nombre de places en structures d'accueil de la petite enfance est donc une priorité ? Il y a deux priorités intimement liées : développer le nombre de places tout en veillant à la qualité des projets. s'agit de réfléchir à la place à accorder aux parents dans ces projets d'accueil, veiller à ce que l'offre d'accueil collective et familiale soit suffisamment diverseiée,développer laformation des professionnels de la petite enfance et surtout, permettre à tous l'accès à ces services, sans distinction de ressources et de d ecu/tés. Bien sûr, cela induit des coûts de fonctionnement non négligeables, ilfaudra pouvoir les compenser par la mise en place de structures alternatives et innovantes. Qu'entendez-vous par structures alternatives et innovantes ? Ce sont des structures adaptées aux besoins spécques de chaque territoire. Des exemples existent comme les formules d'accueil itinérantes, les « miditaties » ou des points d'accueil personnalisés et diverseiés chez les assistantes maternelles. Leur objectif : améliorer l'accueil de l'enfant en assurant la continuité de la prise en charge parentale et aussi de permettre à la collectivité de mener sa politique sociale. blerhin• 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :