[67] Tout le Bas-Rhin n°99 jan/fév 2016
[67] Tout le Bas-Rhin n°99 jan/fév 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°99 de jan/fév 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Bas-Rhin

  • Format : (194 x 255) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8,5 Mo

  • Dans ce numéro : 2016, année citoyenne !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
CANTON D’OBERNAI ET TOUT LE 67 Ici on mange local ! Ici on mange local » ont pu afficher 27 restaurants scolaires de collèges gérés par le Conseil Départemental, le 15 octobre dernier. Leurs menus étaient en effet composés en moyenne de 87% de produits locaux ce jour-là. A Wissembourg, la sauce aux figues servie provenait même… des arbres du collège ! Cette journée de sensibilisation, qui sera rééditée cette année, était organisée par le Département avec son partenaire, la Chambre d’agriculture. Les produits locaux ne sont cependant pas une nouveauté dans les collèges bas-rhinois. Depuis 2013… « Les collèges de Barr, Heiligenstein et Europe à Obernai ont été les premiers à expérimenter l’augmentation des produits locaux dans leurs approvisionnements dès 2013. Depuis, tous les autres collèges du canton ont adhéré à la démarche », indique Nathalie Ernst, conseillère départementale du canton wu DANS LES RESTAURANTS SCOLAIRES, LA PAUSE DE MIDI DOIT AUSSI ÊTRE UN « MOMENT PLAISIR » Nathalie Ernst, conseillère départementale du canton d’Obernai ÇA, C’EST LE 67 ! 16 d’Obernai. Produits laitiers, viandes, fruits et légumes de saison  : le choix de produits est large. Un catalogue de 70 fournisseurs référencés a même été édité pour aider les restaurants scolaires à « passer au local » et un outil de commande en ligne est sur les rails. « Il y a plus de diversité dans l’assiette, plus de fraîcheur, et, contrairement aux idées reçues, une facture qui peut s’avérer allégée », précise Nathalie Ernst. A Barr, par exemple, le fournisseur de fruits et légumes est situé… à 300m du collège et les glaces proviennent d’une ferme ! Et en même temps, ce sont les circuits courts et l’activité locale qui sont aussi gagnants. 6,80 € REPAS - Le prix de revient d’un repas de restaurant scolaire est de 6,80 € , mais les familles ne payent que 3,20 à 4,55 € , le solde étant pris en charge par le Conseil Départemental Le Conseil Départemental gère les 51 restaurants scolaires des collèges publics du Bas-Rhin. En savoir plus en suivant ce raccourci :lc.cx/44FJ CANTONS DE STRASBOURG 2 I (CENTRE GARE) L’avenir des MJC dessiné dans le Bas-Rhin Le Conseil Départemental a accueilli dans ses locaux la convention nationale des MJC (Maisons des jeunes et de la culture –près de 1100 en France animées par 30 000 bénévoles). Elles ont déterminé leurs priorités pour les prochaines années, pour « donner aux jeunes la liberté et l’envie de s’exprimer, s’engager et d’être acteurs de leur propre vie ». CANTON DE MOLSHEIM ET TOUT LE 67 Non à la misère A l’occasion de la journée mondiale du refus de la misère, le 17 octobre dernier, le Conseil Départemental et ses partenaires avaient ouvert 44 permanences d’accueil, d’information et d’accompagnement partout dans le Bas-Rhin. L’éducation budgétaire, la consommation, le surendettement et le microcrédit social ont été au centre des échanges avec les visiteurs. Une attention particulière a été accordée aux jeunes -3% des 18-25 ans Bas-Rhinois sont surendettés- avec le lancement, annoncé sur le lieu d’une permanence à Molsheim, d’un programme d’ateliers de sensibilisation sur toute l’année 2016. INFO+ 03 88 76 63 58 – Raccourcis pour tout savoir sur les conseils budgétaires pour les familles et les personnes en difficulté :lc.cx/ZtY5/Les aides pour les jeunes :lc.cx/ZU2h
Un territoire dynamique de l’Alsace du Nord Un territoire dynamique de l'Alsace du Nord Nicole Thomas et Denis Hommel nous font découvrir le canton dont ils sont les conseillers départementaux  : celui de Bischwiller, avec ses paysages du Ried et de la bande rhénane, et ses communes dynamiques. Nicole Thomas et Denis Hommel nous font découvrir le canton dont ils sont les conseillers départementaux  : celui de 4ischwiller, avec ses paysages du Ried et de la bande rhénane, et ses communes dynamiques. Quel est votre parcours d’engagement citoyen ? Quel es. YYYG Foui...111. d'engagement citoyen ? NI J'ai commencé dans la vie associative. J'ai été élue municipale pendant 13 ans et maire de Bischwiller pendant 7 ans. Et en tant que conseillère régionale d'Alsace, ma fonction de présidente de la commission Aides aux entreprises m'a particulièrement passionnée. Professionnellement, je viens de l'industrie agroalimentaire. Je suis devenu conseiller municipal, et puis maire d'Offendorf en 1989. J'ai aussi eu un mandat de conseiller régional et je m'investis dans l'action intercommunale, à la communauté de communes du Pays rhénan, au SCOT de la Bande rhénane nord et au Syndicat des eaux et de l'assainissement (SDEA). NT  : J’ai commencé dans la vie associative. J’ai été élue municipale pendant 13 ans et maire de Bischwiller pendant 7 ans. Et en tant que conseillère régionale d’Alsace, ma fonction de présidente de la commission Aides aux entreprises m’a particulièrement passionnée. DH  : Professionnellement, je viens de l’industrie agroalimentaire. Je suis devenu conseiller municipal, et puis maire d’Offendorf en 1989. J’ai aussi eu un mandat de conseiller régional et je m’investis dans l’action intercommunale, à la communauté de communes du Pays rhénan, au SCOT de la Bande rhénane nord et au Syndicat des eaux et de l’assainissement (SDEA). Quel est l'enjeu phare du canton ? NT  : C'est l'emploi pour tous. Notre territoire est attractif. La population des 2 communautés de communes du canton a augmenté de 4,7% pour l'une, de 2,2 pour l'autre (+ 1,8% pour tout le Bas- Rhin). Mais le chômage aussi, même si c'est moins fortement qu'ailleurs. Les entreprises, les habitants, les bénéficiaires du RSA  : nous nous préoccupons de tous. Nous voulons que plus d'habitants trouvent un emploi sur leur territoire  : Quel est l’enjeu phare du canton ? NT  : C’est l’emploi pour tous. Notre territoire est attractif. La population des 2 communautés de communes du canton a augmenté de 4,7% pour l’une, de 2,2 pour l’autre (+ 1,8% pour tout le Bas- Rhin). Mais le chômage aussi, même si c’est moins fortement qu’ailleurs. Les entreprises, les habitants, les bénéficiaires du RSA  : nous nous préoccupons de tous. DH  : Nous voulons que plus d’habitants trouvent un emploi sur leur territoire  : le taux d'emploi dans le canton est plus faible qu'ailleurs. C'est pourquoi je m'implique pour la création de grandes polarités d'emplois. le taux d’emploi dans le canton est plus faible qu’ailleurs. C’est pourquoi je m’implique pour la création de grandes polarités d’emplois. Et son meilleur atout ? Les communes sont très dynamiques. Elles investissent autant qu'elles le peuvent soutiennent leurs entreprises et associations, sont solidaires et se respectent entre elles. DH  : II y a une vraie volonté des communes de se rendre attractives, et elles le font de manière spectaculaire tout en gardant leur âme traditionnellement rurale. NT  : Les communes sont très dynamiques. Elles investissent autant qu’elles le peuvent, soutiennent leurs entreprises et associations, sont solidaires et se respectent entre elles. DH  : Il y a une vraie volonté des communes de se rendre attractives, et elles le font de manière spectaculaire tout en gardant leur âme traditionnellement rurale. Un projet phare nal ir la canton ? La création de la plateforme économique de Drusenheim-Herrlisheim sera un formidable atout pour le développement économique et l'emploi. DH  : C'est un projet emblématique et un enjeu de résorption de la plus grande friche industrielle d'Alsace du Nord  : l'ancienne raffinerie de Drusenheim-Herrlisheim. Il va émerger rapidement. Un projet phare pour le canton ? NT  : La création de la plateforme économique de Drusenheim-Herrlisheim sera un formidable atout pour le développement économique et l’emploi. DH  : C’est un projet emblématique et un enjeu de résorption de la plus grande friche industrielle d’Alsace du Nord  : l’ancienne raffinerie de Drusenheim-Herrlisheim. Il va émerger rapidement. Votre endroit cc coup de coeur » dans le canton ? MT'J'ai un bible pour le Ried rhénan et ses mystères, particulièrement en automne et en hiver, Votre endroit « coup de cœur » dans le canton ? NT  : J’ai un faible pour le Ried rhénan et ses mystères, particulièrement en automne et en hiver, comme notre grand poète bischwillerois Claude Vigée  : « E liedel ém ried, Dort unde, Bie Dahlunde, Do griènt e VViidebaam... Wie d'Sunnum dine Zopf ! » (Du bec à l'oreille - 1977). 2 endroits pour moi. Le quartier de Bischwiller qui regroupe les équipements comme notre grand poète bischwillerois Claude Vigée  : « E liedel ém ried, Dort unde, Bie Dahlunde, Do griènt e Wiidebaam… Wie d’Sunnum dine Zopf ! » (Du bec à l’oreille – 1977). DH  : 2 endroits pour moi. Le quartier de Bischwiller qui regroupe les équipements DENIS HOMMEL denis.hommel@bas-rhin.fr À LA RENCONTRE DE... sportifs, culturels et éducatifs. Le Ried, du côté de Neuhaeusel, qui est très étendu et préservé, avec une vue en perspective sur la forêt alluviale. C'est un lieu de silence et de ressourcement. sportifs, culturels et éducatifs. Le Ried, du côté de Neuhaeusel, qui est très étendu et préservé, avec une vue en perspective sur la forêt alluviale. C’est un lieu de silence et de ressourcement. NICOLE THOMAS nicole.thomas@bas-rhin.fr INFO+ Les contacter  : 03 88 76 69 13 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :