[66] L'accent Catalan n°91 nov/déc 2015
[66] L'accent Catalan n°91 nov/déc 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°91 de nov/déc 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Pyrénées-Orientales

  • Format : (210 x 287) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 55,2 Mo

  • Dans ce numéro : 1er département bio de France !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
LA dossier Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est une Biocoop ? Le réseau national Biocoop a été créé dans les années 1970. Issue des associations de consommateurs, Biocoop est aujourd’hui une coopérative qui regroupe 350 magasins, 2 500 salariés, 1 200 producteurs partenaires. Notre exigence va plus loin que le cahier des charges bio seul. Nous veillons bien évidemment à l’absence d’OGM, mais aussi à une alimentation des animaux 100% bio, interdisons l’utilisation d’arômes autres que biologiques et faisons attention à ce que les relations avec les fournisseurs soient sur les bases du commerce équitable… Dans le département, la première Biocoop Cosmos a été créée en 1996 à Perpignan par mon père. J’ai repris l’entreprise en 2004, ouvert le grand magasin du Mas Guérido en 2008 (boucherie en 2011) et le magasin de Claira avec Pascal Coda en 2009. 3 QUESTIONS À ORION PORTA GÉRANT DE MAGASINS BIOCOOP Jouer la carte locale Le département compte cinq magasins Biocoop qui vendent uniquement des produits issus de l’agriculture biologique. Rencontre avec l’un des responsables. Il nous fallait répondre à une demande croissante d’un bio de proximité, nous ouvrir aux nouveaux consommateurs en nous rendant plus visible. Comment avez-vous vu évoluer le bio et la demande des consommateurs ? Les scandales alimentaires ont permis une prise de conscience des consommateurs à la recherche de la qualité, du goût, de la sécurité dans leur alimentation. Le bio est devenu une valeur refuge. Depuis 2012, nous enregistrons une augmentation de 10% par an. En France, notre département est celui qui compte le plus de magasins bio au mètre carré par habitant. Notre clientèle est très large, essentiellement féminine, toutes catégories socioprofessionnelles confondues, et consomme bio pour différentes raisons. 14 « EN FRANCE, NOTRE DÉPARTEMENT EST CELUI QUI COMPTE LE PLUS DE MAGASINS BIO AU MÈTRE CARRÉ PAR HABITANT. » Quelle politique avez-vous en matière d’approvisionnement ? La carte locale ! Nous travaillons avec une centaine de producteurs situés dans les 150 km autour de Perpignan, ce qui représente 20% de nos approvisionnements. Un chiffre élevé en corrélation avec notre volonté et la qualité de notre département, important bassin de production. Fruits, légumes, miels, huiles d’olive, veaux des Pyrénées, fromages, vins, pains… nous sommes une vitrine de l’offre locale et travaillons avec un maximum de producteurs. Nous nous engageons sur le long terme et fixons les prix ensemble. Il existe une vraie relation humaine. Pour sensibiliser notre clientèle, nous organisons des animations et des événements réguliers où les producteurs parlent de leur métier, de leurs produits. Chaque année en novembre par exemple, un gros marché réunit toujours au moins une trentaine de producteurs. Une belle occasion pour tout le monde de mieux se connaître. Nous savons bien que seule une bonne compréhension des contraintes et des bienfaits du bio pourra faire progresser ce marché.
15 OLIVIER GRAVAS ÉLEVEUR DE BREBIS ROUGES DU ROUSSILLON À SAHORRE « DANS LES PYRÉNÉES-ORIENTALES, NOUS AVONS TOUT CE QU’IL FAUT POUR PRODUIRE DU BIO DE QUALITÉ. » « Depuis 2008, j’élève des brebis Rouges du Roussillon. Je ne travaille pas encore en bio, mais j’y pense de plus en plus. Il y a plusieurs initiatives engagées dans le département qui m’y encouragent, comme des expérimentations de remèdes à base de plantes menées par la Coopérative catalane des éleveurs avec l’aide du Conseil Général. J’administre par exemple des huiles essentielles à mes agneaux pour garantir leur bien-être et favoriser leur croissance. Avec d’autres éleveurs, je m’investis également à Claira dans un projet de remise en culture d’anciennes friches. Nous espérons lancer la production de fourrage bio, qui sera un levier essentiel pour développer la filière. Je suis persuadé que dans les Pyrénées-Orientales, nous avons tout ce qu’il faut pour produire du bio de qualité. » CORINNE PARASSOLS ÉLEVEUSE À LA GRANGE D’EYNE « JE SENS UNE RÉELLE DYNAMIQUE EN FAVEUR DU BIO SUR LE TERRITOIRE. » dossier « Cela fait 15 ans que je suis installée en tant qu’éleveuse, et si j’ai toujours travaillé de façon « naturelle », je n’ai le label AB que depuis 3 ans. Tous nos pâturages sont bios, et nous produisons nous-mêmes nos céréales et notre foin certifiés pour nourrir nos vaches  : bref, nous sommes autonomes en bio ! Je pense que c’est un vrai plus pour les consommateurs qui cherchent un retour à des produits plus sains et qui voient que nous sommes engagés dans une démarche globale. Nous utilisons aussi l’homéopathie, des remèdes naturels… En tant que présidente du réseau départemental Bienvenue à la ferme, je sens une réelle dynamique en faveur de nos productions et en particulier du bio sur le territoire  : la vente directe se développe, notamment à travers le tourisme vert ou le tourisme d’hiver qui représentent une part importante de la demande. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :