[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°82 oct/nov/déc 2019
[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°82 oct/nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°82 de oct/nov/déc 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : le bio et local servi en crèche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
TRIBUNES Groupe Forces 64 L’action sociale  : au cœur de notre engagement Ne laisser personne au bord du chemin, cette intention n’est pas une formule, mais l’action qui guide le Conseil départemental dans la mise en œuvre de sa politique, et sa responsabilité en tant que chef de file des solidarités humaines  : accompagner les plus fragiles d’entre nous, comme les enfants, les personnes les plus éloignées de l’emploi, les personnes âgées et handicapées. Ne laisser personne au bord du chemin, c’est conduire et soutenir des actions qui permettent aux personnes les plus vulnérables de ne pas être en marge de la société, d’être entourées au quotidien, c’est mener une politique inclusive, l’accueil familial en est l’expression. Soutenir et accompagner des actions qui permettent à des personnes âgées et à des personnes handicapées de vivre dans des familles, de partager leur quotidien, c’est à la fois lutter contre l’isolement, mais également favoriser leur autonomie au cœur d’une famille, au cœur de la société. Faire face au vieillissement inéluctable de la population, à la perte d’autonomie, proposer et impulser des solutions alternatives aux personnes les plus vulnérables, sont autant d’enjeux que le Département et notre Exécutif entendent relever. A cet effet, de nombreux dispositifs sont soutenus par le Conseil départemental comme la téléassistance, nouveau dispositif de service à domicile qui permet aux personnes âgées en situation de handicap de continuer à vivre chez elles en toute sérénité, en déclenchant une intervention de jour comme de nuit en cas d’incident ou de malaise. Soutenir des politiques en adéquation avec l’évolution de la société est indéniablement la marque de notre action. André Arribes et les élus du groupe Forces 64 30 Groupe de la droite républicaine Décentraliser pour répondre aux besoins de proximité Quel sera le nouveau visage de l’accueil demain ? De quel accueil parlerons-nous  : un sourire, une écoute, du lien ou un point de contact déshumanisé ? Il faut, nous dit-on, pour que l’Etat puisse faire des économies, réorganiser les services à la population, seront alors bientôt créés des « points de contact ». Les trésoreries ainsi ne ferment pas, elles sont remplacées par des accueils de proximité… La poste a déjà disparu alors pourquoi pas le service des impôts puis le petit commerce et l’école. On nous parle de territoire, d’identité, de préservation, de revitalisation, pourtant, ce sont toujours les mêmes facteurs qui créent la suppression des services, toujours au même endroit. Il s’agit d’une concentration de disparitions. On agglomère dans les grandes villes et on désertifie les campagnes. Le Département, dans ses compétences, travaille à être proche et solidaire dans la protection de l’enfance, dans ses actions éducatives, dans l’accompagnement des publics vulnérables, dans son soutien aux associations, à l’autonomie, dans son aide apportée aux communes. Il met en place le Très Haut Débit pour que personne ne reste isolé, pour que chacun puisse s’adapter à la réalité. Il est grand temps de s’appuyer sur cette expertise pour recréer du lien, pour être attentif à ceux qui nous entourent, à ces paysages qui font notre identité, à cet environnement que nous voulons préserver. Il est encore temps de replacer l’homme au cœur de nos préoccupations. Il est temps de redonner aux Départements le pouvoir de décision car ils sont les garants d’un aménagement équilibré du territoire. Ils sont une réponse à ce besoin de proximité profondément ressenti par nos concitoyens. Max Brisson et le groupe de la droite républicaine pour le 64 Groupe de la gauche Financer les collèges privés  : le choix de privilégier quelques-uns Alors que les collectivités publiques sont amenées à faire des choix budgétaires, la majorité de droite du Département poursuit sa distribution d’argent public aux collèges privés. Renforcer les moyens dans les EHPAD ? « On doit faire des choix », répond l’Exécutif. Mettre les moyens dans les services sociaux ? « On doit respecter le Pacte financier avec l’Etat ». Accélérer les travaux nécessaires dans les collèges publics ? « On va devoir étaler les investissements sur trois années supplémentaires » … Pendant ce temps, ou « en même temps », la somme consacrée aux investissements des collèges privés augmente chaque année de 50 000 € depuis 2015 pour atteindre désormais 650 000 € . Bien évidemment, le groupe de la gauche a voté contre cette délibération. Ce choix politique du Département va à l’encontre de l’avis du Conseil départemental de l’Education Nationale, qui s’est prononcé contre cette augmentation des moyens au privé. Mais les avis ne semblent pas retenir l’attention de celles et ceux qui décident dans cette Assemblée, bien décidés à continuer à privilégier quelques-uns en dépit du bien commun. Il faudra expliquer aux contribuables, notamment aux familles, qu’une partie de leurs impôts sert à financer des investissements dans les collèges privés alors que la Loi ne les y contraint pas alors que nous avons peine à financer les travaux dans les collèges publics. Les conséquences sont sans appel  : moins d’élèves, c’est davantage de fermetures de classes. Les zones rurales en souffrent particulièrement et cet effet pervers devrait être accentué par la politique nationale. Comment peut-on ainsi organiser sa propre concurrence ? Henri Etcheto et le groupe de la gauche départementale



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :