[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°82 oct/nov/déc 2019
[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°82 oct/nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°82 de oct/nov/déc 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : le bio et local servi en crèche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
CULTURE(S) ÉQUIPEMENT LES SPORTS URBAINS ENTRENT DANS LES VILLAGES DEVANT L’ÉMERGENCE DE NOUVELLES PRATIQUES SPORTIVES CHEZ LES JEUNES, VILLES ET VILLAGES RÉPONDENT PAR DES ÉQUIPEMENTS ADAPTÉS ET LE PLUS POSSIBLE TOURNÉS SUR L’EXTÉRIEUR POUR FAVORISER LE LIEN SOCIAL INTERGÉNÉRATIONNEL. 28 Dans les villages, les city stades permettent de répondre aux attentes des jeunes tout en créant du lien social. (Photo  : Agorespace) À Assat, une commune béarnaise de moins de 2 000 habitants dont près de 400 jeunes, le Conseil municipal a entrepris la construction d’un skatepark. Interpellés par les futurs utilisateurs, les élus ont souhaité associer au projet cette jeunesse accro à la glisse. En se rapprochant du Conseil départemental, la commune a forgé avec le Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement (CAUE) un projet plus global qui requalifie un espace sous-utilisé autour de la salle polyvalente d’Assat. Aujourd’hui, les communes ouvrent également leur réflexion sur un usage plus large de ces équipements, au bénéfice des autres catégories de population. L’espace de pratique des sports urbains devient donc l’occasion d’accueillir des jeux plus traditionnels, sans oublier qu’il fournit un espace de rencontres à exploiter. Au fil des échanges, le skatepark d’Assat s’est ainsi enrichi d’un espace de loisirs et de sports urbains en capacité de réunir sur un même lieu, des joueurs de quilles et de boules, des basketteurs et les « riders » à l’origine du projet. Ces derniers auront à leur disposition 430 m² dédiés à la glisse. Voyant plus loin que de simples modules juxtaposés, jeunes et élus dessinent ici les contours d’un lieu intergénérationnel. La volonté municipale est de ne pas enfermer les
pratiquants dans des espaces géographiques déterminés. C’est pourquoi le mobilier urbain installé sur la partie loisirs sera skatable, tout comme une partie des cheminements. Guillaume Garin, élu en charge de la commission jeunesse et sport et skateur lui-même, entrevoit avec ce projet des synergies possibles avec les skateurs palois. Un lien entre jeunes des villes et des campagnes Apoteoz, l’association qui fédère plusieurs d’entre eux, est un interlocuteur régulier de la ville de Pau dans le cheminement vers l’ambitieux skatepark qui verra le jour sur le site de l’ancien bâtiment Sernam, à deux pas de la gare de Pau. Avec ses 2 500 m², il s’articulera autour de trois zones distinctes. Deux d’entre elles situées à l’extérieur du bâtiment. Là, sur 800 m², les rollers, les skates et les trottinettes vont profiter de nombreux aménagements partagés. Non loin, sur une place de 1000 m², l’ensemble du mobilier urbain est prévu pour les skateurs. À l’intérieur de la halle Sernam, une configuration 100% glisse urbaine de 770 m² complétera cet ensemble qui doit faire de Pau, une place forte du skate et des disciplines qui lui sont rattachées. En effet, ce projet à 1 million d’euros doit faire venir à lui des skateurs de tout le grand sud ouest et vise aussi les Espagnols. Dans l’agglomération paloise, la plaine des sports de Lons est fréquentée quotidiennement par 400 à 500 personnes. Le skatepark connaît un tel succès que la mairie a décidé de créer une aire de glisse spécialement conçue pour les 3-6 ans. Objectif, sécuriser la pratique de tous et permettre aux plus jeunes de découvrir ce sport à leur rythme. Le city stade assemblé par les habitants La commune de Biriatou s’est également équipée d’un city stade qui sera inauguré début octobre. Situé à l’entrée du quartier le plus habité de la ville, ce nouvel équipement sportif de 220 m² prend place au cœur d’un espace de 1000 m². « Nous avons souhaité créer un lieu de rencontre intergénérationnel où les familles peuvent se retrouver. Les enfants et adolescents pourront s’exercer aux activités telles que le basket, le volley ou le football. Nous avons également ajouté aux abords du city stade un terrain de pétanque, une table de ping-pong, un jeu d’adresse et des bancs » explique Michel Hiriart, maire de Biriatou. Les cultures urbaines sont sorties depuis longtemps des grandes cités, comme le montre la multiplication des city stades dans les communes rurales. Partis de Savoie en 1989, ces équipements tout-en-un peuvent accueillir jusqu’à huit sports  : foot, handball, basket, volley, tennis ballon, tennis, initiation tennis, hockey sur gazon. Ils répondent très bien aux attentes de petites communes, peu pourvues PAROLE D’ÉLU « A l’heure où les jeunes passent en moyenne trois heures par jour devant les écrans, il est indispensable de mettre en œuvre des moyens leur permettant de découvrir le(s) sport(s). C’est l’ambition, notamment, des city stades qui sont créés ici et là et tout particulièrement en zones rurales souvent moins équipées en espaces sportifs. En outre, l’installation de ces aires à proximité des écoles primaires est une excellente chose. Elle permet aux plus jeunes de découvrir plusieurs activités sportives et ainsi amener l’enfant à poursuivre plus tard une activité sportive. Une démarche largement soutenue par le Département, soucieux de transmettre les valeurs du sport tout autant que les bienfaits sur la santé aux jeunes du territoire. » Bernard Dupont, Conseiller départemental d’Artix et Pays de Soubestre, délégué au sport et à l’accompagnement scolaire. en équipements sportifs. Les écoles y trouvent aussi leur compte dans le cadre de leurs activités sportives et pédagogiques. À Arbérats-Sillègue, près de Saint-Palais tout comme à Esquiule, leur installation a comblé les attentes des jeunes et ces deux city stades sont devenus au fil du temps des points de rencontre et de lien social. Pierre Gaspin, responsable régional de Agorespace, pionnier sur ces équipements, a même fait participer les habitants du village au montage de leur city stade à Esquiule « C’est très convivial et cela fait baisser le coût » précise-t-il. Dans le Pays de Nay, les adolescents peuvent monter dans l’Ado’Bus en circulation depuis le mois d’avril. Ce bus aménagé tel une maison des adolescents itinérante se déplace à la demande des communes. Il propose aux jeunes un point d’écoute d’échange et d’information mais aussi un programme d’animations culturelles et sportives ou bien encore des jeux de plateau. Les communes du département répondent aux attentes des jeunes en veillant à créer des passerelles entre ces nouveaux espaces de loisirs et le reste de la ville ou du village. n De l’art dans l’espace public L’art s’invite sur les murs des bâtiments publics. Dès 2020, on verra apparaître fresques, pousser sculptures, s’afficher photos ou naître installations sonores et lumineuses dans les collèges, Services Départementaux des Solidarités et de l’Insertion (SDSEI), stations d’altitude, aires de stationnement ou sur les murs antibruit... Le Conseil départemental vient en effet de lancer un appel à manifestation d’intérêt auprès d’artistes et structures culturelles partenaires. Une quinzaine de projets seront ainsi sélectionnés et mis en œuvre dans des sites appartenant au Département. 64/LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES/www.le64.fr 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :