[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°79 jan/fév/mar 2019
[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°79 jan/fév/mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°79 de jan/fév/mar 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : le département avec ses agriculteurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
GRAND ANGLE/TERRITOIRE du département. De l’autre côté, elle offre aux élèves une alimentation qui monte en gamme. Ce dispositif continue aujourd’hui de s’étendre, notamment vers les Ehpad, les écoles primaires et les crèches. Autre clé d’une alimentation saine  : l’eau. On sait que les pratiques agricoles n’ont pas toujours été très regardantes. Pour aller vers un allègement des traitements de l’eau potable, des efforts sont déployés depuis des années par le Département. Ces actions sont menées en partenariat avec l’Agence de l’eau Adour-Garonne, établissement public d’Etat qui finance les projets de gestion globale du bassin versant, et l’Institution Adour, syndicat mixte interdépartemental notamment dédié à la préservation des ressources hydrauliques agricoles. Les indices de pollution varient en fonction des zones géographiques et des structures géologiques dans lesquelles sont puisées les eaux de consommation. Depuis 2008, Paysages agricoles. Le Département dispose d’une compétence foncière qui lui permet d’optimiser les structures des exploitations. un Plan d’action territorial (PAT) a été mis en place dans la plaine alluviale du gave de Pau, soit une bande allant d’Artix à Lestelle-Bétharram. Il est porté par les syndicats d’eau qui puisent dans cette nappe. Cinquante communes et leurs agriculteurs y sont notamment associés. « Nous participons à ce plan afin d’améliorer la qualité de l’eau potable servie aux habitants, mais aussi pour permettre le développement d’une agriculture biologique qui ne va pas sans le respect de normes exigeantes », explique Charles Pelanne. Le Département finance également Agro Réseau, LES LABELS TÉMOIGNENT DES SAVOIR-FAIRE DE NOS TERRITOIRES 18 PAROLE D’ÉLU « L’agriculture est dans les gènes de notre département. Nous ne devons pas perdre ce patrimoine qui est culturel et économique. L’agriculture est une chance de développement qui profite à tous car elle ne s’arrête pas à la limite des champs ou à la clôture des élevages. Le pastoralisme, l’agrotourisme, la gastronomie, la qualité de vie qui y sont liés sont des atouts pour l’attractivité de nos territoires. Pour ces raisons, le Département soutient tous les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques. Avec un vaste panel d’actions qui va du soutien à l’installation des jeunes agriculteurs à la gestion foncière, en passant par la qualité de l’eau et la prévention sanitaire. » Philippe Echeverria, Conseiller départemental d’Ustaritz-Vallées de Nive et Nivelle, délégué à l’agriculture Le Département est un acteur de la gestion des ressources hydrauliques à destination agricole et travaille à l’amélioration de la qualité de l’eau potable pour les usagers. réseau d’échanges entre agriculteurs sur la fertilité des sols, la gestion des intrants, les couverts végétaux, l’agroforesterie… le génie végétal constituant le seul moyen durable d’assurer une régénération des terres et une régulation efficace des cycles de l’eau. L’outil foncier Autre outil départemental d’importance  : l’aménagement foncier agricole et forestier. Il est automatiquement activé dès lors que des propriétés agricoles sont affectées par la construction d’ouvrages publics  : aéroports, autoroutes, déviations, barrages, lacs collinaires, etc. Obligation est alors faite au maître d’ouvrage de réparer les dommages engendrés. Pour sa part, le Département intervient ici afin de proposer un nouveau découpage parcellaire cohérent. Au-delà de ce type de procédure induite, toute commune peut demander au Département une étude d’aménagement foncier afin d’optimiser les structures des exploitations agricoles. Enfin, pour faire face à l’étalement des villes et préserver les zones agricoles, le Département dispose depuis 2005 de la compétence Périmètres de protection et de mise en valeur des espaces agricoles et naturels périurbains (PAEN). Ces PAEN permettent de sécuriser les zones de culture en les préservant de manière définitive. « Tous ces outils fonciers présentent non seulement un intérêt considérable pour les agriculteurs, mais aussi pour toutes les communes et pour l’environnement de manière générale », résume Charles Pelanne. Cependant, tout commence par la santé. Dans la vaste boîte à outils départementale, l’action sanitaire représente ainsi le plus gros poste de dépense agricole. Comme le rappelle Philippe Echeverria, « elle bénéficie à tous les éleveurs, via notre important soutien aux groupes de défenses sanitaires », organismes chargés de prévenir l’apparition, la propagation ou l’aggravation des maladies. Aucune espèce d’élevage n’est oubliée, jusqu’aux truites et aux abeilles. n
LE SOUTIEN DU DÉPARTEMENT 64 À L’AGRICULTURE BUDGET ANNUEL 3,7 millions d’ € consacrés à l’agriculture et à la forêt Producteurs locaux 350 000 € ateliers de transformation, circuits courts, promotion… 200 000 € Autres Organisme professionnels 100 000 € Interprofessions, associations, organisations agricoles… Solidarité 100 000 € Agriculteurs en difficulté, remplacements… 180 000 € Forêts 64/LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES/www.le64.fr Risques sanitaires 700 000 € prévention, accidents sanitaires… Modernisation des élevages 300 000 € exigences environnementales et sociales, énergie, effluents… Agroalimentaire 300 000 € transformation des produits agricoles par les entreprises et coopératives… 600 000 € Jeunes agriculteurs Aide à l’installation, couveuses, animation… Travaux sylvicoles, débardage par câble, développement des massifs… 1000 000 € Élevage 900 000 € Transformation des produits Qualité 250 000 € signes officiels de qualité et d’origine, labels… 345 000 € Agri-environnement Environnement 220 000 € bonnes pratiques, ressources naturelles, agriculture biologique… Matériel 125 000 € soutien aux coopératives d’utilisation de matériel agricole (Cuma) 475 000 € Pastoralisme Matériel mécanique de montagne, cabanes, portage, écobuages, études, animation… 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :