[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°74 jun/jui/aoû 2017
[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°74 jun/jui/aoû 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°74 de jun/jui/aoû 2017

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : une fabuleuse nature à découvrir ensemble.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
LES GENS D’ICI UNE TRÈS ACTIVE RETRAITÉE PHOTOGRAPHE D’ORCHIDÉES, UNE ENSEIGNANTE BOURLINGUEUSE FÉE DU RECYCLAGE, UNE CUISINIÈRE FÉRUE DE PLANTES SAUVAGES, UN PELOTARI HISTORIEN DES KANTXAS BIARROTES, UN LUTTEUR DE L’OMBRE CHAMPION DU MONDE… CINQ PORTRAITS D’HABITANTS. PAU. Violette Olympie, entrepreneur. Ses goûts sont dans la nature. Violette Olympie y cueille orties, menthe, mimosa ou sureau qu’elle sublime en pestos, cristallisés et autres gelées. A la tête de La Carotte sauvage, son service traiteur, elle propose des buffets végétariens faits maison qui séduisent de plus en plus d’adeptes d’une cuisine locale et saine. Ses plats jouent avec les alliances de saveurs, de couleurs et textures. Violette Olympie croit aux vertus d’une « alimentation vivante ». Sa passion des plantes la conduit à enrichir sans cesse sa connaissance de la flore sauvage. Aussi, elle partage ce savoir au travers des ateliers pédagogiques qu’elle anime aussi bien pour le jeune public que les maisons de retraite. Une transmission qu’elle se verrait bien continuer en devenant, un jour, reporter culinaire. 4 BEDOUS-ARETTE. Alain Meyre, professeur des collèges. Pour Alain Meyre, l’appel des Pyrénées ne date pas d’hier. Adolescent, depuis sa Gironde natale, il filait vers les montagnes, enfourchant parfois un simple vélo avec son frère. Aujourd’hui professeur de sciences de la vie et de la terre (SVT) installé dans les Pyrénées, il fait de la nature un éveil à la curiosité. « La taille du collège, l’implication des équipes et le travail dans la durée font que cela marche. » Les élèves se passionnent pour les relevés scientifiques effectués dans le Jardin des observations, un espace inédit qu’Alain Meyre a initié avec ses collègues dans l’enceinte du collège de Bedous. Dans celui d’Arette, les jeunes de l’Atelier scientifique mettent le nez dehors pour récolter des informations en partenariat avec le Centre national d’études spatiales (CNES).
BOSDARROS. Marie-Claude Lurdos, photographe orchidophile amateur. « La photo, je suis tombée dedans quand j’étais petite ! » Marie-Claude Lurdos, 65 ans, a gardé son œil d’enfant  : « Je vois toujours ce qui m’entoure comme si c’était la première fois ». Derrière son objectif, elle aime traquer les orchidées sauvages qui fleurissent près de chez elle, et même bien plus loin, jusqu’aux terres calcaires des Corbières. Ses « macros » sont des pépites qu’elle garde pures, sans retouches. Retraitée, vraiment ? L’ex-employée d’Euralis, qui a toujours aimé changer de poste, anime aujourd’hui des temps périscolaires à l’école communale. Et se multiplie encore en tant que vice-présidente de l’association Artistes à Bosdarros, dont l’exposition annuelle rassemble en mai une centaine de créateurs. SAINT-PIERRE-D’IRUBE. Anne Rapp, enseignante, secrétaire de Récup et Toc… de l’Art. Longtemps, Anne Rappa travaillé à l’étranger. Parmi ses cinq enfants, l’un est né à Prague, l’autre au Cambodge. En ces terres moins opulentes, son « amour du travail des mains » s’est imprégné du « génie du recyclage » qui se déploie dans la nécessité. Désormais installée au Pays basque, la professeure des écoles a créé avec trois amis l’association Récup’et Toc… de l’Art  : à la fois centre de collecte de déchets propres, magasin de matières premières, atelier créatif. « On ne peut plus consommer à outrance. C’est pourquoi je crois à l’économie circulaire et à l’échange. » Et ça marche. Les créations, telles ces lingettes lavables en « polaire », se multiplient. L’entrepôt de l’association déborde. « Nous cherchons désespérément un local », fait savoir Anne Rapp. CAMBO-LES-BAINS. Sylvain Rouyer, champion du monde de Sambo. « Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. » Sylvain Rouyer, champion du monde de sambo, cite Bertolt Brecht et fait trembler les Russes, dominateurs dans ce sport. A 42 ans, il est l’ambassadeur de cette discipline, véritable synthèse entre différents arts martiaux. Pour son sport et son club, il n’a pas hésité une seconde quand le maire de Bayonne lui a proposé de lancer les clés de la ville pour l’ouverture des fêtes en 2015. Educateur dans un centre éducatif fermé, Sylvain Rouyer entraîne jeunes et moins jeunes au sein du Club Olympique Bayonnais. Aux alentours de Cambo-les-Bains, où il vit, le lutteur aime se ressourcer en s’adonnant à sa deuxième passion  : l’apiculture. 64/LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES/www.le64.fr 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :