[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°74 jun/jui/aoû 2017
[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°74 jun/jui/aoû 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°74 de jun/jui/aoû 2017

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : une fabuleuse nature à découvrir ensemble.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
GRAND ANGLE Un papillon de l’espèce tabac d’Espagne, photographié dans le piémont pyrénéen. 14 BIODIVERSITÉ UNE NATURE EXTRA Roland Denis Les Pyrénées-Atlantiques recèlent des espèces uniques au monde. Gérés par le Département et ouverts au public, les espaces naturels sensibles (ENS) sont les emblèmes de cette exceptionnelle biodiversité qui est l’affaire de tous.
A Bidart, sur la plage d’Erretegia, on peut voir des dinosaures et une météorite qui tombe du ciel. C’est en tout cas ce qu’imaginent, les pieds dans le sable, une trentaine de personnes, petits et grands, par un samedi matin de février. Tout ce monde écoute avec fascination Jean Choignard. Ce géologue retraité décortique les strates qui apparaissent dans la roche du littoral basque. La bande noire qu’il désigne du doigt est un mélange d’argile, de calcite et d’iridium, un élément de provenance extraterrestre. Il est la trace d’une météorite qui aurait percuté la terre voici 65 millions d’années et provoqué la disparition des dinosaures. Cette période charnière est appelée « extinction du Crétacé-Tertiaire ». Voilà ce qu’on a appris, entre mille et une choses, lors du premier Rendez-vous nature du 64 (lire en p.19) de l’année. Cette balade guidée et gratuite s’effectuait entre Bidart et Guéthary  : à l’aller par l’estran, au bord de l’eau, au retour par le sentier du littoral, parmi les végétations atlantiques. Elle inaugurait un programme annuel de sorties mensuelles, publiques et gratuites, mises en place par le Département afin de faire découvrir au public les espaces naturels sensibles (ENS) des Pyrénées-Atlantiques. Il faut dire que le patrimoine naturel qu’ils abritent est exceptionnel. « La biodiversité du département est très riche et cela tient surtout à la diversité génétique des espèces que l’on y trouve », rappelle François Esnault, ingénieur écologue du Département chargé de la biodiversité. On trouve chez nous 2 301 espèces de flore vasculaire 1, alors qu’un département français en compte en moyenne 1 200. Du côté des arbres, on peut par exemple croiser un témoin méditerranéen sur les hauteurs de l’Adour, le chêne liège, un témoin alpin, le saule herbeux qui s’enracine dans les anfractuosités rocheuses de Gourette, ou encore une espèce continentale, le hêtre. Une diversité que l’on doit aux contrastes climatiques des Pyrénées-Atlantiques. La commune d’Ustaritz est un cas d’école  : elle concentre sur son territoire 53 espèces de mammifères, soit la moitié de celles d’Aquitaine et 30% de celles de France. C’est aussi Urrugne qui abrite 30% des espèces végétales du sol national ou encore Uzein qui recense 66% des espèces de libellules présentes en France. Situé sur un axe migratoire, le 64 voit également passer oiseaux, poissons, baleines, papillons et chauves-souris extraordinaires. Autre spécificité  : l’endémisme 2. On recense en A Guéthary, des élèves de BTS Gestion et protection de la nature expliquent le phénomène des plantes invasives lors d’un Rendez-vous nature du 64. effet dans les Pyrénées-Atlantiques des populations qui ne sont présentes nulle part ailleurs dans le monde, comme le chabot de l’Adour ou la grenouille des Pyrénées. « Le département est marqué par une agriculture traditionnelle qui permet de maintenir et de garantir encore des habitats favorables et propices à la permanence d’espèces qui ont disparu ailleurs, comme de nombreuses espèces de chauves-souris », signale François Esnault. On trouve également ici des races de vaches rustiques, comme la Béarnaise, ou sauvages, comme la Betizu du côté d’Espelette. La liste est loin de s’arrêter là. La menace des envahisseurs Au pays du patrimoine naturel départemental, tout n’est pas rose pour autant. « S’il n’y a pas de diminution de la diversité des espèces, nous sommes toutefois confrontés à un effondrement de certaines populations », alerte François Esnault. Le grand tétras, le desman des Pyrénées, le gypaète barbu et le vison d’Europe sont aujourd’hui parmi les animaux les plus menacés de disparition. La cause, ou plutôt les causes ? Difficile à évaluer précisément, même si les spécialistes évoquent la modification des habitats naturels, l’urbanisation, les activités humaines industrielles et de loisirs, le changement climatique. Une menace est cependant bel et bien avérée  : celle des envahisseurs. En l’occurrence, des espèces végétales exotiques qui, dans une société d’échanges mondialisés, arrivent par avion, bateau et autres conteneurs de transport. Sans oublier qu’elles se cachent aussi dans les semences de nos agriculteurs, ou même dans les fibres de nos vêtements. Des études ont en effet montré qu’une seule personne peut porter sur elle quelque 80 graines susceptibles de germer. « On dénombre environ 400 espèces végétales envahissantes dans le seul bassin de l’Adour et il ne se passe pas trois mois sans que soit signalé un nouveau cas de plante exogène », alerte François Esnault. « Le problème est qu’il n’y a pas de recette miracle pour les éradiquer, si ce n’est l’arrachage. C’est pourquoi nous restons en alerte afin de détecter le plus tôt possible leur apparition. » L’ambroisie, une plante extrêmement allergisante dont les premiers spécimens ont été recensés dans le département, est actuellement l’objet d’une très grande vigilance scientifique. Retour à Guéthary pour le premier Rendez-vous nature du 64. Sur la colline de Cenitz, trois jeunes gens se sont joints au groupe des promeneurs. Ils sont en classe de BTS Gestion et protection de la nature (GPN), à Saint-Pée-sur-Nivelle. Ils sont venus parler bénévolement de ces jolies S’IL N’Y A PAS DE DIMINUTION DE LA DIVERSITÉ DES ESPÈCES, NOUS SOMMES TOUTEFOIS CONFRONTÉS À UN EFFONDREMENT DE CERTAINES POPULATIONS 64/LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES/www.le64.fr 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :