[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°73 jan à mai 2017
[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°73 jan à mai 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°73 de jan à mai 2017

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : un département plus proche, plus solidaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
GRAND ANGLE/TERRITOIRES La montagne est pleine de richesses. Ensemble, faisons fructifier ses atouts. C’est le sens du plan Montagne 64 copiloté par le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, la région Nouvelle-Aquitaine et l’Etat, à travers le commissariat à l’aménagement des Pyrénées pour ce dernier. Officiellement présenté dans ses grandes lignes en novembre dernier, le plan Montagne 64 n’est pas un acte de sauvetage. Car l’économie montagnarde, dans les Pyrénées- Atlantiques, se porte plutôt bien. « Le plan Montagne 64 reflète l’ambition que nous avons pour le développement de nos vallées basques et béarnaises », résume le président du Conseil départemental, Jean-Jacques Lasserre. Par exemple, savez-vous qu’Oloron-Sainte-Marie, dans le piémont, est le deuxième bassin d’emploi français pour son dynamisme économique, rapporté à la population ? Que le train touristique de La Rhune, avec ses 350 000 voyageurs annuels en moyenne, est l’un des sites les plus fréquentés de Nouvelle-Aquitaine ? On peut encore rappeler que les fromages de l’appellation Ossau-Iraty, les eaux d’Ogeu ou les chocolats Lindt sont commercialisés dans toute la France et à l’étranger. Souligner encore que les Pyrénées-Atlantiques arrivent en tête des départements de France pour le nombre d’installations de jeunes agriculteurs, et notamment en zone de montagne. « Notre objectif est de dynamiser l’emploi afin de maintenir les populations dans une perspective d’avenir. Nous voulons rendre la montagne attractive pour les investisseurs, sans perdre de vue que nous devons agir dans une optique durable », poursuit Jean-Jacques Lasserre. « Travailler collectivement » Pour réaliser ces ambitions collectives, le plan Montagne 64 est décliné selon deux axes stratégiques forts. Le premier consiste à créer les conditions optimales du développement économique, tandis que le second entend rassembler toutes les forces vives du massif afin de valoriser l’espace montagnard dans toutes ses dimensions, y compris transfrontalières. « Nous nous appuyons sur un principe simple  : rassembler les partenaires et les acteurs qui ont un rôle à jouer, à savoir les élus, les collectivités, les professionnels du tourisme, de l’agriculture, les commerçants, les associations sportives et de loisirs, les clients », explique le président du Département. Au cœur de cette réflexion d’ensemble voulue par le Département se trouve le pastoralisme. « C’est l’un des grands enjeux du plan parce qu’il est à la fois indispensable à l’entretien de la montagne et nécessaire aux productions agro-alimentaires de qualité de notre terroir », insiste Jean-Pierre Mirande, conseiller départemental de la Montagne basque. « La réussite du plan Montagne est conditionnée à notre capacité à travailler de manière transversale et cela s’applique évidemment aux questions transfrontalières », poursuit l’élu. Sur ce dernier point, des 20 PRÉCIEUX OR BLANC En moyenne, un euro dépensé en frais de remontées mécaniques dans les stations du 64 s’accompagne d’une dépense de 6 euros en hébergement, nourriture, location de matériel. Les retombées économiques d’une saison de ski s’élèvent ainsi à près de 60 millions d’euros. 100 MILLIONS D’EUROS D’INVESTISSEMENT Quelque 100 millions d’euros seront investis sur une durée de 10 ans au titre du plan Montagne 64. Une dizaine de millions d’euros, en moyenne, seront ainsi injectés chaque année par les trois porteurs que sont l’Etat, la Région et le Département, avec le soutien de l’Europe. Un total de 147 projets a été identifié, tout particulièrement dans les secteurs de l’hébergement, de l’emploi saisonnier et du tourisme social. PYREN-EOS  : L’OUTIL SPATIAL Porté par le Département des Pyrénées-Atlantiques et le gouvernement de Navarre, le dispositif Pyren-Eos développe des applications satellitaires pour la gestion agricole, sylvestre et hydrique. L’un de ses objectifs est de créer une plateforme transfrontalière de traitement des données issues des programmes satellitaires Copernicus et Galileo. LE PLAN MONTAGNE 64 REFLÈTE L’AMBITION QUE NOUS AVONS POUR LE DÉVELOPPEMENT DE NOS VALLÉES. habitudes de travail existent bel et bien et se développent depuis une quinzaine d’années avec nos voisins espagnols d’Aragon, de Navarre et du Gipuzkoa. La réorganisation interne des services du Département (lire en p.15), qui s’en trouvent décloisonnés, s’inscrit dans cette nouvelle manière d’appréhender et de mettre en place les politiques publiques, mieux adaptée aux enjeux contemporains, plus efficace. Dans l’optique de partenariat et de concertation qui préside au plan Montagne, le Département a fédéré autour de lui d’importants acteurs publics. La région Nouvelle-Aquitaine, dont la compétence économique vient d’être renforcée par la loi NOTRe, est l’un de ces partenaires majeurs. C’est elle qui appuie directement l’investissement des entreprises. Elle joue également un rôle de premier plan dans le développement des infrastructures de transport, son autre domaine d’intervention privilégié. Les communautés de communes, qui disposent de la compétence des aides à l’immobilier d’entreprise, constituent un autre rouage essentiel du dispositif. Sur le plan économique, il faut encore ajouter le soutien Le site du train touristique de La Rhune va bénéficier d’une cure de jouvence dans le cadre d’un projet mené par le Département et ses partenaires territoriaux locaux.
essentiel de la Caisse des dépôts et consignations de Nouvelle-Aquitaine. Bras financier de l’Etat, elle a pour mission principale de soutenir les politiques publiques. Déjà présente au capital de N’Py, le réseau pyrénéen des stations d’altitude auquel appartiennent Gourette et La Pierre-Saint-Martin, la Caisse des dépôts, à travers sa filiale d’investissements France Développement Tourisme, sécurise les tours de table financiers des projets d’envergure. Enfin, le commissariat de massif des Pyrénées est un autre partenaire privilégié du Département. Emanation du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), cette autre administration d’Etat anime et finance la politique de développement à l’échelle de toute la chaîne pyrénéenne, y compris dans sa dimension transfrontalière. Par ailleurs, le renouvellement attendu des concessions hydro-électriques de la vallée d’Ossau et de Soule pourrait également apporter une ressource supplémentaire aux collectivités locales. Ce manque à gagner, qui s’élève actuellement à un million d’euros pour le Département, pourrait se transformer en sérieux coup de pouce aux investissements qui concrétiseront le plan Montagne. Créer un terreau favorable Parallèlement à la concertation de tous les acteurs de la montagne, le Département entend donc créer les conditions du développement économique. Pour autant, le plan Montagne 64 ne part pas de zéro. Le Département a déjà bâti d’importants dispositifs qui bénéficient au massif et dont certains lui sont spécifiques, notamment dans le domaine du tourisme, de l’agriculture, de la forêt, du développement économique, de l’éducation, de l’environnement, de la solidarité et de la Un berger des Pyrénées. « Le pastoralisme est l’un des grands enjeux du plan parce qu’il est à la fois indispensable à l’entretien de la montagne et nécessaire aux productions agro-alimentaires de qualité de notre terroir », rappelle Jean-Pierre Mirande, conseiller départemental du canton Montagne basque. coopération transfrontalière. Si l’emploi ne se décrète pas, la puissance publique contribue cependant à créer les conditions favorables au développement économique, notamment par la création d’infrastructures adaptées. C’est par exemple le cas des connexions numériques à très haut débit, désormais indispensables à la pérennité des entreprises. Le plan très haut débit, lancé par le Conseil départemental afin de couvrir toutes les Pyrénées-Atlantiques, s’accorde ainsi au plan Montagne et le complète, la spécificité des zones d’altitude y étant prise en compte. Là où la fibre optique ne pourra être amenée comme dans le reste du département, des technologies hertziennes alternatives, de puissance similaire, seront déployées pour permettre l’arrivée de ce très haut débit dans les moindres replis de nos vallées pyrénéennes. Dans un même ordre d’idée, des réseaux wi-fi ont déjà été déployés dans les stations de ski de Gourette et La Pierre- Saint-Martin afin de satisfaire la demande de publics toujours plus connectés. Ces deux domaines skiables, propriétés du Département gérées par l’Etablissement public des stations d’altitude (Epsa), font l’objet d’une attention particulière. Ils constituent, avec le train touristique de La Rhune (lire par ailleurs), de puissants moteurs économiques qui tirent l’emploi vers le haut. A elle seule, la saison d’hiver générée par les stations d’altitude des Pyrénées- Atlantiques affiche un chiffre d’affaires de près 64/LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES/www.le64.fr 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :