[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°65 oct/nov/déc 2014
[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°65 oct/nov/déc 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°65 de oct/nov/déc 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : une journée avec Sandrine Laporte, technicienne des routes et des bâtiments.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
TERRITOIRE MONTAGNE LA PIERRE  : STATION GRANDEUR NATURE Le domaine skiable de La Pierre-Saint-Martin double l’espace de ses pistes, tout en préservant son remarquable cadre naturel. Le plus gros chantier d’aménagement d’un domaine skiable, cette année en France, se déroule dans notre département, à La Pierre-Saint-Martin. Et de l’avis des très bons connaisseurs de la station béarnaise, on ne skiera plus de la même manière dans le secteur du Mailhné-Soum Couy. Les travaux doivent être achevés pour l’ouverture de la saison, prévue le 28 novembre. Pour cette station qui jouit d’une bonne image auprès de sa clientèle, l’enjeu consistait à gommer le seul point noir récurrent dans les enquêtes de satisfaction  : les remontées mécaniques. Leur faible débit occasionnait de trop longues attentes. Ce point de départ a donné lieu à une réflexion plus générale. Pourquoi ne pas offrir une nouvelle expérience de ski par un remodelage des pistes et par une mise en valeur du paysage exceptionnel de La Pierre-Saint-Martin ? Sur les 60 hectares du domaine, la moitié est concernée par ce coup de jeune. « En démontant l’ancien équipement de remontée mécanique pour le remplacer par un télésiège débrayable de six places et une remontée de quatre places, nous avions la possibilité de libérer de l’espace sur la piste. Cela s’est fait en ancrant directement les nouveaux pylônes dans les rochers, en marge du domaine », souligne Laurent Dourrieu, le directeur de l’Établissement public des stations d’altitude (Epsa), satellite du Conseil général chargé de la gestion du domaine de La Pierre- Saint-Martin. Conséquence  : la largeur de la piste double et 28
Le front de neige de La Pierre-Saint-Martin. La station a été repensée pour le plus grand plaisir des skieurs. Ci-contre, la piste du Mailhné lors des travaux de remodelage des tracés. elle offre un nouveau modelé, plus ludique. L’ancien schéma était le suivant  : une piste, la remontée et, entre les deux, le plus souvent, un talus, une zone délaissée et non skiable. Le remodelage donne tout l’espace à la piste en incluant le talus redessiné pour en faire un terrain de jeu très amusant à skier. Désormais, on ne fera pas la même expérience de descente que l’on soit au milieu, sur le côté droit ou gauche de la piste. De plus, en supprimant les passages étroits et en gommant les murs qui avaient tendance à casser la course, les aménageurs redonnent un vrai rythme de ski au secteur Mailhné-Soum Couy et espèrent ainsi combler l’appétit des plus confirmés. Sensations multiples Le Conseil général a également souhaité tirer le meilleur parti de l’environnement remarquable de La Pierre-Saint-Martin. La station des Pins à crochets va ainsi offrir une expérience de ski nature assez unique dans l’ensemble du massif. Des contournements d’espaces naturels ont été travaillés, les virages relevés et les petits tremplins s’intègrent parfaitement dans le paysage. « La mise en valeur des points de vue entre aussi dans la conception de la piste. Nous avons cherché à favoriser des zones d’arrêt pour pouvoir admirer le paysage », explique Laurent Dourrieu. Avant d’arriver au sommet des pistes, les nouvelles remontées offrent déjà une expérience inédite puisqu’elles ont été placées au-dessus de zones restées jusqu’ici vierges de tout regard. Avec leurs nouveaux points d’arrivée, ces itinéraires de remontées permettront enfin aux skieurs débutants d’accéder aux deux pistes symboliques de la station  : le boulevard des Pyrénées, avec son superbe panorama sur le Béarn, et le boulevard des Myrtilles, qui traverse le lapiaz 1 de La Pierre-Saint-Martin. n 1. Rainure plus ou moins profonde résultant de la dissolution du calcaire en surface du sol. Forme mineure du karst. Des pistes en 3D « La volonté de mettre l’environnement au centre de toutes les étapes de l’aménagement est à mon sens une première », souligne Louis Guily. Expert international dans l’aménagement des territoires de montagne, on doit à son bureau d’études, Dianeige, le reprofilage du secteur Mailhné-Soum Couy. « Grâce à la 3 D, nous obtenons des visualisations immédiates que l’on valide ensuite en fonction de leur insertion dans les lignes naturelles de l’environnement », explique-t-il. « Notre objectif a toujours été de faire du neuf, sans coloniser de nouveaux espaces. » Ancrage  : une première Pour sceller un pylône de remontée mécanique, on coule habituellement une énorme quantité de béton dans un trou. Une opération lourde qui nécessite l’aménagement de pistes pour acheminer les engins. Le Conseil général a opté pour des techniques plus modernes  : les pylônes sont directement ancrés dans la pierre. Cette solution réduit de 95% l’impact sur l’environnement. Dans toutes les Pyrénées, c’est la première fois qu’une ligne de remontée mécanique est entièrement ancrée dans la roche. L’harmonie du bâti Souvent délaissés lors de l’aménagement des stations d’altitude, les bâtiments techniques ont fait l’objet d’un traitement inédit dans les Pyrénées. Une intégration très aboutie des formes et des matériaux a été commandée à l’architecte oloronais Pierre Dubedout. Ce dernier a privilégié la résille bois pour fondre les bâtiments des remontées dans le paysage. 64/LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES/www.cg64.fr 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :