[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°51 sep/oct/nov 2011
[64] Pyrénées Atlantiques le mag n°51 sep/oct/nov 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°51 de sep/oct/nov 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques

  • Format : (290 x 380) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : offrir un avenir à nos jeunes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Laurent Husson Président du cabinet conseil du projet « Nature & Technology » le64économie ■ Pourquoi avoir choisi le thème de « Nature & Technology » pour construire l’avenir de la filière aéronautique et spatiale des Pyrénées Atlantiques ? Aujourd’hui, les enjeux environnementaux sont fondamentaux dans tous les domaines. Les industries aéronautique et spatiale n’échappent pas à ce constat. Les Pyrénées-Atlantiques, grâce à la diversité de leur territoire et au savoir faire de ses entreprises développé depuis de nombreuses années, ont une réelle carte à jouer. Dans cette compétition mondiale, le département a des atouts indiscutables qu’il faut valoriser et faire connaître. C’est là que « Nature & Technology » a toute sa place à partir du moment où se fédère dans son sillage l’ensemble de la filière. C’est ce à quoi nous assistons aujourd’hui. ■ Le potentiel de développement se trouve-t-il dans le secteur aéronautique ou dans le spatial ? J’aurai une réponse de gascon : les deux ! Avec l’objectif de l’avion vert moins consommateur d’énergie, moins polluant, plus respectueux de l’environnement, l’industrie aéronautique déjà très présente sur le territoire, a un extraordinaire challenge à relever. Les Pyrénées-Atlantiques ont de réels atouts stratégiques pour être présents dans cette compétition mondiale. Le spatial, avec toutes les applications à développer dans les domaines de l’environnement, de la géolocalisation et de la surveillance par satellite, est un secteur en plein développement. Il est d’autant plus intéressant pour le département qu’il représente une nouvelle filière de services légère à installer, non polluante et avec des retombées mondiales. ■ Comment « Nature & Technology » a été reçu lors de vos présentations ? Étant totalement partie prenante dans ce projet, ma réponse pourrait être sujet à caution… Mais, objectivement, le projet suscite aujourd’hui un grand intérêt de la part de nos interlocuteurs. Canadiens, allemands, californiens, belges, espagnols et français ont très bien reçu notre présentation. Il reste maintenant à montrer qu’il ne s’agit pas d’une simple opération marketing, mais d’une véritable ambition regroupant tous les interlocuteurs du territoire. C’est ce que nous allons démontrer en octobre avec le colloque organisé à Abbadia à Hendaye qui regroupera l’ensemble des filières et les interlocuteurs intéressés. Tout ceci est un travail sur le long terme. ■ En pointe au Bourget Nature & Technology : une nouvelle ambition industrielle NOUVEAUX MARCHÉS. Le projet « Nature & Technology » a pour ambition de placer la filière aéronautique et spatiale du département comme une véritable référence mondiale. L’industrie aéronautique et spatiale est un des poids lourds du département des Pyrénées-Atlantiques. Avec plus de 120 entreprises, 10 00 emplois directs et une filière de formation en plein développement, ce secteur fait partie de l’histoire du département. Déjà en 1909, la création à Pau par les frères Wright de la première école de pilotage au monde a suscité l’engouement. Il faut dire que le territoire avait l’avantage d’être éloigné des frontières de l’Est, avec de grands espaces dégagés et la proximité de l’océan. Des atouts majeurs ! Depuis, des entreprises mondialement connues se sont installées dans la région, contribuant à asseoir la vocation aéronautique du bassin de l’Adour. Ce fut le cas de Dassault-Aviation, de Fouga- Potez, de Turbomeca, de Messier- Dowty (Groupe Safran) ou encore de Daher-Socata. Dans le sillage de ces leaders, s’est constitué peu à peu un important pôle de sous-traitance faisant des Pyrénées-Atlantiques un acteur majeur d'Aerospace Valley, à proxi- Le Salon du Bourget est l’ÉVÉNEMENT que l’ensemble de l’industrie aéronautique et spatiale mondiale ne peut manquer. Voilà pourquoi le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques et ses partenaires, associés à l’ensemble de la filière, ont choisi cette manifestation pour présenter le projet « Nature & Technology ». Visiblement l’accueil a été bon puisque 30 entretiens de deux heures ont été réalisés avec différents acteurs internationaux majeurs. Allemands, argentins, brésiliens, canadiens, espagnols et américains se sont succédé pour s’informer du projet et l’étudier plus en profondeur. Tous ont été intéressés par le savoir mité immédiate des pôles de référence mondiale de Bordeaux et Toulouse. faire et les innovations développées dans le département et ont été particulièrement sensibles à l’adhésion de toute la filière au projet ainsi qu’au territoire constitué de villes, de montagnes et d’océan. ■ Colloque à Hendaye Afin de pérenniser la démarche « Nature & Technology », un colloque est organisé à Abbadia à Hendaye les 12 et 13 octobre. Sont présents les acteurs de l’aéronautique et de l’innovation des Pyrénées-Atlantiques ainsi que toutes les personnes rencontrées au salon du Bourget. Uncomité scientifique sera ensuite constitué avec comme objectif de labélise « Nature & Technologie » et les projets adhérents. ■ Le projet Nature & Technology associe les acteurs de la filière présents sur le territoire. Un projet unique Toute la question est maintenant de conforter et développer ce secteur porteur d’avenir. Pour y répondre le Conseil général a fait appel à un cabinet de référence « Anewworld consulting », donnant naissance au projet « Nature & Technology ». L’ambition est claire : associer les acteurs de la filière pour développer les secteurs en prospectant de nouvelles entreprises complémentaires permettant a cette industrie de tenir toute sa place dans la compétition. Aujourd’hui les enjeux environnementaux sont au cœur du développement économique. C’est une véritable mutation qui est en train de s’effectuer. L’industrie aéronautique et spatiale n’échappe pas à cette tendance lourde qui est en train de construire un futur innovant et durable. « Avec ses territoires préservés et diversifiés entre océan, montagnes et plaines, avec son tissu industriel performant, ses laboratoires de recherche, sa filière de formation supérieure et Selon les prévisions, les premières retombées concrètes devraient arriver d’ici 24 mois et faire des Pyrénées- Atlantiques un acteur majeur au sein d’Aérospace Valley. ■ Sur les rangs de l’avion vert Un rôle moteur L'avion est sous pression. Dès 2012, le transport aérien sera intégré au marché de quotas d'émission de CO2 européen. En 2013, les compagnies aériennes auront à réduire de 5% leurs émissions de CO2 par rapport à leur niveau de 2005 si elles ne veulent pas avoir à s'acquitter de droits à polluer. Tous les industriels sont donc « sur les dents » pour trouver de nouvelles solutions en matière motorisation, de réduction de consommation, de nouvelles le développement de ses infrastructures routières, portuaires et aéroportuaires, les Pyrénées- Atlantiques ont tous les atouts pour participer pleinement à cette compétition mondiale » souligne Georges Labazée, président du Conseil général. Le projet « Nature & Technology » unique en son genre, a donc pour ambition de jouer un rôle moteur et fédérateur pour tous les acteurs qui veulent appréhender au mieux ces nouveaux marchés, véritables relais de croissance pour les décennies à venir. Il s’agit de trouver des solutions pour construire des « avions verts » moins polluants et moins consommateurs d’énergies, de s’appuyer sur les réseaux de satellites pour mettre au point de nouvelles applications. L’objectif est donc de conforter les entreprises du secteur présentes sur le territoire et d’en faire venir de nouvelles qui soient complémentaires pour que le département s’impose comme une référence mondiale. Une initiative particulièrement bien accueillie par les tissus des entreprises locales du secteur qui participent au projet. En savoir plus : nature-technology.fr technologies, de modernisation des systèmes de gestion du trafic aérien. Un exemple parmi bien d’autres, au sol, un long courrier dépense 1000 litres de kérosène pour rejoindre sa piste d'envol. Un gâchis qui pourrait prendre fin avec l'installation de motorisation électrique du train avant des avions. Une solution sur laquelle planche le motoriste Safran présent dans les Pyrénées-Atlantiques. Les recherches à réaliser dans ce domaine sont immenses. C’est donc naturellement que la filière aéronautique des Pyrénées-Atlantiques portée par le projet Nature & Technology, s’est placée sur les rangs grâce à son savoir faire et à la diversité de son territoire qui offre toutes les possibilités d’expérimentations sur place.
Le département des Pyrénées-Atlantiques se trouve au cœur du pôle de compétitivité « Aérospace Valley ». Constitué des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, ce pôle représente globalement 94 000 emplois, 1 300 entreprises, 8 500 emplois dans la recherche pour un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros. C’est le premier pôle français dans le domaine de l’enseignement supérieur. Historiquement, le bassin de l’Adour et plus particulièrement les Pyrénées-Atlantiques ont toujours été un pôle à part entière de ce poids lourd économique. Structuré autour des agglomérations de Bayonne, Pau et Tarbes, les compétences développées recouvrent l’ensemble des métiers de la filière ■ Les satellites plus que les fusées La création de nouvelles applications de géolocalisation et de télésurveillance par satellites représente un secteur d’avenir pour les Pyrénées-Atlantiques. En effet pour les sociétés travaillant dans ce domaine, la diversité de la géographie du département avec des plaines, des montagnes, un océan et tous les types d’infrastructures, représente un terrain d’expérimentations parfait. Que ce soit en matière d’applications pour autour de quatre grands donneurs : Turboméca, Messier- Dowty, Dassault Aviation et Daher-Socata. De véritables références Quelques 150 entreprises de soustraitance constituées de spécialistes allant de la mécanique générale aux bureaux d’études en passant, entre autres, par la fonderie, les équipements électroniques ou les matières plastiques, les traitements de surface et les peintures, emploient 10 000 salariés. Grâce à sa situation géographique et à la qualité de ses salariés, la filière aéronautique des Pyrénées-Atlantiques a toujours su s’adapter aux innovations et rester ainsi une véritable référence GPS, de télésurveillance par satellite, de prévisions météo, de gestion de l’environnement ou de localisation, il reste de très nombreuses innovations à trouver ou à simplifier pour les rendre accessibles au grand public. ■ L’exemple de Satmos Installée à Billère depuis un an, la petite société Satmos est un exemple remarquable. En partenariat avec l’Agence Spatiale Européenne, elle a développé une nouvelle technologie le64économie Aéronautique : le département sur le bon cap FILIÈRE. Le secteur aéronautique est un poids lourd économique du département. L’important est aujourd’hui de le valoriser. ■ L’aéronautique représente 10 000 emplois. nationale. Aujourd’hui, si le projet « Nature & Technology » a pu voir le jour c’est aussi en raison des importants efforts entrepris dans le domaine de la formation et de la recherche. 11 laboratoires de pointe L’exemple du site d’Aéropolis construit dernièrement à Bordes est à ce titre significatif. Le centre de formation présent sur le site, regroupe 14 formations initiales en alternance aux métiers de l’industrie et de l’aéronautique gérées directement par la branche professionnelle, l’enseignement dispensé va du Bac Pro à l’ingénieur. De son côté, l’Éducation nationale offre 42 formations réparties dans dix établissements tandis que l’Estia, l’Enit et l’Eisti sont des écoles de télécommunication par satellite permettant à ses clients de rationaliser leur système de surveillance à distance, de contrôle et de télégestion. Elle a ainsi équipé dernièrement plusieurs syndicats des eaux de communes comme à Saint Pée, qui peuvent maintenant gérer directement de leur centre de contrôle le niveau des eaux et télécommander les différentes pompes sans problème de transmissions. d’ingénieurs réputées. En matière de recherche, 11 laboratoires intéressent la filière dans des domaines de pointe comme les nanotechnologies, les systèmes d’information, de calcul, des fluides et des systèmes industriels. De lourds investissements Enfin deux centres techniques de transfert de technologie à Anglet avec Composite Adour et à Tarbes viennent compléter cette filière d’excellence. Pour conforter la filière sur le territoire, le Conseil général s’est fortement positionné sur des projets porteurs d’avenir comme le centre technologique Compositadour à Bayonne (5,5 millions d’euros d’investissement) ou la reconstruction de l’usine de Turbomeca (100 millions d’euros). La collectivité a aussi participé à la reconfiguration du site Messier-Dowty à Bidos (50 millions d’euros) et la création du Centre de Simulation Palois (C.S.P.), plate-forme logiciels de conception et cluster de calcul accessibles aux entreprises locales. Au regard de toutes ces données, on comprend bien qu’il convient de continuer à valoriser toute cette filière. En savoir plus : aerospace-valley.com Travaillant aujourd’hui sur le projet de surveillance des 5 000 kilomètres de gazoducs algériens et de surveillances d’incendies de forêts en Europe, elle espère beaucoup du projet Nature & Technology porté par le Conseil général. Pour son président, M. Diêù Trinh-Xuan : « Ce projet est une très bonne nouvelle. Notre secteur est en pleine croissance et nous avons besoin de travailler en synergie avec d’autres sociétés pour mieux nous développer. » 7 Jacques Cassiau-Haurie Vice-président du Conseil général, en charge du développement économique ■ Pourquoi lancer un projet comme Nature & Technology ? L’idée d’initier un projet comme Nature & Technology, vient du constat évident, que notre département est un territoire dont l’activité économique est notamment constituée par la filière aéronautique. Environ 150 entreprises, 10 000 emplois, sont directement liés à cette filière. Non seulement nous devons conforter cette réalité, mais aussi, contribuer à la développer. Aujourd’hui, le marché de l’aviation repart, après la grande crise de ces deux dernières années. Mais les avions de demain évoluent dans le sens des matériaux composite, des biocarburants, dans le recyclage possible etc… Nous voulons faire évoluer notre attractivité en favorisant une innovation tendant à intégrer les problématiques environnementales : les Green Technologies. Le département peut agir dans ce sens, il doit en faire sa spécificité. ■ Avez-vous déjà eu des retombées ? Quelques projets émergent à la suite de notre positionnement sur ces sujets au salon du Bourget. Par exemple une entreprise développant un système de géo localisation pourrait faire de notre territoire un lieu d’expériences, en ville, à la montagne, en mer, dans des sites recevant beaucoup de public. Une PME, spécialisée dans la fabrication d’éléments aérospatiaux, intégrés dans des nano-satellites, a également manifesté, lors du salon, son intérêt à une implantation dans notre département. ■ Quel est le but du colloque qui se tient en octobre au Château d'Abbadia ? Ce colloque a pour but de donner de la perspective à cette initiative, de la dynamiser. Nous y accueillerons, les prospects intéressés par le Concept de Nature & Technology, notamment des entreprises nord américaines, européennes. Notre souhait est d’aider à la mutation de nos entreprises vers des techniques plus respectueuses de l’environnement et d’attirer d’autres industriels porteurs de techniques innovantes. Le Département des Pyrénées- Atlantiques riche de la diversité de ses paysages, de sa qualité de vie, de l’intérêt manifesté par beaucoup de nouvelles populations, pour y résider, tout en confortant son tissus industriel, doit faire de ces atouts des éléments supplémentaires de son attractivité.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :