[63] Puy-de-Dôme en mouvement n°198 novembre 2019
[63] Puy-de-Dôme en mouvement n°198 novembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°198 de novembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Puy-de-Dôme

  • Format : (230 x 290) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : agir pour le handicap.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
EXPRESSION DES GROUPES POLITIQUES GROUPE SOCIALISTE, RADICAL ET RÉPUBLICAIN UNION DES RÉPUBLICAINS Bien vieillir  : la majorité départementale aux avant-postes Le Département se trouve aux avant-postes dans la promotion du bien vieillir et de la prévention de la dépendance – aujourd’hui appelée « 5 e risque » - car il est la collectivité chef de file en matière de solidarité et d’action sociale. Dans ce cadre, la priorité de notre collectivité est de privilégier le maintien à domicile des personnes âgées. C’est d’ailleurs le souhait de tous nos aînés. Plusieurs possibilités sont offertes aux Puydômois par le Conseil départemental  : téléassistance, allocation personnalisée d’autonomie (APA). Dès lors, tant que nos anciens sont en bonne santé et autonomes, ils doivent pouvoir rester chez eux. Un changement de modèle Les maisons de retraite sont devenues des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (les EHPAD), où ils bénéficient de davantage de prise en charge. Le Département accompagne l’adaptation des établissements à ces nouveaux besoins. Dans ce contexte, le Département intervient pour soutenir les familles qui doivent placer leurs aînés dépendants en EHPAD. Nous avons fait des choix afin d’offrir un accès plus large pour l’hébergement  : habilitation à l’aide sociale sur 80% des places ; versement de l’APA en établissement ; actions sur la tarification des établissements. Accompagner l’évolution des métiers du grand âge Des résidents moins autonomes demandent davantage de soins mais surtout un accompagnement accru dans les gestes du quotidien  : repas, toilette… Cela a un impact important sur les conditions de travail des personnels et peut provoquer de la souffrance au travail. C’est pourquoi, le Conseil départemental reste à l’écoute des personnels et souhaite que la dépendance fasse l’objet d’une meilleure prise en compte par le législateur afin d’apporter des moyens humains. Répondre au 5 e risque par la création d’une 5 e branche de la sécurité sociale Elus de gauche, nous appelons à une véritable prise en charge de la perte d’autonomie par la solidarité nationale, alors que le nombre de personnes dépendantes pourrait doubler d’ici 2050 ! La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé la préparation d’une « grande loi » sur la dépendance. Il faut qu’elle intègre la prise en charge de ce risque. Nous y serons extrêmement vigilants. CONTACT Tél.  : 04 73 42 02 70 LE PRÉSIDENT  : PIERRE DANEL Les élus du groupe › Claude Boilon - Catherine Cuzin (Aigueperse) - Nicole Esbelin - Bernard Sauvade (Brassac-les-Mines) - Pierre Danel (Clermont- Ferrand 3) - Jean-Yves Gouttebel - Elise Serin (Clermont-Ferrand 5) - Serge Pichot - Emilie Guedouah-Vallée (Gerzat) - Eric Gold (Maringues) - Bernadette Troquet - (Les Martres-de-Veyre) - Jean-Luc Coupat - Dominique Giron (Les Monts du Livradois) - Pierrette Daffix-Ray - Laurent Dumas (Saint-Eloy-les- Mines) - Olivier Chambon (Thiers) - Jeanne Espinasse (Vic-le-Comte) 26 — 198 Sécheresse  : une situation préoccupante Une sécheresse inédite dans son intensité, exceptionnelle dans sa durée, touche notre département. Pour la 2 e année consécutive, la situation hydrologique du Puy-de-Dôme est très préoccupante avec les niveaux des nappes, des débits des cours d’eau et des affluents qui sont bas et une période estivale qui a alterné entre fortes chaleurs et absences de précipitations. La profession agricole est durement touchée par cet épisode de sécheresse, notamment pour les céréaliers et les éleveurs dont la gestion de l’eau est primordiale pour leurs activités. Dans le Puy-de-Dôme, les productions végétales (céréales, oléagineux, protéagineux, betteraves, fourrages annuels, prairies temporaires et naturelles) représentent près 343 000 hectares et les productions animales près de 250 000 têtes (vaches laitières, allaitantes, brebis mères, chèvres et truies). Des mesures doivent être prises par les pouvoirs publics afin de renforcer les ressources en eau et voir comment on peut mieux la stocker. Tous les acteurs doivent être mobilisés (Etat, Agence de l’eau, Région, Chambre d’Agriculture, structures qui gèrent l’approvisionnement en eau,…). La majorité en place au sein du Conseil départemental demeure bien silencieuse et inactive sur le sujet. Pourtant, le Département devrait avoir un rôle moteur pour l’accès à l’eau et ce, dans le cadre de ses compétences environnementales. Notre collectivité contribue déjà à la viabilité des exploitations agricoles avec la mise en place du soutien à l’implantation de cultures fourragères dérobées. Mais il faut aller plus loin. Plusieurs dispositifs pourraient être mis en place comme ceux qui ont été imaginés par le département de la Côte d’Or  : - un soutien à l’investissement à la création de cuves de récupérations des eaux pluviales ; - des aides pour expérimenter des dispositifs de stockage et de distribution d’eau aux éleveurs ; - les possibilités de création de retenues d’eau collectives ou individuelles ; - et la mobilisation de toutes les ressources existantes. Les aléas climatiques deviennent récurrents pour ne pas dire la norme. Les Départements sont historiquement des acteurs importants des politiques environnementales de par leur expertise technique, et leur connaissance fine du terrain et des acteurs locaux. Il est temps d’agir ! CONTACT groupeUR@puy-de-dome.fr Tél.  : 04 73 42 23 75 www.uniondesrepublicains.org LE PRÉSIDENT, JEAN MARC BOYER Les élus du groupe › Valérie Prunier - Michel Sauvade (Ambert) - Eléonore Szczepaniak - Pierre Riol (Aubière) - Anne-Marie Picard - Jean- Paul Cuzin (Beaumont) - Colette Bethune - Flavien Neuvy (Cébazat) Marie-Anne Marchis - Jean Ponsonnaille (Chamalières) - Anne-Marie Maltrait - Lionel Chauvin (Châtel-Guyon) - Bertrand Barraud (Issoire) Martine Bony - Jean Marc Boyer (Orcines) - Stéphanie Flori-Dutour Jean-Philippe Perret (Riom) - Audrey Manuby - Lionel Muller (Saint- Ours-les-Roches)
EXPRESSION DES GROUPES POLITIQUES LA GAUCHE 63 SOCIALISTES ET APPARENTÉS 63 Le Schéma Départemental de l’Habitat La session de notre assemblée en septembre comportait la présentation du Schéma Départemental de l’Habitat (SDH). Outil de planification et de programmation, le SDH définit les priorités et moyens d’actions du Département en matière d’habitat et de logement. Durant la préparation de ce schéma, nous avions fait valoir les valeurs et objectifs qui devaient concourir à sa construction  : un indispensable volet social et une démarche partenariale. Politique essentielle du Département, l’Habitat propose avec ce SDH des dispositifs comme  : - la plateforme de rénovation thermique  : chargée de réduire les consommations et les factures d’énergie des ménages, d’anticiper les situations de précarités énergétiques et contribuer au maintien des personnes âgées à leur domicile, ainsi que d’améliorer l’attractivité du territoire et la valeur patrimoniale des logements - l’agence immobilière solidaire  : chargée de lutter contre la mal logement et les marchands de sommeil, d’augmenter le parc de logements sociaux, de développer une offre de logements diversifiés sur les territoires, et d’accompagner les collectivités dans la gestion de leur parc locatifs. Coconstruit avec les collectivités, c’est un schéma étayé d’un diagnostic chiffré, avec des orientations claires. Il a été réalisé en interne, démontrant que les compétences sont réelles pour un peu que la confiance soit au rendez vous entre élus, services, territoires et partenaires. Sur le fond, ce SDH est un outil puissant visant la cohérence entre les politiques de l’habitat et celles du social. Bien que nous ayons approuvé le contenu du SDH, des critiques et inquiétudes persistent  : - nous continuons de dénoncer la suppression de la direction de l’habitat du pôle des Solidarités Sociales décidée par le président du Conseil départemental. Notre politique habitat, au regard des dispositifs qu’elle contient, a vocation à vivre au sein de ce pôle des solidarités - nous avons mis en exergue le fait que de nombreuses fiches actions du SDH n’ont actuellement aucun crédit budgétaire de prévu. Au fil des prochains mois, nous serons donc vigilants à ce que les ambitions développées dans ce schéma soient dotées des moyens humains et financiers nécessaires. Ces mêmes moyens manquent actuellement à de nombreux partenaires du Conseil départemental car leurs subventions et dotations votées ne sont toujours pas versées, nous l’avons de nouveau dénoncé lors de cette session et avons demandé à ce que nos partenaires, indispensables à la réussite de nos politiques, soient respectés. CONTACT lagauche63@gmail.com Tél.  : 04 73 42 25 26 LES CO-PRÉSIDENT.E.S  : JOCELYNE GLACE LE GARS (CANTON DE BILLOM) ET LIONEL GAY (CANTON DU SANCY) Les élus du groupe › Valérie Bernard (canton de Clermont-Ferrand 1), Grégory Bonnet (canton de St-Georges-de-Mons), Annie Chevaldonné (canton de Thiers), Gérald Courtadon (canton de Clermont-Ferrand 2), Caroline Dalet (canton de Maringues), Lionel Gay (canton de Sancy), Jocelyne Glace Le Gars (canton de Billom), Jacky Grand (canton de Billom), Bertrand Pasciuto (canton de Cournon), Clémentine Raineau (canton de St-Georges-de- Mons), Monique Rougier (canton de Lezoux) En même temps... Les trois petits mots, « en même temps », constituent la ligne politique « macronienne ». D’apparence insignifiants, ils marquent le fossé qui se creuse entre la France d’en haut et la France d’en bas. En effet, notre Président peut-il prôner la paix dans le monde et « en même temps » fournir des armes à l’Arabie saoudite pour massacrer des populations entières au Yémen ou à l’Égypte pour mater les opposant ? S’élever, avec force discours, contre le réchauffement climatique et « en même temps » supprimer 5 000 emplois au ministère de la Transition écologique et solidair ? Vouloir une France apaisée et « en même temps » prendre des attitudes ou des mesures qui heurtent le peuple  : supprimer l’impôt sur la fortune tout en s’en prenant aux acquis sociaux ? Regretter la désertification de nos territoires ruraux et « en même temps » fermer des services publics de proximité (bureaux de poste, perceptions... le « tout internet » laisse hélas sur le bord de la route des catégories entières de la population) ? Diminuer certains impôts et « en même temps » ne pas baisser les taxes sur le pétrole (impôts indirects qui touchent en priorité les classes populaires) ? S’étonner du ras-le-bol des élus locaux et « en même temps » couper les vivres aux collectivités locales (communes et départements) ? À force de dire et faire tout et son contraire, de prétendre que le levier fiscal sert la politique environnementale sans en discerner les tenants et les aboutissants, de porter atteinte à nos valeurs républicaines de solidarité et de justice sociale, de mépriser les partis politiques et les associations (suppression des emplois aidés) si nombreuses dans notre pays et qui permettent de nous rassembler pour le vivre ensemble, de nous faire perdre nos repères et ce qui constitue le socle de notre République, la colère gronde dans le pays. Le mouvement des « gilets jaunes » ne reflète-t-il pas ce sentiment d’injustice profond dont on ne connaît pas les limites ? Quant à nous, nos choix sont clairs et lisibles. Membres du groupe socialiste et apparentés, nous ne nous reconnaissons pas dans cette confusion du « en même temps » que nous rejetons résolument. S’appuyant sur les compétences du Conseil départemental en matière sociale et territoriale, nous œuvrons au quotidien au plus près de vous, de vos associations, de vos communes, pour plus de solidarité et de justice sociale, pour être attentif à chacun d’entre vous, surtout les plus fragiles, dans vos projets et votre vie de tous les jours. C’est tout le sens de notre action au Conseil départemental et dans nos cantons. LES CO-PRÉSIDENTS  : ELISABETH CROZET, GILLES PÉTEL Les élus du groupe › Damien Baldy (Clermont 4), Gérard Betenfeld (Pontdu-Château), Dominique Briat (Clermont 4), Nathalie Cardona (Pont-du- Château), Elisabeth Crozet (Le Sancy), Nadine Déat (Clermont 6), Antoine Desforges (Vic-le-Comte), Manuela Ferreira De Sousa (Clermont 2), Sylvie Maisonnet (Clermont 3), Florent Moneyron (Lezoux), Gilles Pétel (Martresde-Veyre), Monique Pouille (Cournon), Alexandre Pourchon (Clermont 1), Patrick Raynaud (Clermont 6). 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :