[63] Puy-de-Dôme en mouvement n°193 mai 2019
[63] Puy-de-Dôme en mouvement n°193 mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°193 de mai 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Puy-de-Dôme

  • Format : (230 x 290) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,0 Mo

  • Dans ce numéro : l'enfant, une priorité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 — 193 DOSSIER Légende Parole d’élu Pierre Danel Conseiller départemental délégué au développement du placement en familles des enfants confiés à l’ASE et président du CDEF « En matière de protection de l’enfance, il n’y a pas de solution unique. Les enfants qui sont confiés au Conseil départemental, soit à la demande de leurs parents, soit par décision judiciaire, ont souvent vécu des situations dramatiques qui les ont profondément touchés. Nous avons un vrai devoir républicain de les accueillir et leur donner les moyens de grandir et de s’épanouir. Pour assurer à chaque enfant placé un suivi cohérent et un parcours sans nouvelle rupture, le nouveau schéma départemental affirme le CDEF comme véritable pierre angulaire des dispositifs en leur faveur. Ses missions d’accueil d’urgence des mineurs (avec ou sans leurs parents) d’évaluation de leur situation et d’orientation sur le long terme sont fondamentales. En parallèle, nous poursuivons notre politique volontariste pour recruter des assistants familiaux. Ce type d’accueil est souvent la solution la plus bénéfique, surtout pour les plus petits qui ont besoin, pour se structurer, de grandir au sein d’une cellule familiale ». Centre départemental de l’enfance et de la famille L’établissement au cœur de la protection de l’enfance Etablissement public de protection de l’enfant financé par le Conseil départemental, le Centre départemental de l’enfance et de la famille (CDEF) à Chamalières voit ses missions d’accueil d’urgence des mineurs ainsi que des jeunes majeurs (jusqu’à 21 ans), d’évaluation de leur situation et de leur orientation réaffirmées avec le nouveau schéma. ACCUEILLIR C’est la véritable « porte d’entrée » pour tous les enfants faisant l’objet d’une mesure de placement judiciaire. Au CDEF, 24h sur 24, 7 jours sur 7, les personnels sont mobilisés pour accueillir les enfants dans les meilleures conditions. « Il y a plusieurs cas possibles, explique Jean-Michel Lamaison, directeur de l’établissement. Cela peut être suite à une décision judiciaire, comme une ordonnance de placement provisoire, ou quand un mineur est trouvé seul sur la voie publique et que ses parents sont injoignables. » Les arrivées au CDEF peuvent se faire à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit. « Les premiers instants où un mineur arrive dans nos murs sont extrêmement importants pour la suite de son parcours, souligne Pierrick Noblet, chef de service du foyer adolescents. C’est un moment particulièrement délicat, où il faut le rassurer, le mettre en confiance et établir un lien avec lui. » EVALUER Educateurs spécialisés, éducateurs de jeunes enfants, puéricultrices, psychologues… Le CDEF compte plusieurs agents aux profils variés qui travaillent de façon collective pour assurer le bien-être des enfants accueillis. A partir du moment où un enfant arrive, ils ont pour mission, sous trois à six mois, d’évaluer sa situation ainsi que celle de sa famille. L’expertise de ces professionnels permet à l’ASE ou au juge de mieux statuer sur les suites du placement et d’envisager le parcours de l’enfant. ORIENTER « Le CDEF n’a pas vocation à garder les enfants plus de six mois, assure Jean-Michel Lamaison. Nous avons pour mission d’orienter de façon pérenne chaque mineur que nous recevons vers la structure qui sera la mieux adaptée à sa situation et à ses besoins. » L’orientation peut se faire vers un dispositif d’accompagnement à moyen ou long terme  : notamment vers une maison d’enfant, en foyer, en famille d’accueil ou encore vers un retour auprès de la famille, de manière étayée ou non. Tout comme son accueil, le départ de l’enfant est longuement préparé. Dans la mesure du possible, sa famille peut être associée à ce travail.
Compétences Une équipe pluridisciplinaire Le CDEF s’appuie sur des professionnels très impliqués aux profils différents et complémentaires. Quel que soit leur âge, les enfants qui arrivent au CDEF ont tous une histoire difficile et ont connu des situations qui les ont profondément affectés. Afin d’assurer une prise en charge bienveillante et les aider à se reconstruire, plusieurs professionnels les accompagnent au quotidien. Ainsi, Marie Recole, auxiliaire de puériculture à la pouponnière (accueil des 0 à 3 ans), insiste sur le travail d’éveil qu’elle et ses collègues effectuent auprès des petits pensionnaires « ils ont souvent plusieurs carences, constate-t-elle. Nous veillons aussi à ce que l’ambiance reste la plus calme possible, ils ont un réel besoin d’être dans un environnement apaisé. » Pour Alexandre Fernandez, psychologue  : « notre travail consiste à les aider à aller au-delà des violences qu’ils ont subies directement ou indirectement chez leurs parents et au moment de la séparation. Nous veillons à ce qu’ils puissent grandir et se construire malgré ces traumatismes ». Educatrice de jeunes enfants au Centre parental, Virginie Orliange travaille beaucoup sur la relation père/mère – enfant. « Nous sommes là pour aider les mères ou les pères accueillis au Centre à mieux réussir dans leur fonction parentale. Il est particulièrement important de nouer une relation de confiance. » Isabelle*, éducatrice spécialisée au foyer d’adolescents, souligne l’importance du travail en équipe qui est essentiel pour avoir une analyse objective sur la situation de chaque jeune accueilli. « Tous les jeunes qui arrivent ici ont besoin d’être rassurés. Nous faisons tout pour qu’ils se sentent en sécurité et établir un lien de confiance avec eux. » S’ils sont souvent exposés à des situations difficiles, les professionnels du CDEF ont aussi de nombreux motifs de satisfaction dans leur travail, notamment celui de porter haut la mission de protection de l’enfant  : « nous sommes là avant tout pour assurer le bien-être des enfants, confie Marie Recole à la pouponnière. Leur capacité à s’adapter malgré ce qu’ils ont vécu est épatante. Ils ont une vraie force de vie. » *le prénom a été modifié CONTACT  : CDEF 22 Bd Gambetta – Chamalières Tél.  : 04 73 17 63 00 cdef63.fr Virginie Orliange est éducatrice de jeunes enfants. Alexandre Fernandez est psychologue. Marie Recole est auxiliaire de puériculture. DOSSIER Le Centre parental Le soutien à la parentalité est l’autre grande mission du CDEF. Pour cela, il dispose d’un centre parental d’une capacité de 68 places pour les mères, pères, ou couples parentaux ayant un enfant de moins de trois ans. Il est également ouvert aux femmes enceintes. Ce service propose plusieurs types d’hébergements adaptés aux besoins d’étayage parental. « Le CDEF compte aussi d’autres services de soutien de la parentalité explique Didier Szenknecht, chef de service du Centre parental. Ils organisent notamment des visites médiatisées ou mettent en place des alternatives au placement, comme un suivi et un accompagnement éducatif au domicile familial. » Le Service mobile d’accueil d’urgence et d’évaluation (SMAUE) Pour que l’accueil de ces enfants, souvent traumatisés se fasse dans les conditions, les plus humaines possibles, le centre a mis en place, en 2012, le SMAUE, il assure la permanence départementale aux heures de fermeture de l’Aide sociale à l’enfance. Service mobile, ses agents se déplacent dans tous le département pour venir chercher les enfants devant être accueillis afin d’assurer une prise en charge beaucoup plus humaine et moins traumatisante. 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :