[63] Puy-de-Dôme en mouvement n°193 mai 2019
[63] Puy-de-Dôme en mouvement n°193 mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°193 de mai 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Puy-de-Dôme

  • Format : (230 x 290) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,0 Mo

  • Dans ce numéro : l'enfant, une priorité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
ÉDITO SOMMAIRE 2-3 RETOUR SUR IMAGES 4 SOMMAIRE 5-11 DOSSIER ENFANCE 12-13 CHAÎNE DES PUYS 14 SDIS 15 ROUTES 16-17 SOCIAL 18-19 TERRITOIRES 20 ENVIRONNEMENT 21 CULTURE 22 AGENDA-SORTIES 23 PORTRAIT 24 FICHE RANDO 25 BLOC-NOTES 26-27 EXPRESSION DES GROUPES POLITIQUES Puy-de-Dôme en mouvement n°193 Magazine du Conseil départemental Hôtel du Département – Service communication 24, rue Saint-Esprit – 63033 Clermont-Ferrand Cedex 1 Tél.  : 04 73 42 23 16 – Fax  : 04 73 42 23 62 www.puy-de-dome.fr Directeur de la publication  : Jean-Yves Gouttebel Rédactrices en chef  : Carole Berioux, Stéphanie Caille Rédaction  : Laurence Rapp, Thibault Teisserenc, Baptiste Désorme, Delphine Da Rocha, Bérangère Monraisse, Emilie Landry avec le concours des services du Conseil départemental. Photographies  : Jodie Way, Henri Derus, Valentin Uta, SDIS du Puy de Dôme/Emilie Landry, Ludovic Combes, Supreme Legacy. Impression  : Roto Aisne Maquette et réalisation  : Médiafix (www.mediafix.net) Diffusion  : Mediapost – Tirage  : 339 000 exemplaires Dépôt légal  : à parution ISSN  : 1158-0720. Puy-de-Dôme en mouvement est imprimé sur du papier recyclé. 4 — 193 En couverture Photo de Jodie Way Édito Se rassembler pour le Puy-de-Dôme Faut-il rappeler que la politique c’est la gestion de la cité ? Sans aucun doute, car on l’oublie trop souvent. Pour moi la gestion de la cité, donc la politique, est une mission noble qui ne souffre pas de la démagogie, pas plus qu’elle ne doit engendrer l’isolement ou l’éloignement. La gestion de la cité exige la proximité. Or, certaines pratiques trop répandues de même que des réformes récentes (vastes régions et intercommunalités dites XXL) ont porté atteinte à la proximité et ont contribué à « fabriquer » des élus « hors-sol ». Nos concitoyens rejettent cette dérive. Ils veulent avoir à faire à des élus identifiés, proches et accessibles et ils leur réclament, à juste titre, plus d’efficacité. Ils attendent des élus un attachement à la République et à ses valeurs plus que des références à des idéologies souvent décalées et parfois obsolètes. La gestion d’un département, comme celle d’une commune, passe par la proximité. C’est cette proximité qu’il nous faut retrouver, voire restaurer, dans notre pays. Et la crise que nous traversons est au fond l’expression de ce besoin de plus de proximité et d’une meilleure efficacité. La proximité est aussi une condition de l’écoute et du dialogue élus/citoyens. Notre pays a aussi besoin de projets rassembleurs. Des projets rassembleurs pas seulement pour les élus, mais pour l’ensemble des acteurs du territoire, c’est là que la politique prend tout son sens. Et le département n’échappe pas à cette exigence. C’est ce que nous avons entrepris depuis des années. C’est dans cet esprit que je préside, depuis quinze ans, l’Assemblée départementale  : se rassembler dans l’intérêt général et emprunter les chemins de la solidarité, être inventif et innovant, construire ensemble un grand projet partagé de territoire. Les illustrations ne manquent pas  : aménagements du site du puy de Dôme avec notamment la réalisation du train Panoramique des Dômes, inscription de la Chaîne-des-Puys – faille de Limagne sur la Liste du patrimoine mondial, accompagnement financier et en ingénierie des projets communaux et intercommunaux, amélioration de nos infrastructures routières, développement du télétravail, une politique énergétique innovante, tarification solidaire de la restauration et des transports scolaires, développement des circuits courts pour l’approvisionnement de la restauration collective, couverture de nos territoires en téléphonie mobile et en Très haut débit, etc. La liste n’est pas exhaustive. Qui ne se retrouverait pas dans ces valeurs de solidarité des personnes, des territoires et des générations ? Mais tenir ce cap exige de l’imagination, de l’initiative et du travail dans un esprit constructif de la part de tous les élus départementaux et une mobilisation sans faille des services de notre collectivité dont chacun reconnaît la compétence et le sens du service public. Cela demande – et il faut sans cesse le répéter – une grande rigueur dans la gestion des finances départementales. C’est ainsi que pour la septième année consécutive nous n’avons pas augmenté les impôts. Nous ne pouvons réussir que si nous sommes capables de nous rassembler pour le Puy-de-Dôme au-delà de nuances politiques légitimes et respectables. Nos concitoyens n’ont que faire des postures politiciennes. Je suis, comme je l’ai toujours été depuis que je suis élu, attentif et réceptif aux propositions des élus et des Puydômois pour continuer à faire avancer notre département sur le chemin du progrès partagé. Sachons-nous rassembler pour notre département au service de tous les Puydômois. JEAN-YVES GOUTTEBEL Président du Conseil départemental Vice-Président de l’Assemblée des Départements de France
L’enfant  : une priorité DOSSIER Dans un monde idéal, chacun d’entre nous préfèrerait qu’aucun enfant ou adolescent n’ait besoin d’être pris en charge par les services de la protection de l’enfance. Dans un monde idéal bien sûr… Mais la réalité est parfois bien plus sombre. Entre 2011 et 2017, le nombre d’informations préoccupantes émises sur des enfants en danger, ou en risque de l’être, a augmenté de 38% dans le Puyde-Dôme. Ces informations préoccupantes ont concerné principalement les enfants de 0 à 10 ans. La protection de l’enfance est une compétence confiée aux Départements depuis plus de 30 ans. Elle vise à garantir la prise en compte des besoins fondamentaux de l’enfant, à soutenir son développement physique, affectif, intellectuel et social et à préserver sa santé, sa sécurité et son éducation dans le respect de ses droits. La protection de l’enfance est prioritaire pour le Conseil départemental du Puy-de-Dôme. C’est pourquoi, notre collectivité vient de voter de nouvelles mesures, pour les cinq années à venir, visant à renforcer cette mission essentielle. Elles répondent à trois enjeux fondamentaux  : DOSSIER Éducatrice de jeunes enfants au service de la Protection maternelle et infantile (PMI), Fernande Magalhaes anime régulièrement des haltes jeux avec les tout-petits. ◗ Préparer la naissance et accueillir l’enfant Le Conseil départemental accompagne toutes les familles – et en particulier les plus vulnérables – durant les premières années de l’enfant. ◗ Faire évoluer le parcours de l’enfant jusqu’à sa majorité Le Conseil départemental assure la protection des enfants à domicile ou dans le cadre d’un placement. ◗ Travailler ensemble au service de l’enfant Le Conseil départemental anime des partenariats avec l’ensemble des professionnels intervenant auprès des enfants. L’enfance représente une phase particulièrement importante car c’est elle qui va déterminer la qualité de la santé, le bien-être, l’apprentissage et le comportement tout au long de la vie. Si elle est riche de possibilités, sa vulnérabilité est plus grande face au monde des adultes. Aussi, les enfants méritent une attention et une protection particulières. C’est ce que les agents de la Direction de la protection de l’enfance et de la Direction du développement social du Département font à chaque instant. 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :