[63] Puy-de-Dôme en mouvement n°192 avril 2019
[63] Puy-de-Dôme en mouvement n°192 avril 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°192 de avril 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Puy-de-Dôme

  • Format : (230 x 290) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : l'appel de la nature.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
EXPRESSION DES GROUPES POLITIQUES GROUPE SOCIALISTE, RADICAL ET RÉPUBLICAIN UNION DES RÉPUBLICAINS Lutter contre les inégalités Au cœur des manifestations et des débats, le besoin de justice sociale qui s’exprime conduit à faire de la lutte contre les inégalités une priorité. Lutte contre les inégalités entre les personnes, bien sûr, mais également entre les territoires ! La question des inégalités entre les personnes, se focalise souvent sur les inégalités de rémunération du travail. Derrière les inégalités de rémunération du travail se profile la répartition entre le travail et le capital de la richesse produite par l’activité économique. Durant ces quarante dernières années, la part des salaires est passée de 67% à 59%. Et cela n’a pas renforcé l’investissement productif mais la spéculation financière. C’est ce qui explique, avant toute autre chose, la stagnation du pouvoir d’achat des ménages et la concurrence accrue entre travailleurs. Cependant, les inégalités de patrimoine sont bien plus grandes, elles sont déterminantes. Aujourd’hui les 10% les plus riches détiennent environ 55% de la fortune des Français. C’est un facteur de la reproduction sociale, cela bloque l’ascenseur social, détruit l’espoir de progresser et engendre la colère. Aux inégalités entre les personnes s’ajoutent celles des lieux de vie. Les inégalités territoriales pèsent à la fois sur les quartiers défavorisés de nos villes et sur les zones rurales éloignées des pôles métropolitains  : là où l’accès aux services publics est dégradé alors que c’est ici qu’ils pourraient concourir à plus la justice sociale. Il faut comprendre comment se produisent et se reproduisent les inégalités pour pouvoir s’engager dans la voie de leurs corrections par une politique fiscale appropriée, une meilleure redistribution des richesses et l’accès aux services publics. La justice fiscale et le consentement à l’impôt doivent être associés à une plus grande efficacité des services publics dans la lutte contre les inégalités. Nous souhaitons pour cela une meilleure équité devant l’impôt des revenus du travail et du capital ; une progressivité qui allège la contribution des plus modestes et renforce celle des plus favorisés ; des incitations fiscales plus transparentes et plus égalitaires. Il s’agit là de principes fondamentaux que l’Etat devrait assumer. Ils sont facteurs de simplification et permettent plus de clarté politique. Ils sont porteurs des valeurs de progrès et de solidarité qui fondent notre République. CONTACT Tél.  : 04 73 42 23 85 LE PRÉSIDENT  : PIERRE DANEL Les élus du groupe › Claude Boilon - Catherine Cuzin (Aigueperse), Nicole Esbelin - Bernard Sauvade (Brassac-les-Mines), Valérie Bernard - Alexandre Pourchon (Clermont-Fd 1), Gérald Courtadon - Manuela Ferreira De Sousa (Clermont-Fd 2), Pierre Danel - Sylvie Maisonnet (Clermont-Fd 3), Dominique Briat - Damien Baldy (Clermont-Fd 4), Jean-Yves Gouttebel - Elise Serin (Clermont-Fd 5), Nadine Déat - Patrick Raynaud (Clermont-Fd 6), Monique Pouille (Cournon-d’Auvergne), Serge Pichot - Emilie Vallée (Gerzat), Florent Moneyron - Eric Gold (Maringues), Gilles Pétel - Bernadette Troquet (Les Martres-de-Veyre), Jean-Luc Coupat - Dominique Giron (Les Monts du Livradois), Gérard Bétenfeld - Nathalie Cardona (Pont-du-Château), Pierrette Daffix-Ray - Laurent Dumas (Saint-Eloy-les-Mines), Elisabeth Crozet, Olivier Chambon, Antoine Desforges - Jeanne Espinasse (Vic-le-Comte) 26 — 192 Chaîne des Puys - faille de Limagne  : une inscription, une chance ! « L’inscription sur cette Liste consacre la valeur universelle exceptionnelle d’un bien culturel ou naturel afin qu’il soit protégé au bénéfice de l’humanité ». Ces 26 mots sont ceux portés sur le diplôme de l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO de la Chaîne des Puys - faille de territoire. De nombreux acteurs institutionnels, associatifs, privés ont été mobilisés pour arriver à ce résultat sous l’impulsion du Conseil départemental du Puy-de-Dôme. Un site exceptionnel à bien des égards  : ◗ il est le premier bien naturel inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en France hexagonale ; ◗ il regroupe toutes les formes de volcanisme avec ces 80 édifices  : cônes, dômes, maars et leurs coulées ; ◗ aucun autre lieu sur Terre n’illustre aussi clairement les phénomènes géologiques liés à la rupture d’un continent. Le Conseil départemental a initié plusieurs actions en matière de valorisation, de protection et de gestion de ce patrimoine  : ◗ l’organisation de conférences et de réunions thématiques, tout au long de l’année, sur les suites de l’inscription, sorties et animations à destination des scolaires, ainsi que des manifestations ouvertes à tous ; ◗ la démarche « ambassadeurs du patrimoine mondial » afin que chaque citoyen puisse participer au rayonnement de cette inscription ; ◗ un plan de gestion avec le Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne et avec les communes situées sur le périmètre du bien inscrit, pour et avec lesquelles un accompagnement de notre collectivité est nécessaire, en particulier s’agissant de la conciliation des usages de l’espace (agropastoralisme, promeneurs,…) en vue de l’augmentation prévisible de visiteurs. Cette inscription est une chance pour le département, une chance qu’il convient de saisir pour en faire un véritable levier de développement et d’attractivité du territoire. Cette reconnaissance internationale va évidemment se faire ressentir sur le site en lui-même, mais il appartient en premier lieu, à notre collectivité, de faire en sorte que cette notoriété irrigue tout le département. Comment ? En étant actifs et attentifs à ce que ce label soit vivant ! « Une fois que l’on est inscrit, tout reste à faire », selon Jean-François CARON, maire de Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais), témoignant devant l’assemblée départementale sur l’inscription au patrimoine mondial du Bassin minier Nord-Pas-de-Calais. CONTACT groupeUR@puy-de-dome.fr Tél.  : 04 73 42 23 11 www.uniondesrepublicains.org LE PRÉSIDENT, JEAN MARC BOYER Les élus du groupe › Valérie Prunier - Michel Sauvade (Ambert) - Eléonore Szczepaniak - Pierre Riol (Aubière) - Anne-Marie Picard - Jean-Paul Cuzin (Beaumont) - Colette Bethune - Flavien Neuvy (Cébazat) - Marie-Anne Marchis - Jean Ponsonnaille (Chamalières) - Anne-Marie Maltrait - Lionel Chauvin (Châtel-Guyon) - Jocelyne Bouquet - Bertrand Barraud (Issoire) - Martine Bony - Jean Marc Boyer (Orcines) - Stéphanie Flori-Dutour - Jean-Philippe Perret (Riom) - Audrey Manuby - Lionel Muller (Saint-Ours-les-Roches)
LA GAUCHE 63 Amendement porté disparu L’action et les marges de manœuvre des élus et des agents des Conseils départementaux s’amenuisent. La baisse des dotations et les contraintes financières qui pèsent sur notre collectivité enrayent la mise en œuvre des politiques essentielles à la vie des Puydômoises et Puydômois, à la transition écologique et à la pratique de la démocratie locale. Lors de la dernière session budgétaire, nous avions conditionné notre vote du budget au vote d’un amendement dans lequel nous demandions  : ◗ D’affirmer une opposition aux politiques néolibérales, et à leurs conséquences dramatiques sur l’emploi, le droit du travail, les services publics, la solidarité et l’environnement. ◗ De contester publiquement et fermement la politique gouvernementale envers les collectivités, et particulièrement les Départements, qui impose l’austérité budgétaire et poursuit l’asphyxie des budgets nécessaires aux politiques de solidarité et de proximité de notre collectivité. ◗ De réclamer de l’Etat le versement des compensations financières dont notre collectivité est privée depuis maintenant plusieurs années, afin de construire des politiques à la hauteur des enjeux sociaux et environnementaux. ◗ D’initier, enfin, une démarche d’action collective associant l’ensemble des collectivités territoriales qui le souhaitent. Cet amendement, proposé par notre groupe « la gauche 63 », et adopté avec l’ensemble de la majorité et de l’exécutif départemental en décembre dernier, n’est toujours pas mis en œuvre. Il est du ressort de cet exécutif de respecter le vote pris par l’assemblée et d’appliquer cette délibération. Comme l’a fait le Président socialiste de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, en organisant des actions et des campagnes internet, nous demandons à l’exécutif de respecter le vote pris par l’assemblée et de réclamer de l’Etat les moyens humains et financiers nécessaires à la conduite de nos missions. Pour donner suite à l’amendement, nous proposons le chiffrage précis par nos services de la dette de l’Etat à notre encontre, la tenue d’une conférence de presse et l’organisation de réunions publiques qui permettront d’expliquer les difficultés auxquelles nous sommes confrontés et de contester publiquement les choix gouvernementaux. CONTACT lagauche63@gmail.com Tél.  : 04 73 42 25 26 LES CO-PRÉSIDENT.E.S  : JOCELYNE GLACE LE GARS (CANTON DE BILLOM) ET LIONEL GAY (CANTON DU SANCY) Les élus du groupe › Grégory Bonnet (canton de Saint-Georges-de-Mons) ; Annie Chevaldonné (canton de Thiers) ; Caroline Dalet (canton de Maringues) ; Jacky Grand (canton de Billom) ; Bertrand Pasciuto (canton de Cournon) ; Clémentine Raineau (canton de Saint-Georges-de-Mons) ; Monique Rougier (canton de Lezoux) EXPRESSION DES GROUPES POLITIQUES 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :