[63] Puy-de-Dôme en mouvement n°187 septembre 2018
[63] Puy-de-Dôme en mouvement n°187 septembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°187 de septembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Puy-de-Dôme

  • Format : (230 x 290) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : les 60 ans de charade.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
ROUTES Entretien des routes Des villages plus agréables à traverser Premier partenaire des communes et de leurs groupements, le Conseil départemental prend notamment en charge la rénovation des routes départementales dans les traversées de bourgs. Illustration de cette politique de solidarité et de péréquation sur l’ensemble des territoires du département avec ces quatre chantiers de sécurisation et d’embellissement qui viennent d’être livrés. 14 — 187 Joze Réfection de la RD 20 (Route du pont) et création d’aménagements afin de faciliter les mouvements de circulation et sécuriser les cheminements piétons. A noter la mise en place d’un groupement de commande avec la commune pour optimiser les coûts du chantier. Saulzet-le-Froid Réfection de la RD 74 le long de la traverse du bourg de Zanières avec aménagement des trottoirs et des accotements. Saint-Ignat Rénovation de la RD 17 en direction des Martres-sur- Morge. La chaussée a été réduite pour ralentir les véhicules et de nombreux aménagements paysagers ont été créés. Comme à Joze, un groupement de commande a été constitué avec la commune pour réduire les coûts. Giat La RD 13 entre le centre bourg et le lieu-dit Le Moulin a été embellie et sécurisée. Des places de parking et des cheminements piétons ont été créés. Pour rendre cet espace plus agréable, 240 arbustes et 5 arbres ont été plantés. FINANCEMENT Coût total  : 526 000 € TTC Conseil départemental  : 243 000 € FINANCEMENT Coût total  : 287 000 € TTC Conseil départemental  : 97 000 € FINANCEMENT Coût total  : 149 000 € TTC Financé par le Conseil départemental avec une participation de la commune de  : 41 000 € HT FINANCEMENT Coût total  : 386 000 € TTC Conseil départemental  : 279 400 € (+ 42 000 € pour les réseaux d’eau pluviales)
Extraction d’une « carotte » de tourbe. Espaces naturels sensibles Si complexes tourbières Pour mieux protéger les espaces naturels sensibles, le Département supervise plusieurs études scientifiques destinées à mieux connaître leur fonctionnement, comme ici sur la tourbière de Jouvion à Saint-Donat. D’un coup appuyé, Pierre Goubet enfonce profondément la perche de son carottier dans le sol élastique et meuble de la tourbière. Quelques secondes plus tard, l’outil ressorti, le géologue et docteur en écologie extrait un échantillon de cette « terre » si particulière pour nous en dévoiler ses mystères. « Les tourbes sont des archives exceptionnelles, tant d’un point de vue historique qu’archéologique et paléoenvironnementale », s’enthousiasme-t-il. Une tourbière se caractérise par l’accumulation, pendant des milliers d’années, de matière organique (des plantes mortes) qui ne s’est pas décomposée  : la tourbe. « La tourbière de Jouvion est née suite à la dernière glaciation, il y a 15 000 ans, explique Pierre Goubet. Par endroit, elle peut atteindre 5 mètres de profondeur. En observant les différentes strates de cette carotte, on peut voir que la structure de la tourbe a évolué  : depuis 5 000 ans, avec l’apparition de l’agriculture dans la région, la tourbière a régulièrement été pâturée, ce qui a profondément bouleversé son fonctionnement. » Si les études menées sur la tourbière ont soulevé des questions non encore résolues, par exemple sur l’origine de sa création, elles ont toutefois permis de dégager des pistes pour mieux protéger ce site à la biodiversité si singulière. On sait maintenant qu’elle fonctionne en étant alimentée avec des eaux claires et très peu riches en nutriments, il faut donc veiller à ce qu’elle reste le moins polluée possible pour préserver cet équilibre fragile. ENVIRONNEMENT Dans une tourbière, la matière organique ne se décompose pas  : ce bout de bois extrait lors d’un carottage date d’il y a 5 000 ans. De précieux puits de carbone Si elles ne représentent que 3% des terres émergées, les tourbières renfermeraient 30% du carbone séquestré dans celles-ci. Outre la protection de leur biodiversité, la préservation de ces espaces est devenu un enjeu majeur de la lutte contre le réchauffement climatique. 21 ENS dans le Puy-de-Dôme Les ENS sont des sites remarquables par la richesse de leur faune et de leur flore. Le Département les a labellisés « espaces naturels sensibles » afin de les protéger et de les mettre en valeur. Actuellement propriétaire de 8 sites naturels, il apporte son soutien technique et financier à 13 sites dits « d’initiative locale », portés par des communes ou des communautés de communes. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :