[63] Puy-de-Dôme en mouvement n°167 septembre 2016
[63] Puy-de-Dôme en mouvement n°167 septembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°167 de septembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Puy-de-Dôme

  • Format : (230 x 290) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : bonne rentrée à tous !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 › expression des groupes politiques Groupe Socialiste, Radical et Républicain union des républicains La rentrée des classes c’est politique ! Ce mois de septembre, écoliers, collégiens, lycéens reprennent le chemin de l’école. Le rituel est désormais bien ancré dans les esprits et les cœurs : c’est la rentrée ! Pour le Conseil départemental, la rentrée scolaire est d’une particulière sensibilité. Nous avons pour mission d’offrir à la communauté éducative que forment élèves, enseignants et personnels non-enseignants les meilleures conditions d’étude et de travail. Le Département consacre chaque année près de 35 millions d’euros à l’entretien et à l’aménagement des bâtiments des collèges. Nous veillons également à ce que les élèves bénéficient de matériel efficace et en phase avec les exigences et innovations pédagogiques du temps. C’est le sens de notre investissement dans le numérique avec l’expérience pilote des « collèges connectés ». Notre département est aussi à l’œuvre dans l’offre de transports scolaires pour les collégiens ainsi que pour la restauration scolaire. Il assume une part importante du coût de ces services. Chaque jour, ce sont près de 25 000 élèves qui sont transportés et près de 18 000 repas servis. Le reste à charge pour les familles est réparti selon une tarification solidaire, mesure de justice sociale qui permet de réduire la dépense pour les familles les plus modestes. Offrir à chaque enfant la possibilité de prendre chaque jour un repas équilibré même s’il est de condition modeste, est une condition indispensable à sa réussite et à son épanouissement. Le collège constitue une pièce maîtresse pour l’égalité des chances et l’éducation à la citoyenneté. Par la perspective qu’il offre aux enfants au-delà de la scolarité obligatoire, il est un outil majeur de la démocratisation de l’enseignement dans notre pays. Nous sommes également convaincus de la nécessité de favoriser la mixité sociale dans les établissements. La ministre de l’Education nationale a lancé un plan d’action pour la mixité sociale dans les collèges, auquel le Département du Puy-de-Dôme s’est associé, car elle fonde le sentiment d’appartenance au projet collectif qu’est la République. Mais la rentrée n’est pas que celle des enfants et des jeunes. C’est celle de nous tous. Au-delà des difficultés qui restent à surmonter, je souhaite que 2017 soit une année déterminante, une marche vers la réussite de chacune et chacun. Le président : Pierre DANEL Les élus du groupe › Claude Boilon - Catherine Cuzin (Aigueperse), Nicole Esbelin - Bernard Sauvade (Brassac-les-Mines), Valérie Bernard - Alexandre Pourchon (Clermont-Fd 1), Gérald Courtadon - Manuela Ferreira De Sousa (Clermont-Fd 2), Pierre Danel - Sylvie Maisonnet (Clermont-Fd 3), Damien Baldy - Dominique Briat (Clermont-Fd 4), Jean-Yves Gouttebel - Elise Serin (Clermont-Fd 5), Nadine Déat - Patrick Raynaud (Clermont-Fd 6), Bertrand Pasciuto - Monique Pouille (Cournon-d’Auvergne), Serge Pichot - Emilie Vallée (Gerzat), Florent Moneyron - Monique Rougier (Lezoux), Eric Gold (Maringues), Pascal Pigot - Bernadette Troquet (Les Martres-de-Veyre), Jean-Luc Coupat - Dominique Giron (Les Monts du Livradois), Gérard Bétenfeld - Nathalie Cardona (Pont-du-Château), Pierrette Daffix-Ray - Laurent Dumas (Saint-Eloy-les-Mines), Elisabeth Crozet - Lionel Gay (Le Sancy), Olivier Chambon - Annie Chevaldonné (Thiers), Antoine Desforges - Jeanne Espinasse (Vic-le-Comte) Contact › Tél. : 04 73 42 23 85 Dotations de l’Etat aux Départements : « ça va (pas) miEUx… » Dans un communiqué de presse en date du 3 juin 2016, le Conseil départemental du Bas-Rhin a dénoncé l’injustice que font peser nos gouvernants sur les Départements. Lors du Congrès des Maires en juin, le Président François HOLLANDE a annoncé que la baisse prévue des dotations de l’Etat aux communes et intercommunalités sera divisée par deux : quid des Départements ? Il apparaît « comme inacceptable que cette baisse de pression sur les collectivités ne s’applique pas aux Départements, grandes collectivités de proximité et du quotidien qui ont en charge les politiques de solidarité, l’accompagnement des personnes âgées, des jeunes, de l’insertion vers l’emploi, des personnes en situation de handicap, des associations. Par sa décision, c’est à l’ensemble de ces publics prioritaires pris en charge par les Départements que le Gouvernement témoigne son mépris et son indifférence, car ce sont bien nos concitoyens qui souffrent chaque jour des décisions d’un Gouvernement qui demande à l’échelon local de renflouer des caisses nationales mal gérées. Collectivités qui doivent voter des budgets en équilibre, là où le Gouvernement peut s’autoriser tous les déficits. Fusions forcées des régions, volonté de reprendre en main le RSA, ponction aux collectivités de leurs moyens au détriment de leurs missions, imposition de nouvelles dépenses obligatoires aux collectivités sans concertation. Si le Gouvernement avait voulu faire de 2016 l’année de la défiance envers les territoires et les acteurs de la proximité et poser l’Acte I de la Recentralisation, il n’aurait pas pu mieux s’y prendre ». A ce propos, l’Assemblée des Départements de France a adopté une motion pour l’équité de l’Etat en matière de dotations et demande au Gouvernement de diviser par deux la baisse des dotations initialement prévue en 2017, comme cela a été le cas pour les communes et les intercommunalités. Nos Départements assurent la solidarité au niveau local, il appartient également à l’Etat de se montrer solidaire et d’assurer un traitement équitable des collectivités territoriales en matière de baisse de dotations. Le président : Jean marc boyer Les élus du groupe › Valérie Prunier - Michel Sauvade (Ambert) - Eléonore Szczepaniak - Pierre Riol (Aubière) - Anne-Marie Picard - Jean-Paul Cuzin (Beaumont) - Colette Bethune - Flavien Neuvy (Cébazat) - Marie-Anne Basset - Jean Ponsonnaille (Chamalières) - Anne-Marie Maltrait - Lionel Chauvin (Châtel-Guyon) - Jocelyne Bouquet - Bertrand Barraud (Issoire) - Martine Bony – Jean Marc Boyer (Orcines) - Stéphanie Flori-Dutour - Jean-Philippe Perret (Riom) - Audrey Manuby - Lionel Muller (Saint-Ours- Les-Roches) Contact › groupeUR@cg63.fr › Tél. : 04 73 42 23 11 › www.uniondesrepublicains.org
front de gauche et gauche citoyenne Reconstruire la Gauche Juillet a vu Monsieur Manuel Valls, soutenu par Messieurs Hollande et Cambadélis, imposer la loi travail par le 49-3. Malgré les défaites à toutes les élections intermédiaires, ce même Monsieur Valls (qui, lors de la primaire socialiste pour l'élection présidentielle n’avait obtenu que 5,63% des voix) va poursuivre le démantèlement et la liquidation du parti socialiste pour le transformer en parti libéral de centre gauche. Faut-il rappeler que la remise en cause du code du travail ne figurait ni dans les engagements du candidat François Hollande en 2012, ni dans le programme des députés socialistes entrés à l’Assemblée en 2012 ? Faut-il rappeler que les promesses de campagne, notamment avancées lors du discours du Bourget, étaient toutes autres et que les électeurs étaient en droit d'attendre des mesures bien différentes ? Faut-il définitivement entériner que les promesses n'engagent que ceux qui veulent bien les croire ? Combien de renoncements, de reniements et de trahisons faudra-t-il pour que des élus investis par le PS ou faisant partie de sa majorité se retrouvent pour dire non aux dérives libérales de ce gouvernement et se rassemblent pour réfléchir à un projet de société qui ne soit pas pour préparer une alternance mais bien pour proposer une alternative de gauche ? Jusqu'à quel point les valeurs fondatrices défendues pendant des décennies par cette organisation politique vont pouvoir être écrasées et balayées avant que ne souffle le vent de la révolte interne ? Il faut des élu(e)s courageux(ses) : le contexte de désarroi moral et de pessimisme généralisé nous l’impose. L’expérience du Front Populaire nous a montré que l’unité des forces de Gauche, même conflictuelle, est possible et a permis le début de la construction d’un état social, reprise et enrichie par le Conseil National de la Résistance en 1945 ; les salariés obtenaient alors des avancées, une rupture avec leur situation antérieure. Face à la désespérance qui a contaminé le peuple de gauche, travaillons ensemble, proposons et mettons en œuvre des solutions répondant aux attentes et colères exprimées notamment lors du récent mouvement contre la loi travail. Parce que nous voulons que les valeurs de gauche soient réaffirmées et défendues dans notre pays, retrouvons nous pour combattre ensemble le néolibéralisme. Notre seule chance d’y parvenir repose sur l’UNION DE TOUTES LES FORCES exprimant et défendant nos valeurs de gauche, sociales, écologistes et progressistes : à chacun d’entre nous de prendre ses responsabilités pour contribuer à ouvrir ce chemin… LeS CO-président-e-s : Jocelyne Glace Le Gars, Gregory Bonnet Les élus du groupe › Caroline Dalet, Clémentine Raineau et Jacky Grand Contact › fdg.gc.cd63@gmail.com › Tél. : 04 73 42 25 26 expression des groupes politiques ‹ 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :