[63] Puy-de-Dôme en mouvement n°157 septembre 2015
[63] Puy-de-Dôme en mouvement n°157 septembre 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°157 de septembre 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Puy-de-Dôme

  • Format : (230 x 290) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : retour au collège.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 › expressioN des groupes politiQues

groupe socialiste, radical et républicaiN

uNioN des républicaiNs

UnE PoLitiqUE tErritoriaLE rEnoUvELéE PoUr PLUs D’Efficacité Dans La JUsticE

DE MaUvais choix PoLitiqUEs
Du gaspillage de l'argent public …
2 600 000 € : c'est le coût final du bâtiment de la Halle aux blés acquis par la majorité départementale en 2006, pour soi-disant à l'époque, en faire la clef de voûte de la politique culturelle départementale. Les élus du Groupe d'union des Républicains s'étaient opposés à cette acquisition. Après de nombreuses études et projets de réhabilitation restés sans suite, des travaux de sécurité et de mise aux normes ont été nécessaires afin de mettre cet ancien bâtiment (abritant autrefois les Beaux-arts) hors d'eau et hors d'air. neuf années plus tard, la majorité départementale souhaite s'en débarrasser et le vendre. Quel manque d'anticipation ! Quel gaspillage d'argent public ! Quel exemple de mauvaise gestion !

F

ace aux contraintes qui pèsent sur elle, la République se redéploie à travers une réforme territoriale qui redéfinit les compétences et territoires des collectivités.

Ces changements et les contraintes financières nous conduisent à revisiter nos politiques locales afin de les rendre plus justes et plus efficaces. La Droite ne songe qu’à restreindre les solidarités. nous sommes à mille lieues de leurs ambitions punitives. La solidarité ce n’est pas hiérarchiser, classer et exclure.

Plus que jamais, le Conseil départemental est cette institution de proximité, au service de chacune et de chacun. il porte avec force ses valeurs de solidarité au plus près des habitants. il incarne un projet politique d’autant plus ambitieux qu’il est maîtrisé. notre ambition comme élus socialistes, radicaux et républicains est d’abord celle de l’équité. Le rôle de notre collectivité demeure de donner davantage à ceux qui en ont le plus besoin. C’est le cœur de sa mission : chaque euro employé à l’accompagnement solidaire de nos concitoyens doit être engagé avec précision, dans un souci de justice sociale et d’efficacité. Ainsi, pour la rentrée 2015-2016 la solidarité s’exerce dans les transports comme dans la restauration scolaire. L’aide financière du Conseil départemental existe pour tous. elle augmente pour ceux qui en ont le plus besoin. Le Conseil départemental est aussi le partenaire privilégié des communes et de leurs regroupements pour un aménagement solidaire du territoire. Là, il s’agit d’apporter l’aide du Département aux collectivités partenaires dans leurs projets : une aide technique et une aide financière. Le Département agit en cohérence avec les intercommunalités sur les grands projets de développement, et prête une oreille attentive aux besoins des petites communes. Cela passe par de l’appui à l’ingénierie de projet qui s’attache à faciliter les mutualisations d’actions des communes et du Département comme dans la démarche CoCon. C’est une aide technique précieuse pour les collectivités. Se coordonner pour protéger, construire et innover, se donner les moyens d’une politique pérenne, dynamique et vigilante dans l’utilisation des ressources financières, cela demande un engagement quotidien et déterminé et c’est l’honneur de la responsabilité qui nous a été confiée pour notre département.

… aux sanctions et restrictions pour les associations
Aujourd'hui, la Gauche nationale, à travers le désengagement de l'etat, réduit fortement les dotations financières vers les communes, les intercommunalités, les départements et les régions, soit une baisse de 11 milliards d'euros vers les collectivités. Avec ce prétexte, la Gauche départementale a choisi de se désengager de l'aide apportée aux associations en baissant de 30% l'enveloppe de la Dotation d'animation locale décentralisée (DaLD). nous contestons cette décision qui pénalise fortement l'activité des associations culturelles et sportives et découragent les nombreux bénévoles ; nous proposons le rétablissement d'une enveloppe d'un million d'euros en faveur des associations ; notre groupe a donc déposé un amendement lors de la session de juin : la Gauche départementale l'a refusé et a voté contre. nous regrettons que les associations fassent les frais de mauvais choix politiques nationaux et départementaux ; nous considérons que la vie associative, à travers le dynamisme et le dévouement de tous les bénévoles, représente le meilleur rempart contre l'exclusion, l'isolement, la discrimination et favorise au contraire le lien social et l'épanouissement.

le présideNt : pierre daNel
les élus du groupe › Damien Baldy - Valérie Bernard - Gérard Betenfeld
Claude Boilon - Dominique Briat - Nathalie Cardona - Olivier Chambon Annie Chevaldonné - Jean-Luc Coupat - Gérald Courtadon - Elisabeth Crozet Catherine Cuzin - Pierrette Daffix-Ray - Nadine Déat - Antoine Desforges Laurent Dumas - Nicole Esbelin - Jeanne Espinasse Manuela Ferreira De Sousa - Lionel Gay - Dominique Giron - Eric Gold - Jean-Yves Gouttebel Sylvie Maisonnet - Florent Moneyron - Bertrand Pasciuto - Serge Pichot Pascal Pigot - Monique Pouille - Alexandre Pourchon - Patrick Raynaud Monique Rougier - Bernard Sauvade Elise Serin - Bernadette Troquet

le présideNt : jeaN marc boyer
les élus du groupe › Sauvade Michel - Prunier Valérie (Ambert)
Pierre Riol - Eléonore Szczepaniak (Aubière) - Jean-Paul Cuzin - Anne-Marie Picard (Beaumont) - Flavien Neuvy - Colette Bethune (Cébazat) - Jean Ponsonnaille - Marie-Anne Basset (Chamalières)- Lionel Chauvin - AnneMarie Maltrait (Châtel-Guyon) - Bertrand Barraud - Jocelyne Bouquet (Issoire)Martine Bony - Jean Marc Boyer (Orcines) - Stéphanie Flori-Dutour Jean-Philippe Perret (Riom) - Lionel Muller - Audrey Manuby (St-Ours)

coNtact › groupeur@cg63.fr › tél. : 04 73 42 23 11

coNtact › tél. : 04 73 42 23 85

expressioN des groupes politiQues ‹ 27

FroNt de gauche et gauche citoyeNNe

saUvons LEs trains D’éqUiLibrE DEs tErritoirEs

L

e 26 mai dernier, le député Philippe Duron remettait au Gouvernement son rapport sur le devenir des trains d’équilibre du territoire, dit « tet d’avenir ».

Dans un contexte d’austérité, les préconisations proposent la fermeture de nombreuses lignes SnCF au prétexte d’un manque de rentabilité. Les destructeurs du service public rejouent inlassablement la même histoire : on ferme ici la maternité, le bureau de poste, là un équipement culturel ou la permanence de la Sécurité sociale. Ces lignes contribuent pourtant à l’aménagement du territoire, garant d’une cohésion territoriale, qui donne corps à la nation. elles participent à la mobilité de chacun d’entre nous quel que soit son lieu de résidence.

Face à cet abandon de l’etat et de son rôle, les régions devront prendre le relais alors qu’elles sont étranglées financièrement par l’austérité. elles ne pourront pas engager les investissements vitaux pour la pérennité des infrastructures et la sécurité des voyageurs. S’engagera alors le délaissement et l’enclavement de territoires entiers, que la libéralisation des transports, si chère au ministre emmanuel macron, ne comblera pas. Pour l’Auvergne et le Puy de Dôme, les préconisations du rapport sont terribles. S’il propose le renforcement de la ligne Clermont-Paris, les 3 autres lignes nationales sont menacées de fermeture : Clermont-nîmes, Clermont-Béziers, Clermont-ussel-Bordeaux. nos gouvernants ont l’objectif d’en finir avec le service public du rail et son opérateur historique et d’accélérer ainsi l’ouverture à la concurrence, sans attendre les décisions européennes. La complémentarité entre les modes de transport doit être recherchée avec pour objectif l’efficacité économique, sociale et environnementale. Pourquoi ne dit-on pas que le transport routier assoit sa compétitivité supposée sur les contributions publiques qui financent routes et autoroutes, soit un mode de transport largement subventionné ? Pourquoi ne dit-on pas qu’en intégrant les coûts externes liés à l’engorgement des routes, aux accidents, à la pollution et à leurs conséquences en matière de santé publique, le transport ferroviaire est bien moins coûteux que celui sur la route ? Le rail est un transport d’avenir indispensable à la transition énergétique si urgente aujourd’hui. Il est vital de développer le transport de marchandises, le ferroutage et le transport des voyageurs, par train. Pour cela, il faut engager le pays dans une véritable planification écologique. L’etat doit être au centre de cette démarche car il est le garant de la solidarité entre les territoires. Lors de la session des 22 et 23 juin, notre groupe a proposé un vœu pour s’opposer aux conséquences du rapport Duron ; il a été rejeté par une partie de la majorité de gauche du conseil départemental.

les co-présideNt-e-s : jocelyNe glace le gars, gregory boNNet
les élus du groupe › Caroline Dalet, Clémentine Raineau et Jacky Grand coNtact › frontdegauchecg63@laposte.net › tél. : 04 73 42 25 26




Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :