[62] Pas de Calais le journal n°79 déc 09/jan-fév 2010
[62] Pas de Calais le journal n°79 déc 09/jan-fév 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°79 de déc 09/jan-fév 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Pas-de-Calais

  • Format : (300 x 420) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : le Pas-de-Calais 100% mobilisé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Pouvez-vous nous expliquer pourquoi l’Assemblée départementale n’a pas pu, comme à son habitude, préparer son budget en cette fin d’année ? Comme chacun d’entre nous, les collectivités locales, et donc le Département, doivent équilibrer leur budget. Nous connaissons nos dépenses et sommes capables de les prévoir. Dans le domaine social, elles s’accroissent au rythme des fermetures d’usines et des délocalisations, du vieillissement de la population et de sa paupérisation. Depuis plusieurs années l’Etat nous a confié de nouvelles responsabilités sans compenser « à l’euro près » les coûts correspondants. Il est facile dans ces conditions de se délester de certaines routes nationales vieillissantes ou de décréter l’instauration du RSA plus coûteux que le RMI. Le jour de l’An approche et pourtant nous ne connaissons pas le montant de nos recettes pour 2010. Supprimer la Taxe Professionnelle revient à amputer nos recettes de 12%. Comment expliquer aux communes rurales que nous ne pourrons plus les soutenir dans leurs travaux, aux parents que nous ne pourrons plus assurer la gratuité du transport scolaire, comment annoncer aux associations au service des citoyens que nous ne pourrons plus les aider ? Pourquoi avoir choisi de mettre à l’honneur toutes les musiques en 2010 ? Nous avons décidé en 2007 de nous ouvrir sur la culture polonaise. 2008 était placée sous le signe du 90e anniversaire de la grande guerre. En 2009, sur les traces de Blériot, nous avons ravivé les liens qui nous unissent au Kent et à la Grande-Bretagne. Définir ainsi une thématique par année est une manière pour nous de donner un coup de pouce à certaines actions qui participent au rayonnement du Pas-de-Calais. Il nous est encore possible, puisque la clause de compétences générale n’est pas encore effacée, au-delà de nos compétences obligatoires, d’intervenir dans des domaines où nous considérons que l’intérêt public local est en jeu. Ainsi, il nous a semblé impératif que nos jeunes puissent se rendre dans des universités près de chez eux, il était primordial de protéger le Grand Site des Deux Caps pour les générations futures, il était capital de doter le Pas-de-Calais d’équipements sportifs capables d’attirer les sportifs du monde entier avant les Jeux de Londres, il est impossible d’imaginer un Département comme le nôtre sans écoles de musique, sans programmation des centres culturels… sans âme… La musique fait partie de nos vies, le Département fait partie de notre quotidien. Il suffit de regarder le nombre d’harmonies que compte le Pas-de-Calais pour comprendre à quel point la musique nous accompagne dans les bons et mauvais moments. Plus qu’un remède anti-crise, c’est une façon de s’exprimer et de se ressourcer. Quels vœux formulez-vous pour 2010 ? Dominique Dupilet Président du Département L’an dernier, à pareille époque, nous redoutions les conséquences du tremblement de terre qui avait secoué le monde des finances internationales deux mois plus tôt. Aujourd’hui, grâce à nos atouts, notre caractère, notre solidarité, nous faisons face ensemble. Chacun est un maillon de cette solidarité que d’autres nous envient. Pour que le Département reste un partenaire à vos côtés, défendez-le et faîtes vous entendre sur le site internet : pasdecalais.fr. S ommaire FAUX p.3 Sport Le Pas-de-Calais passe au volant p.5 Direction l’Angleterre 800 collégiens membres des Clubs Eden franchissent le Pas p.9 Environnement Les routes et la nature p.11 Rando La décentralisation a créé un millefeuille administratif unique en Europe. Tous les grands pays européens ont eux aussi 3 niveaux de décisions correspondant aux Régions, aux Départements et aux Communes. Ce découpage n’est donc pas spécifique à la France. Par ailleurs ce n’est pas en rajoutant deux nouveaux échelons, comme le prévoit le projet de réforme territoriale (la Métropole et la Ville Nouvelle), que l’organisation va s’améliorer. VRAI La réforme territoriale empêchera le Départements de soutenir les communes, les associations. Derrière le mot technique de « suppression de la clause générale de compétences » il y a l’interdiction par la loi pour le Conseil général et le Conseil régional d’aider les communes et le secteur associatif. Les communes seront les seules à pouvoir le faire, reste qu’elles n’en auront pas la possibilité financière. VRAI 100% sur : www.pasdecalais.fr 73% de l’investissement en France est réalisé par les collectivités locales. Malgré les difficultés financières, le Département a souhaité maintenir son niveau d’investissement pour l’année 2009. 200 millions d’investissement réalisés par le Conseil général, ce sont 3 000 emplois préservés dans le Pas-de-Calais. FAUX Les collectivités locales embauchent trop. En 2004, l’Etat a décidé un transfert vers le Département de multiples compétences (personnels d’entretien des collèges, des routes, transfert de la compétence handicap, création du R.S.A…). Entre 2004 et aujourd’hui le nombre d’agents a donc mécaniquement augmenté de plus de 40% pour assumer ses compétences nouvelles. VRAI La suppression de la Taxe Professionnelle affectera l’action du Département. Cette suppression de la T.P., ce sont 26 milliards en moins pour l’action et l’investissement des collectivités locales, plus de 247 millions € pour notre Département. Si ce manque à gagner devrait être compensé pour 2010 et 2011, qu’en sera-t-il après ? FAUX Les transferts de l’Etat vers le Département sont compensés à l’euro près. A ce jour, les dépenses obligatoires non compensées s’élèvent à 170 millions d’euros. S’il disposait de cette somme que luidoit l’Etat, le Département pourrait rénover 18 de ses collèges ! La compensation à l’euro près n’existe donc jamais dans les faits. Directeur de la publication : Dominique Dupilet, Président du Département/Vice-président - communication : Michel Lefait/Directeur de la Communication : Robert Cerles/Directrice adjointe : Denise Vaast/Rédacteur en chef : Thierry Gourlain/Rédaction : Jean-Marie Corbisier, Marie-Lise Dhondt, Cécile Schoorens-Detez, Anne Lefebvre, Denise Vaast, Luc Charpentier, Marie Perreau, Nicolas Celie/Photographe : Sébastien Jarry (sauf mention contraire)/Illustrations : Renaud Simon/p22, Alexandre Wimmer/PAO : Valérie Fruchart/Impression : SIB imprimerie - Saint Léonard/Tirage : 632 000 exemplaires/Dépôt légal : à parution – n°ISSN : 0989-5167/Remerciements : CDT, Eden 62, CAUE, les élèves du collège de Dainville en couverture/Contact : pasdecalais.lejournal@cg62.fr Pas-de-Calais, le journal est imprimé dans le respect de la démarche Imprim’vert qui implique : - élimination conforme des déchets dangereux : fixateurs et révélateurs de plaques et films, solvants de nettoyage, solutions de mouillage usées, boîtes d’encres, cartouches de toner etc/stockage des liquides dangereux en rétention/abandon des produits étiquetés toxiques au profit de produits moins dangereux.
territoire T ernois Maison du Département du Développement Local Saint-Pol-sur-Ternoise : 03.21.21.50.60 Maison du Département Solidarité Saint-Pol-sur-Ternoise : 03.21.03.44.22 Maison du Département Infrastructures Avesnes-le-Comte : 03.21.60.70.20 La culture creuse son sillon en Ternois Blangy-sur-Ternoise Créée à l’initiative de Claude Devaux, maire de Framecourt, l’association « Sillons de Culture » fédère quatorze villages du Ternois autour d’une volonté : proposer une offre culturelle variée aux habitants du monde rural et placer la culture au cœur du développement de leur territoire. Chaque village accueille donc à tour de rôle expositions, concerts, représentations théâtrales. Le succès est là à chaque rendez-vous, et le public conquis. Cette association s’est prêtée à une expérimentation réussie dans le domaine culturel en milieu rural et le Département s’est engagé auprès d’elle sur une durée de trois années afin qu’elle puisse s’inscrire dans un développement à moyen et long terme. Ce soutien est en fait une véritable reconnaissance du chemin parcouru par cette association, il est complété par un soutien logistique ainsi qu’un accompagnement dans la programmation toujours renouvelée. D’une saison culturelle intercommunale, elle est passée à une saison intercommunautaire. A l’avenir, la construction d’un véritable lieu dédié à la culture est même envisagée sur ce territoire. La découverte de la culture sous toutes ses formes et les rencontres que ces programmations suscitent auprès des habitants sont les deux objectifs de « Sillons de culture ». Du récital de piano au théâtre classique, de la peinture au cirque, en passant par le conte, le cabaret de St Germain, le concert de cuivres, les airs d’opéra ou encore la chanson française, les voix polyphoniques et les arts de la scène, la programmation 2009-2010 doit à nouveau conquérir un public de plus en plus réceptif, comme l’a montré le succès du salon du livre de juillet dernier à Blangermont. Cure de jouvence pour la RD 104 Entretenir, adapter les réseaux et infrastructures routières aux besoins des usagers est une mission essentielle du Département. La RD104 a ainsi bénéficié d’une petite cure de jouvence bien méritée sur cinq kilomètres entre Blangy-sur-Ternoise et Ruisseauville. Très fréquentée, elle permet la desserte de deux grands axes routiers : la RD939 et la RD928. Pistes cyclables, plantations, réutilisation des matériaux sur place et partenariat avec les PLIE du Ternois et du Montreuillois placent ce chantier dans la droite ligne des actions de développement durable dans lesquelles s’est engagé le Conseil général. Les travaux ont nécessité quelques acquisitions foncières. Il a fallu élargir la route à six mètres et stabiliser les accotements. Les eaux de ruissellement se dirigeant vers Blangy, une fosse a été aménagée pour les contenir. Les travaux de maintenance nécessaires ont été financés par le Département à hauteur de 3 300 000 euros. Programme de Sillons de Culture - Sam. 16 janvier - 20h - Salle communale, Ramecourt Compagnie Théâtre « Bashir Lazhar » - Coup de projecteur du Conseil général et Avignon 2008 C’est l’histoire d’un immigré algérien qui se retrouve au Québec. Sans possibilité de retour. Sans papiers. Sans horizon sinon le deuil et un poste d’enseignant usurpé dans un collège. Qu’il perd bientôt. Juste le temps de semer quelques graines de sagesse. De rencontrer Alice, une élève, la seule sensible à sa vision de l’éducation... Auteure : Evelyne de la Chènelière. Entrée : 6 euros (gratuite pour scolaires). - Sam. 6 février - 20h - Salle communale, Boubers-sur-Canche Cabaret : « Du côté de St Germain » Catherine Dujardin chante l’histoire de ces « petits lieux de minuit »,de ces cabarets minuscules, rive gauche à Paris, où se sont révélés de futurs grands de la chanson et de la scène. Elle interprète Léo Ferré, Brel, Barbara, Gréco, Brassens… accompagnée de trois musiciens talentueux : J.C. Rigaud au piano, Lucio Melis (accordéon, trompette, bugle) et S. Berthe (violoncelle, flûte et percussions). En fond de scène des photos nous plongent dans l’époque. Entrée : 10 euros (gratuite pour scolaires). - Sam. 27 février - 20h - Salle communale, Conchy-sur-Canche Art de la scène « Marianne dans tous ses états » avec Jean-Claude Duquesnoit et la Compagnie « Alain et l’Autre » Le vin blanc est au frais. Tout est prêt pour la commémoration. Il y a cinquante ans le café des travailleurs ouvrait ses portes… C’était le 4 octobre 1958, jour de la promulgation de la constitution de la V e république… Derrière son bar, Maria prépare l’événement. A ses côtés Jean-Claude, pilier de bar intarissable, fidèle parmi les fidèles. Au travers de l’histoire de ce bistrot populaire, c’est l’histoire de la V e république qui sera évoquée. Une réflexion piquante et drôle sur un demi-siècle de politique ! Entrée : 6 euros (gratuite pour scolaires). « C’est vraiment un axe structurant de notre territoire », a déclaré Jean-Claude Leroy, Vice - Président du Conseil général en charge de la voirie départementale. « Le haut pays d’Artois autour de Fruges, Ruisseauville et Blangy en avait bien besoin ». * Plan local d’insertion par l’emploi Infos : www.framecourt.monclocher.com Restauration du tableau de l’Eglise d’Houvin- Houvigneul L’Eglise d’Houvin-Houvigneul abrite « Le Repas chez Simon », une scène évangélique (Saint-Luc) où Marie-Madeleine applique du parfum sur les pieds du Christ. Il date du XVII e siècle et a été inscrit au titre des Monuments Historiques en 1980. Le Département a participé à sa restauration pour un peu plus de la moitié du montant, soit 4 097 € ht. Par ailleurs, un assez vaste projet de restauration et mise en sécurité du mobilier sculpté de l’édifice est en cours, auquel le Département participera également, pour aider cette petite commune de 200 habitants. 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :