[60] 60 n°108 octobre 2014
[60] 60 n°108 octobre 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°108 de octobre 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Oise

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 5 Mo

  • Dans ce numéro : THD... la révolution est en marche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 BIEN VIVRE//VOS QUESTIONS, NOS RÉPONSES THINKSTOCK MOBILITÉ Aide au permis de conduire  : comment ça marche ? Depuis janvier 2014, le montant de l’aide au permis de conduire a doublé, passant de 200 à 400 euros. Le Département souhaite ainsi favoriser l’entrée dans la vie active des Isariens de 16 à 25 ans. Le succès est au rendez-vous. MAGAZINE 60//N O 108//OCTOBRE 2014 IJJh C'est normal L'aide du Conseil général de 200'YS dame aril re 16 el D$ nèrak puuy t% dldeâfinancer C6qduite (çeriyurnütlensderey À qui s’adresse l’aide au permis de conduire, offerte par le Conseil général ? « 60 » Ce coup de pouce est réservé aux jeunes de 16 à 25 ans, domiciliés dans l’Oise, sous conditions de ressources. L’aide, lancée en 2006, est une initiative du Département. D’abord réservée aux 18-25 ans, elle a été étendue aux Isariens en apprentissage anticipé de la conduite. Son montant a été doublé en 2014, pour atteindre 400 euros. Les jeunes salariés dont le revenu est inférieur ou égal au Smic peuvent prétendre au dispositif. Pourquoi le montant de cette aide a-t-il été doublé ? « 60 » Le Conseil général redouble d’efforts pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes. Or l’absence de permis de conduire constitue souvent un frein à l’emploi, spécialement dans un département rural comme celui de l’Oise. Ce soutien à la mobilité représente environ un tiers du coût total du permis de conduire. EN PRATIQUE 16 000 Isariens ont bénéficié de l’aide depuis son lancement en 2006. Comment et quand faire sa demande ? « 60 » La demande peut être faite toute l’année, en remplissant un formulaire accessible en ligne (lire ci-dessous), à retourner par courrier au Conseil général accompagné des justificatifs nécessaires. À noter qu’il faut être inscrit dans une auto-école et justifier d’un versement minimum de 400 euros. Les titulaires du permis de conduire ne peuvent prétendre rétroactivement à cette aide. Sous quelle forme et dans quels délais l’aide est-elle adressée ? « 60 » Une fois que la demande a été acceptée, un chèque de 400 euros est adressé par courrier à chaque bénéficiaire. Il faut compter, en moyenne, deux mois entre le dépôt du dossier et la réception de l’aide. Entre le 1er janvier et le 31 août dernier, plus de 2 650 demandes ont été enregistrées, soit 80% de plus qu’à la même période en 2013. L’aide est-elle cumulable avec le « permis à 1 euro par jour », mis en place par l’État ? « 60 » Oui, l’aide du Conseil général est compatible avec d’autres dispositifs, tels que les prêts à 0%. En cas d’échec au permis de conduire, l’aide doit-elle être remboursée ? « 60 » Non, il n’y a aucune obligation de résultat. En revanche, l’aide n’est accordée qu’une seule fois par bénéficiaire. OÙ REMPLIR UN DOSSIER ? Le dossier de demande d’aide au permis de conduire est téléchargeable sur oise.fr, rubrique « guide des aides ». Le formulaire et des informations complémentaires peuvent aussi être demandés au 03 44 10 70 32 ou 03 44 06 65 42.
HANDICAP 50 ans de solidarité à l’Adapei i Créée en 1965, l’Association départementale des parents et amis de personnes handicapées mentales (Adapei) de l’Oise s’efforce de trouver des solutions d’encadrement face aux demandes croissantes des familles. À l’occasion de ses 50 ans en 2015, zoom sur les dispositifs mis en place. D « Dans les années 1960, les familles étaient livrées à elles-mêmes. Les enfants atteints d’un handicap mental n’avaient alors que deux choix  : rester chez eux ou être pris en charge dans un hôpital psychiatrique », explique Mireille Poras, présidente de l’Adapei 60, financée par le Conseil général. Depuis, les choses ont changé, laissant place à un véritable réseau de solidarité entre les familles. Dans l’Oise, la création de l’association date de 1965  : les premiers parents se sont réunis dans une salle des fêtes presque trop petite, à la suite d’une petite annonce publiée dans le journal local par une famille de Compiègne. Depuis ce premier rassemblement, l’Adapei propose des solutions concrètes d’accompagnement sur l’ensemble du département en gérant 24 établissements et services médico-sociaux. Pionnière en la matière Le projet associatif de l’Adapei n’a pas attendu la loi de 2002 sur la représentation des usagers au sein des établissements de santé pour voir le jour. Dès 1993, l’association a mis en place des projets d’accompagnement individualisé ainsi que des groupes de travail mixtes réunissant des éducateurs, des psychologues, des surveillants de nuit et des usagers. En créant des habitats résidentiels et le concept de citoyens locataires, l’association insiste sur le respect des personnes et de leur citoyenneté. Les travailleurs qui y habitent paient un loyer, sont dans leur domicile, tout en étant accompagnés par des professionnels. Un anniversaire tourné vers l’avenir L’objectif de l’association reste le même en 2015  : changer le regard des citoyens sur le handicap mental. Diverses manifestations auront lieu durant les six premiers mois de l’année pour valoriser les travaux de salariés en situation de handicap. L’Adapei organisera notamment des expositions d’œuvres artistiques et d’artisanat d’art des travailleurs d’Esat, à Beauvais et à Compiègne. L’association a également répondu à un appel à projets dans le cadre du schéma départemental en faveur des personnes handicapées. En partenariat avec le centre hospitalier interdépartemental (CHI) de Clermont, elle sera en charge de la gestion d’un foyer d’accueil médicalisé, pour handicapés psychiques autistes, qui devrait voir le jour d’ici à fin 2015. L’ESAT DU THÉRAIN À BEAUVAIS. 1 400 usagers sont accompagnés par les 700 professionnels de l’Adapei 60. BIEN VIVRE//COUP DE CŒUR 11 DR INTERVIEW i QUESTIONS À MIREILLE PORAS PRÉSIDENTE DE L’ADAPEI 60 En quoi l’Adapei se distinguet-elle des autres associations au service des personnes en situation de handicap mental ? L’Adapei de l’Oise appartient au mouvement parental national « Unapei ». Parents, professionnels, dirigeants associatifs et bénévoles partagent des valeurs fortes qui structurent l’action commune. Nous accordons de l’importance à la participation des parents à l’évaluation puis à la mise en œuvre du projet personnalisé d’accompagnement ainsi qu’au respect de la complémentarité des savoirs et savoir-faire des professionnels. Comment se portent les Esat de l’Oise ? L’Adapei 60 a procédé à des réorganisations et à des mutualisations de moyens avec le soutien de l’Agence régionale de santé (ARS) et l’implication de professionnels. Ces efforts, conjugués à une recherche de nouveaux chantiers, ont permis le maintien de l’équilibre financier. Ces actions sont complétées par un effort permanent de formation des travailleurs d’Esat et visent à reconnaître leurs expériences professionnelles par l’obtention de diplômes grâce à une démarche de reconnaissance des acquis de l’expérience (RAE).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :