[59] Nord n°5H mars 2018
[59] Nord n°5H mars 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5H de mars 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Nord

  • Format : (190 x 260) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : RSA, les entreprises se mobilisent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
À tous les âges, AUX PETITS SOINS pour nos aînés Les services d’accompagnement et d’aide à domicile (SAAD) favorisent le maintien dans leur environnement des personnes en perte d’autonomie. Le Nord encourage également les alternatives au placement en EHPAD, souvent mal vécu. Le visage d’Anne-Marie Degrand s’éclaire lorsque Jean-Paul, son mari, fait entrer Catherine Degueur. L’auxiliaire de vie l’aide chaque matin à faire sa toilette et l’habille, puis le soir la prépare au coucher. Elle dispose d’un verticalisateur, matériel indispensable pour déplacer Anne-Marie dont les jambes ne fonctionnent plus. Outre cette aide, un sourire, un regard et quelques mots bienveillants lui apportent aussi beaucoup de réconfort. Anne- Marie bénéficie des services de l’Assad (Association de Soins et de Services aux Domiciles) de Dunkerque depuis 15 ans. Une évaluation est faite régulièrement chez elle par un professionnel médicosocial du Département pour définir ses besoins, la situation se dégradant au fil des ans. « Nous pouvons intervenir pour les actes de la vie quotidienne (repas, courses, accompagnement à un rendez-vous 16 I HORS-SÉRIE LE DÉPARTEMENT EST LÀ extérieur…) et pour des soins infirmiers si nécessaire », explique Natacha Kasprzyk, cadre de secteur à l’ASSAD qui compte 600 professionnels formés à ces différents métiers. Pour financer ce service, Anne-Marie perçoit l’APA (Allocation personnalisée à l’autonomie), versée par le Département. Sans la présence de l’auxiliaire de vie et le matériel adapté, le maintien à domicile ne serait plus possible. « C’est un grand soutien physique et moral pour nous deux », témoigne Jean-Paul. Aujourd’hui, le Département s’assure de l’accessibilité physique et financière aux SAAD et veillera à l’absence de zones blanches, notamment lors de l’autorisation de nouveaux services. Il finance actuellement 270 SAAD. P.Houzé EN EHPAD, une offre renouvelée Pour favoriser le maintien à domicile et offrir un moment de répit aux aidants, des EHPAD proposent un accueil de jour. « C’est aussi un lieu de socialisation pour ceux que la maladie isole. Et c’est, avant l’entrée en EHPAD, un sas qui atténue le sentiment de culpabilité éprouvé parfois par les proches lors du placement en institution », explique le directeur lenord.fr/ehpad D. Lampla L’auxiliaire de vie apporte bien plus qu’une aide physique. du Chemin Vert à Trélon (Avesnois), Fouad Bellouni, tandis qu’un groupe prépare le repas avec l’aide d’une animatrice. Guislain est désormais en unité Alzheimer. Il a passé plusieurs mois en accueil de jour. « Cela nous a aidé à mieux vivre la séparation », explique Francine, sa femme. Dans le Nord, 600 places ont été créées, dont 6 à Trélon.
DES LOGEMENTS ADAPTÉS en fonction des besoins Des personnes âgées À Lambersart, Louise, 90 ans, occupe l’un des 8 logements rénovés en rez-de-chaussée pour accueillir des personnes âgées  : « J’ai déménagé parce que j’ai des difficultés pour me déplacer, mais je fais encore des courses en voiture. » Elle bénéficie du projet d’habitat inclusif multi-sites Octave. Porté par la MEL, ce projet est le fruit d’un partenariat avec des bailleurs et le service d’accompagnement à la vie en logement adapté (SAVELA) du centre Féron-Vrau, soutenu financièrement par le Département. Carole Douzou, la coordinatrice, aide Louise à gérer les problèmes du quotidien  : « Je passe toutes les trois semaines, plus si nécessaire. » Elle assure ainsi un véritable relais professionnel pour les familles. Des personnes en situation de handicap Ils sont 6 à vivre en colocation dans cette maison de Tourcoing et sont en situation de handicap psychique. Chacun participe à hauteur de ses capacités (courses, cuisine, lessive…) avec l’aide d’intervenants à domicile, et d’animatrices pour des activités individuelles et collectives. « L’effet de groupe est très stimulant, il évite de souffrir de l’isolement », explique Caroline Gonthier responsable du service des habitats partagés de l’association Ensemble Autrement. Ce lieu permet aussi à certains de prendre leur indépendance  : Hicham qui a quitté le nid familial devrait pouvoir s’installer seul d’ici quelques temps. L’ACCUEIL FAMILIAL vous y avez-pensé ? L’accueil familial est une alternative à l’hébergement en structure pour les personnes âgées et handicapées. Il leur permet de rester dans un environnement sécurisant et familier, proche du domicile qu’elles ont quitté. Dans ce cadre rassurant, les personnes retrouvent de l’autonomie, et participent à la vie de la famille dont elles partagent le quotidien. Depuis peu, le Département propose cette activité aux exploitants agricoles* avec des solutions de quelques heures ou journées par semaine, adaptées à leur charge de travail. Cette nouvelle source de diversification pour la profession agricole est aussi une alternative innovante pour les personnes désirant vieillir à la campagne, sans quitter leur environnement. Département engagé, le Nord organise les 1 ères Assises de l’accueil familial à Lille le 6 avril. Près de 500 professionnels y sont attendus. * en lien avec la MSA et la Chambre régionale d’agriculture D. Lampla D. Lampla Retrouvez la liste des Relais Autonomie sur lenord.fr/relaisautonomie MARS 2018 MAGAZINE LE NORD I 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :