[59] Nord n°291 avr/mai 2017
[59] Nord n°291 avr/mai 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°291 de avr/mai 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Nord

  • Format : (211 x 271) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 14,8 Mo

  • Dans ce numéro : des enfants à protéger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
TOUT UN MONDE ❘ Musiciens du ciel Patrimoine. Représentatif de notre patrimoine populaire, l'ancien clavier du carillon de Saint-Amand-les-Eaux est exposé dans l'entrée de l'école de musique que dirige Gilles Lerouge. Pour le plaisir. Thérèse Farine joue du carillon pour son plaisir, comme Sylvain Bourghelle qui raconte  : « Un jour j'ai joué du Brassens et dans la brasserie en bas, les clients m'ont dit avoir chanté en même temps. J'ai plein d'autres anecdotes comme celle-là. Ça fait plaisir ! » Gants. Gilles Lerouge joue avec des gants pour soulager ses mains des frottements. 42 Magazine Nord le Département GILLES LEROUGE Comme une chanson populaire n a parfois bien raison de ne pas être tout à fait sage. Si Gilles Lerouge, adolescent, n’avait pas été un jour un peu turbulent dans la tour de l’abbatiale de Saint-Amand-les-Eaux, son histoire d’amour avec le carillon n'aurait peut-être jamais eu lieu. « On m'a mis devant un clavier d'étude avec une partition du P'tit Quinquin. Ça m'a bien plu et le professeur, au lieu de me donner la retenue que je méritais, m'a fait monter en haut de la tour, devant le vrai carillon. J'ai été subjugué par la puissance de l'instrument, par la grandeur des sons. Et c'était parti ! » Gilles Lerouge fait son apprentissage auprès de Jacques Lannoy à Douai et de Jo Hazzen à Malines (Belgique). Il devient maître-carillonneur et professeur de carillon mais pour gagner sa vie, il mène en parallèle une carrière de pianiste professionnel dans les bals. C'est ainsi que Gilles Lerouge est désormais reconnu comme le spécialiste européen du jazz au carillon. « J'ai grandi dans cet environnement de ducasses, d'harmonies et de bals. J'ai toujours travaillé avec la musique populaire et le carillon est un instrument populaire par excellence. Tout cela constitue notre histoire, notre patrimoine. Je milite pour que le carillon soit considéré comme tout autre instrument bien qu'il soit enfermé dans des tours. J'ai beaucoup joué sur le carillon ambulant de Douai (lire page 41) qui va dans ce sens. On a moins le trac quand on joue en haut mais c'est parfois un peu frustrant d'être seul et loin du public. » Et « jouer collectif » est primordial pour Gilles Lerouge. À l'école de musique de Saint-Amand, il impose d'ailleurs la pratique collective  : « Il faut savoir écouter l'autre, respecter le voisin. C'est ce qui va nous permettre de continuer à vivre ensemble. »
MICHEL GODDEFROY Jouer et s'envoler Tourcoing, parvis de l'église Saint-Christophe. 201 marches et 45 m plus haut, c'est une vue à 360° sur la métropole lilloise et bien au delà qui s'offre aux yeux. Mais c'est aussi l'antre de Michel Goddefroy qui règne en maître-carillonneur sur les 62 cloches de la ville. Après avoir étudié le piano puis le hautbois, il a eu un coup de foudre pour le carillon. « C'est un instrument original que peu de gens connaissent vraiment. Il m'a fait voyager à travers le monde et me permet de me vider la tête. Quand je joue, je pense à autre chose. » Il faut dire qu'après quarante ans de pratique, Michel Goddefroy déchiffre les portées de notes avec une facilité déconcertante qui lui permet de se passer de partition dès qu'il a un tant soit peu travaillé le morceau. « J'aime surtout jouer du baroque et des pièces de Ronald Barnes, compositeur américain. J'ai composé aussi il y a quelques années, et espère avoir le temps de m'y remettre un jour. » Enseignant dans le secondaire, membre du conseil d'administration de la guilde des carillonneurs de France depuis 1983 et professeur de carillon, Michel Goddefroy apprécie la solitude en haut du clocher. Solitude somme toute relative quand on a pour voisines l'énorme Marguerite Marie (6 tonnes) et les 61 autres cloches du carillon ! PRATIQUE Pour visiter les carillons  : Office du tourisme de Douai 03 27 88 26 79 contact@douaitourisme.fr www.douaitourisme.fr Quelques mots du lexique campanaire Campanaire (vient de campana qui signifie cloche en latin)  : relatif aux cloches ou à leur fabrication. Carillon  : ensemble de cloches fixes, harmonisées et reliées à un dispositif permettant de jouer un air. Volée  : mode de sonnerie obtenu par le balancement des cloches. Robe ou jupe  : surface extérieure de la cloche. Bouche  : ouverture inférieure de la cloche. Vase  : partie supérieure de la cloche servant de caisse de résonance. À savoir Les cloches font partie de la famille des percussions. La majorité des carillons français se trouve dans le Nord (17 carillons de plus de 23 cloches). Rendez-vous Hondschoote « À toute volée », festival du carillon d'Hondschoote organisé depuis 17 ans par Alfred Lesecq. Prochaine édition du 12 au 15 août 2017. Sa programmation s'inscrit dans le Festival de carillon en Flandre qui a lieu tous les ans au mois d'août. Alfred Lesecq joue le samedi à 16 h à Dunkerque, et le dimanche à 12 h à Hondschoote. Douai Stefano Colletti joue le samedi de 10 h 45 à 11 h 30. Saint-Amand-les-Eaux « Les Carillonnades », festival international de carillon, organisé tous les ans au mois d'août. Musée de la Tour abbatiale de Saint-Amand-les-Eaux 03 27 22 24 55 musee@saint-amand-les-eaux.fr Musée du carillon de Tourcoing 03 59 63 43 43 www.tourcoing-tourisme.com ÉCLAIRAGE n°291 I Avril-mai 2017 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :