[59] Nord n°291 avr/mai 2017
[59] Nord n°291 avr/mai 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°291 de avr/mai 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Nord

  • Format : (211 x 271) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 14,8 Mo

  • Dans ce numéro : des enfants à protéger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
TOUT UN MONDE Musiciens du ciel Du haut des beffrois ou des clochers, ils tapent du poing et le vent du Nord porte loin leurs mélodies campanaires. Rencontre avec les maîtres carillonneurs, musiciens virtuoses et passionnés qui n’aiment rien tant que nous sonner les cloches. Je suis originaire de Landas, à une dizaine de kilomètres de Saint-Amand-les-Eaux... et de son carillon. J’ai toujours aimé l’écouter mais je pensais que c’était inaccessible pour moi  : à l’époque, on parlait encore des carillonneurs de père en fils et mes parents n’étaient pas du métier. » Pourtant, le 1er janvier 2 000 à 0h, c’est bien Alfred Lesecq qui a inauguré de ses poings le clavier du carillon de Hondschoote, ville dont il est l’actuel carillonneur. C’est aussi lui qui a présidé pendant 11 ans la guilde des carillonneurs de France, association créée en 1972 pour promouvoir la reconstruction des carillons manuels et perpétuer la tradition du jeu de carillon. Et c’est encore lui qui l'enseigne aujourd’hui à sept élèves. « J’ai d’abord appris le piano puis j'ai eu l'opportunité de découvrir l’orgue au lycée. J’ai ensuite suivi des cours d’orgue à l’Institut de musique sacrée à Lille. Des années plus Textes  : Gaëlle Leplat Photographies  : Philippe Houzé ALFRED LESECQ Aller au bout de ses rêves 38 Magazine Nord le Département tard à Bergues, un soir de sainte Cécile, j’ai décidé d’apprendre le carillon. J’ai travaillé seul pendant un an puis me suis formé cinq ans avec Alfred Dubois à l’école de carillon... de Saint- Amand. » En 1 985, le carillon de Cappelle-la- Grande est créé et Alfred Lesecq devient carillonneur de la ville. Puis, par le biais de la guilde, il rencontre Claude Gosset, alors maire de Hondschoote. Avec cet amoureux du patrimoine, il forme le rêve un peu fou de redoter la ville d’un carillon. C’est ainsi que depuis 17 ans, Alfred Lesecq égrenne les notes des 61 cloches de l’église Saint-Vaast de Hondschoote sur la plaine flamande, quand il n’est pas en train de jouer à Dunkerque ou Cappelle-la-Grande. « Faire de la musique avec des cloches, ce n’est pas nouveau. Avant l’électricité, on savait déjà faire de la musique puissante ! Sonoriser la ville permet de créer du lien social. » Et de réaliser des rêves.
Mécanique. Jouer du carillon nécessite une forte implication physiologique car il n'y a aucun relai pneumatique ou électrique, tout est mécanique. Les battants des cloches sont actionnés via des fils de transmission reliés au clavier. Coup de poing. Le clavier du carillon est dit "à coups de poings". En réalité, le carillonneur joue avec les deux premières phalanges et les autres doigts viennent en soutien. Plus que la force, c'est la manière de donner l'impact qui compte. La partie la plus grave du clavier est relayée par le pédalier, ce qui facilite l'utilisation des plus grosses cloches. n°291 I Avril-mai 2017 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :