[59] Nord n°272 fév/mar 2014
[59] Nord n°272 fév/mar 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°272 de fév/mar 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Nord

  • Format : (190 x 250) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 18,5 Mo

  • Dans ce numéro : tous capables, dépasser son handicap.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
CHEZ VOUS MÉTROPOLE Journaliste responsable de l’arrondissement Laurence Blondel 03 59 73 84 02 laurence.blondel@cg59.fr LA BASSÉE• Située sur l’axe Béthune-Lille, la gare de La Bassée est l’une des plus fréquentées de la métropole. De septembre 2012 à septembre 2013, elle a été aménagée en pôle d’échanges multimodal qui permet à tout usager de passer d’un mode de transport à un autre sur un même site (voir aussi p.30). Le pôle comporte six quais pour les autocars, un parking, un dépose minute, un abri vélos et une rampe d’accès pour personnes à mobilité réduite. Les travaux ont été réalisés par LMCU avec une subvention départementale de 80000 €. LILLE• En 2014, six espaces de concertation sur le thème de l’insertion se mettent en place dans la métropole lilloise. Ils permettront de contribuer à la construction de la politique locale d’insertion. Plus d’informations : lenord.fr/proposonsensemble Marie-Ève Brabant - AREFEP 03 20 17 20 50 Géraldine Goyat - ILEP 03 20 62 22 62 TOURCOING Le quartier Belencontre fier de son collège• Il aura fallu 19 mois de travaux pour que le collège Lucie-Aubrac à Tourcoing voie le jour. Et depuis la rentrée, les élèves savourent le plaisir de venir à l’école, dans un magnifique bâtiment à l’architecture moderne et bien pensée. Beau et écolo. Isolation extérieure, ventilation double flux, capteurs solaires, le bâtiment est très peu vorace en énergie. Quinze salles de cours, deux classes pupitres équipées de 27 ordinateurs, un grand centre de documentation, une salle de sport et un terrain de rugby, un atelier de cusine pour les SEGPA, une salle culturelle... Le collège Lucie-Aubrac ne manque de rien. « Les élèves sont heureux d’être là, souligne Éric Lahaye, principal du collège. Ils sont conscients de la chance qui leur est donnée. » En plus de ses qualités indéniables pour la pédagogie, l’établissement fait aussi fort en terme d’exemplarité écologique. Isolé par l’extérieur, équipé d’une ventilation double flux, de capteurs solaires thermiques, d’une Patrick Kanner, président du Conseil général : « C’est vrai, le quartier Belencontre est un quartier qui a besoin d’encore plus de solidarité, et c’est pour cela qu’on y apporte tous les équipements nécessaires. Les impôts doivent servir à ça : donner plus à ceux qui ont le moins. Un euro dépensé doit être un euro utile. » Ci-contre, Patrick Kanner et Bernard Baudoux, vice-président chargé des Collèges lors de l’inauguration du collège Lucie-Aubrac, le 2 décembre dernier. cuve de récupération d’eau de pluie, le bâtiment est très peu vorace en énergie. Mais il incite aussi ses utilisateurs à changer d’habitudes. Le tri est encouragé, l’utilisation de l’électricité est raisonnée et les déplacements à vélo privilégiés, notamment grâce au garage à vélos de 100 places et aux aménagements des abords du collège. Pour la conception, les travaux et l’équipement en mobilier, le collège Lucie- Aubrac aura coûté plus de 23 millions d’euros, principalement financés par le Département du Nord (soutenu par l’ANRU, l’Agence de l’eau et le FEDER). Emmanuel Watteau Philippe Houzé 22 Magazine Nord le Département
GONDECOURT Le nouveau visage de la place Verte Située au cœur du village, la place Verte était jusque récemment essentiellement constituée d’une pelouse. De nombreux aménagements, qui ont bénéficié du soutien technique et financier du Département, sont aujourd’hui en cours. Le futur espace répondra aux besoins de toutes les générations et sera à la fois un lieu de balade mais aussi une liaison douce entre les quartiers ; seront créés une aire de jeux, un boulodrome et un théâtre de verdure. Un parc à vélos et un dépose-minute pour les écoles sont également aménagés. Dans le prolongement de la place, un jardin partagé, situé à côté des actuels jardins ouvriers, devrait voir le jour en 2014/2015. Agence Bocage Cadre de vie. Le futur espace répondra aux attentes de toutes les générations. LILLE Tout savoir pour rénover à la Maison de l’habitat durable Située au cœur de Wazemmes dans un ancien bâtiment industriel restauré avec des techniques respectueuses de l’environnement, la Maison de l’habitat durable a ouvert ses portes cet automne. Elle tient lieu à la fois de logement témoin et de guichet unique pour toutes les personnes de la Métropole qui souhaitent rénover et isoler leur habitat. Elles y trouveront une exposition permanente et interactive sur les matériaux et les techniques et, sur rendez-vous, pourront obtenir gratuitement tous les conseils dont elles ont besoin sur les plans administratif, financier, technique, juridique, social ou architectural. Le Département a participé à hauteur de 300 000 € au financement de cet équipement qui participe notamment à la lutte contre la précarité énergétique. 7 bis, rue Racine - 59000 Lille Ouverte du mardi au vendredi et le samedi matin. 03 59 00 03 59 www.maisonhabitatdurable-lillemetropole.fr Conseil. La Maison de l’habitat durable : guichet unique pour ceux qui veulent rénover leur habitat. Philippe Houzé Zoé Mathon Dominique Lampla PORTRAIT De la Résistance à la reconnaissance « Quand on m’a dit ça, j’ai cru que c’était une blague », sourit Zoé Mathon, 97 printemps. « Ça », c’est la Légion d’honneur. Elle l’a reçue en novembre dernier, comme une reconnaissance nationale pour un destin particulier. Née à Wasquehal, Zoé Mathon a été élevée par sa mère, son père étant décédé à l’âge de 29 ans. Ouvrière à la Filature du Nord, puis cafetière à Roubaix, rien ne destinait Zoé à devenir héroïne nationale. Mariée en 1937, Zoé Mathon a juste 23 ans quand les Allemands envahissent la région. Son mari est fait prisonnier et Zoé doit subsister, vaille que vaille. Cycliste émérite, elle porte des colis de denrées à sa famille, avouant avoir dû, pour cela, pratiquer un peu le marché noir. On lui pardonnera vite : en 1944, elle intègre le Réseau Zéro-France, fondé à Roubaix et spécialisé dans le renseignement. 400 KM À VÉLO EN DEUX JOURS Zoé s’avère zélée. Il lui arrive d’effectuer des trajets à vélo entre Wasquehal et Paris, puis entre Paris et Tours, parfois jusqu’à 400 km en deux jours, pour remettre à Joseph Dubar, chef du réseau, de précieuses pellicules photos représentant divers lieux stratégiques à bombarder. « Je cachais ces films sous mes vêtements, et je n’ai jamais eu peur. » Durant toute la guerre, hormis sa cousine Mariette, personne de son entourage n’a connu les activités secrètes de Zoé Mathon. Bravo Madame.• AR n°272 I Février-mars 2014 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :