[59] Nord n°272 fév/mar 2014
[59] Nord n°272 fév/mar 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°272 de fév/mar 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Nord

  • Format : (190 x 250) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 18,5 Mo

  • Dans ce numéro : tous capables, dépasser son handicap.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
CHEZ VOUS CAMBRÉSIS Journaliste responsable de l’arrondissement Arnaud Raes 03 59 73 84 01 arnaud.raes@cg59.fr SAINT-PYTHON SOLESMES Une Maison des services pour le canton• Issue du Contrat de territoire du Cambrésis lancé par le Département, une Maison des services a vu le jour à Solesmes, fin 2013. On y trouve notamment une antenne de l’UTPAS (Unité territoriale de prévention et d’action sociale) d’Avesnes-les-Aubert.• En décembre dernier, la commune a procédé à la plantation d’une haie bocagère sur 600 mètres, le long d’une ancienne voie ferrée. Située sur un talus en bordure de champ, cette haie est destinée à lutter contre l’érosion du sol et à enrichir la biodiversité. Le Département a soutenu cette initiative à hauteur de 78,8%. Christophe Bonamis BEAUVOIS-EN- CAMBRÉSIS• Deux nouvelles entreprises ont rejoint la ruche départementale de Beauvois-en-Cambrésis, fin 2013. Start-up spécialisée dans la création et le design d’équipements industriels et de produits de grande consommation, DBI (David Blangis innovative) propose des solutions clé en main pour concevoir et fabriquer des produits innovants. Isobat Environnement, créée par Samy Hamana, est une entreprise à dimension nationale spécialisée dans l’isolation des bâtiments et notamment axée sur les déperditions énergétiques. www.db-innovative.com www.isobat-france.com Services. Une coopérative réhabilitée pour recevoir, entre autres, les services sociaux du Département. Cela faisait plusieurs années que Georges Flamengt, conseiller général du canton de Solesmes, mûrissait un projet de maison de services publics. « Le projet a été inscrit au Contrat de territoire du Cambrésis et s’est concrétisé en septembre 2013 », commente M. Flamengt. Une ancienne coopérative située en centre ville de Solesmes a été réhabilitée pour recevoir notamment une antenne des services de l’action sociale du Département, avec les professionnels de la Protection maternelle et infantile qui effectuent le bilan de 4 ans des jeunes enfants, le service de prévention santé et la présence d’une psychologue et d’assistantes sociales du Département. D’autres services publics assurent également des permanences dans le bâtiment, comme Pôle emploi, Cambrésis emploi, la Communauté de communes du Pays solesmois, l’association Solidarité multi-services ou les centres locaux de coordination gérontologique de Solesmes et Carnières. UTPAS Avesnes-les-Aubert/Solesmes : 25, rue Paul-Vaillant-Couturier - BP 47 59129 Avesnes-les-Aubert 03 59 73 36 50 Maison des services à Solesmes, centre Barbari, 37 rue de la Selle 03 27 37 35 48 (mairie de Saint-Python) Christophe Bonamis Un médiateur relais vous accueille Alain Tilleman est médiateur relais à la Maison des services de Solesmes, à titre expérimental. « J’accueille et oriente les usagers, je les mets en relation avec les différents services proposés et je peux aussi faire l’interface avec les mairies du canton. En ce sens, j’apporte en quelque sorte une ingénierie supplémentaire sur notre territoire », détaille-t-il. 16 Magazine Nord le Département
BEAUVOIS-EN-CAMBRÉSIS Ribambelle : 10 ans d’itinérance, ça a du bon ! Structure multi-accueil itinérante pour enfants de 2,5 à 4 ans, Ribambelle propose 10 places sur trois communes, Beauvois-en-Cambrésis, Bertry et Ligny-en-Cambrésis, soit un peu plus de 6 000 habitants. Fin 2013, l’association a fêté ses 10 ans d’existence, l’occasion pour Bérangère Schryve, responsable de la structure, de rappeler que Ribambelle n’est pas qu’un lieu de garde pour les petits : « Nous accueillons beaucoup d’enfants issus de familles vulnérables ; c’est pourquoi nous avons mis en œuvre, dans le cadre d’une convention d’objectifs et le gestion 2013-2017 avec la CAF, une action de soutien à la fonction parentale pour aider les relations parents - enfants. » De son côté, Delphine Bataille, conseillère générale du canton de Carnières, a souligné l’importance d’une telle structure « qui participe aussi à l’attractivité d’un territoire ». Emmanuel Watteau Accueil. La structure itinérante propose 10 places sur trois communes. CLARY - LE CATEAU CAMBRÉSIS Des CLIC pour rompre l’isolement des personnes âgées Depuis 2008, le Centre local d’information et de coordination gérontologique (CLIC) des cantons de Clary et Le Cateau mène des actions pour lutter contre l’isolement des « Ce prix nous a notamment permis de recruter une aide médico-psychologique dont l’une des missions sera de repérer les personnes en voie d’isolement », conclut Mme Brissez. personnes âgées. « Nous proposons 03 27 77 72 72 www.clic-cambresis.fr des sorties culturelles, nous organisons des après-midi conviviaux dans des quartiers bien ciblés de Caudry et du Cateau et nous avons monté une chorale bénévole qui se rend de temps en temps chez les personnes isolées. Mais le plus difficile est justement de repérer ces personnes », explique Brigitte Brissez, responsable du CLIC. « Nous essayons de contacter, par exemple, celles qui quittent leur club du 3 e âge. » Ce projet a été primé par le Fonds départemental de l’innovation le 21 novembre dernier. Solidarité. Le CLIC mène des actions pour lutter contre l’isolement des personnes âgées. Emmanuel Watteau Jean-Philippe Bourgois Christophe Bonamis PORTRAIT Défenseur du goût Jean-Philippe Bourgois est fromager à Vendegies-sur-Écaillon. Défenseur du goût, ce fils d’agriculteur de la Baie de Somme connaît son affaire. Après des études d’agroalimentaire en Angleterre, il part en coopération en Suisse, pour monter une fromagerie-chèvrerie. « C’est à ce moment-là que je me suis dit : « Le fromage, ça me plaît bien « », raconte-t-il. De retour en France, il travaille pour un grand groupe industriel en Bretagne, puis prend un congé individuel de formation pour passer un BTS fromager à Besançon. Il développe ensuite un projet de chèvrerie pour l’une des deux fermes du groupe qui l’emploie, avant d’en prendre la direction. « C’était une super école, j’ai beaucoup appris mais je voulais m’installer. » LA PASSION DU FROMAGE Jean-Philippe Bourgois et son épouse, originaire de Solesmes, sont arrivés à Vendegies en 2008. À la tête d’un troupeau de 150 chèvres, ils produisent environ 3 000 fromages au lait cru par semaine. « Quand on s’installe, il faut y croire. » Leurs produits sont vendus directement à la ferme, à des restaurateurs, à la grande distribution ou même à certains collèges du Nord, dans le cadre de l’Assiette durable… Tous les 15 jours, Jean-Philippe Bourgois livre également le marché de Rungis : « Je rencontre les fromagers en direct, ça me donne la température, dit ce passionné. Vous savez, je vends un « fromage du dimanche », avec lequel les gens vont se faire plaisir. » VD www.chevreriedelecaillon.fr n°272 I Février-mars 2014 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :