[59] Nord n°263 janvier 2013
[59] Nord n°263 janvier 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°263 de janvier 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Nord

  • Format : (200 x 260) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : mission départementale des personnes handicapées, des signes encourageants.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
LIBRE EXPRESSION Conformément à la délibération du Conseil général en date du 16 décembre 2002, en application de la Loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, une tribune politique est publiée chaque mois dans Le Nord. GROUPE SOCIALISTE GR. COMMUNISTE - FRONT DE GAUCHE GROUPE UNION POUR LE NORD Contribuer à la construction d’une société plus juste Pour un service public de la perte d’autonomie La parité jusqu’à l’obsession Frédéric Marchand Président du groupe « Socialiste et apparentés » Charles Beauchamp Président du groupe « Communiste - Front de gauche » Jean-René Lecerf Président du groupe « Union pour le Nord » • Année après année, la situation des personnes handicapées et de leur famille s’impose comme un véritable enjeu de société. Leur solitude, leurs difficultés, parfois leur détresse restent grandes, même si elles sont, probablement, mieux connues et mieux prises en compte que par le passé. Une société se juge notamment à l’attention qu’elle porte aux plus fragiles et à la place qu’elle réserve aux personnes qui souffrent d’un handicap. Malgré les dispositions législatives, le handicap reste encore une cause d'exclusion, en termes d'éducation, d'accès aux infrastructures, d'intégration professionnelle, mais aussi d'acceptation sociale. L'objectif, pour les personnes en situation de handicap, demeure le même : participer pleinement à la vie de la cité. La majorité départementale a souhaité faire de la politique pour les personnes handicapées l’un des grands défis du mandat. C’est dans cet esprit que le Département a voté un nouveau schéma départemental 2012-2015 pour les personnes en situation de handicap. Ce schéma renouvelle l’engagement du Département aux côtés des partenaires associatifs et institutionnels, dans l’action de solidarité et le soutien aux personnes ainsi que la prise en charge des handicaps. La compensation d’un handicap est un droit fondamental. Chacun de nous peut un jour être concerné par cette situation. Faire valoir ce droit c’est contribuer à la construction d'une société plus juste, plus ouverte et plus sereine ! Voilà le sens de notre action ! 18 Janvier 2013• Assurer une véritable égalité de traitement pour les personnes en situation de handicap, tel était l’enjeu des moyens mobilisés ces dernières années par notre Département. Cela s’est aussi traduit par une 1 re amélioration du fonctionnement de la MDPH, mais il reste beaucoup à faire. La « perte d’autonomie » est le résultat de multiples facteurs d’ordre physique, psychologique mais aussi matériel, social et familial qui menacent l’existence même d’une personne. Notre groupe milite afin que des mesures concrètes soient prises rapidement pour inscrire le financement de la perte d’autonomie dans les compétences de la protection sociale. La perte d’autonomie doit en effet relever de la solidarité nationale ! Or les annonces faites récemment dans le cadre de l’acte 3 de la décentralisation nous préoccupent. Les Départements pourraient en effet se voir confier l’ensemble des politiques du handicap, et ce hors du champ de l’assurance maladie avec cette nouvelle organisation territoriale. Une fois de plus, l’État ne jouerait ainsi plus son rôle dans l’égalité de traitement des personnes face au handicap et à la maladie. Un nouveau transfert de compétences à la charge des Départements, déjà victimes des multiples désengagements successifs de l’État, se prépare. Nous considérons que la prise en charge du handicap doit s’inscrire dans un nouveau projet de civilisation et d’émancipation humaine basée sur une politique de progrès, de justice sociale et d’un nouveau partage des richesses.• Quelle peut être la préoccupation fondamentale de nos dirigeants en cette période difficile ? La bataille pour l’emploi – bien mal engagée avec 45 000 nouveaux chômeurs pour le seul mois d’octobre – ou pour la compétitivité de notre économie mise à mal par les 35 heures ? Vous n’y êtes pas ! La priorité des priorités, c’est la parité hommesfemmes pour tous les mandats. Ainsi, le gouvernement nous a concocté une réforme électorale pour les élections départementales de 2015 qui vaut son pesant de cacahuètes : le scrutin majoritaire binominal mixte à deux tours ! Le nombre de cantons sera divisé par deux avec une population moyenne de plus de 60 000 habitants. On fusionnera allègrement les anciens cantons au risque de briser la qualité des relations entre l’élu, le territoire et la population. Tant pis s’il nous faut sacrifier le respect de la ruralité sur l’autel de la parité puisque nous aurons désormais un binôme homme-femme dans chaque canton - Alléluia- un peu comme si on avait deux maires dans une commune ou deux présidents dans la République. Patience, demain peut-être… Comme le ridicule ne tue plus, on prévoit même que chaque candidat devra s’entourer d’un suppléant de même sexe - c’est tendance aujourd’hui - de peur que démissions ou décès viennent rompre une si belle harmonie. « Je suis pour l’égalité des sexes et je prendrai moi-même les mesures », s’était imprudemment exclamée naguère Madame Bouchardeau, ministre du droit des femmes. C’est fait ! Gagné par la contagion, je m’en vais déposer une proposition de loi exigeant la parité dans l’incarcération - où plus de 96% des personnes détenues sont de sexe masculin - et dans l’espérance de vie où nos compagnes nous humilient depuis trop longtemps. Très bonne année aux femmes et aux hommes du Nord !
CHEZ VOUS ARRONDISSEMENT D’AVESNES Cantons de Avesnes Nord• Avesnes Sud• Bavay• Berlaimont• Hautmont• Landrecies• Maubeuge Nord• Maubeuge Sud• Le Quesnoy Est• Le Quesnoy Ouest• Solre-le-Château• Trélon Maubeuge Ouverte l’été dernier, la Maison des adolescents du Hainaut accueille les jeunes, leurs parents et les professionnels pour toutes les questions liées à ce moment si particulier de la vie. Un lieu pour parler, être écouté et trouver des solutions aux problèmes des ados Lors de la journée portes ouvertes, en novembre,la Maison des adolescents a accueilli trois jeunes créateurs des environs. PH. CHRISTOPHE BONAMIS ● « Les adolescents sont une population difficile à appréhender, qui ne demande pas facilement de l’aide. Pourtant, ils ne refusent pas l’adulte, mais la posture de l’adulte. Si celui-ci se met en position d’écoute professionnelle, alors le jeune peut s’exprimer et discuter vraiment. » Matthieu Ochin est directeur de la Maison des adolescents du Hainaut, dont l’antenne de Maubeuge a ouvert en août dernier. Ce lieu, situé dans une ancienne maison de maître appartenant au centre hospitalier, a été créé par l’AFEJI (Association des Flandres pour l'éducation, la formation des jeunes et l'insertion sociale et professionnelle), avec des financements du Département et de l’Agence régionale de santé. Il fait partie d’un dispositif national qui consiste à créer au moins une maison des adolescents par département. Jusque là, le Nord n’en avait qu’une, à Lille. Si de nombreux services ou structures s’occupent d’une manière ou d’une autre des adolescents, la spécificité de ce nouveau lieu consiste à « considérer l’ado dans sa globalité ». La présence d’une équipe pluridisciplinaire permet en effet d’aborder tous les aspects de sa vie : médical, social, familial, juridique, culturel, etc. « On accueille le jeune un peu comme dans un centre social, explique Jérôme Maesen, accueillant, mais on ne met pas en place d’activités de loisirs, on n’a pas de solution toute faite. Ça permet à l’ado d’arriver avec ses projets et ses questions. » Aux parents aussi car la relation avec eux est essentielle dans le travail mené ici. Parents et ados peuvent venir ensemble ou séparément. Les professionnels qui travaillent avec les jeunes sont aussi les bienvenus. Durant les trois premiers mois, 25 situations ont été suivies par la Maison des adolescents. Ouverte toute la journée du samedi, elle s’adresse aussi aux jeunes qui ne vivent pas dans l’agglomération maubeugeoise. Avec ou sans rendezvous… FRANÇOISE POIRET-COLONGE Maison des adolescents du Hainaut 12, rue de la Liberté à Maubeuge Tél. 03 27 62 34 15. Accueil du lundi au vendredi de 14 à 18 h et le samedi de 10 à 18h. AVESNES-SUR-HELPE Janvier 2013 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :