[59] Nord n°2 octobre 2017
[59] Nord n°2 octobre 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de octobre 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Nord

  • Format : (211 x 281) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'autonomie pour la vie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
SERVICE EN LIGNE Retrouvez toutes les informations sur les services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) proches de chez vous. DYNAMISATION DU SECTEUR Crédit d’impôt pour tous les usagers d’un SAAD au titre de l’APA à hauteur de 50% DES DéPENSES ENGAGéES 10 i dossier AUTONOMe pour la vie Les services d’aide et d’accompagnement à domicile pour les personnes âgées serviceaideadomicile.lenord.fr quoi de neuf pour la rentrée ? équité et lisibilité Depuis le 1er octobre, la prise en charge départementale pour les bénéficiaires de l’APA passe à 21 € /heure PROTECTION DES USAGERS Plafonnement du reste à charge à 10% du minimum vieillesse Anticipation des besoins 268 prestataires Autorisés De nouvelles autorisations sont en cours avec une attention particulière portée aux territoires ruraux. Crédit photo  : istock Istock Les prestataires de services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) emploient des aides ménagères et auxiliaires de vie qui apportent une aide pour l’entretien du logement, les courses, le ménage ou encore le repassage. Ils peuvent aussi accompagner la personne pour tout ce qui ne relève pas du domaine médical (toilette, repas, soins d’hygiène, etc.). Depuis le vote de la loi d’Adaptation de la société au vieillissement en 2015, le Département s’attache à construire un nouveau modèle économique pour les SAAD, tourné vers l’usager.
P. Houzé la pédagogie montessori de 7... à 77 ans Le Département s’attache à promouvoir l’amélioration de la qualité de vie en établissement, notamment pour les personnes âgées en perte d’autonomie. Quand on pousse la porte d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), on ne s’attend pas forcément à entendre parler de la méthode Montessori. Fondée en 1907, cette pédagogie repose sur l’éducation sensorielle et kinesthésique de l’enfant. Mais depuis son ouverture en 2013, l’EHPAD Saint- François-de-Sales situé dans le nouveau quartier Humanicité de Capinghem, a formé l’ensemble de son personnel à cette méthode. « C’est le fil conducteur de notre projet d’établissement », explique Amélie Hochart, psychologue. « Il s’agit de préserver au mieux l’autonomie des résidents. Nous leur redonnons un pouvoir de décision Je porte une politique volontariste et de proximité. Elle vise à accompagner les Nordistes en perte d’autonomie et leurs proches pour leur apporter des réponses diversifiées et individualisées. Geneviève Mannarino, Vice-présidente chargée de l’autonomie lenord.fr/interview-genevievemannarino (choisir un vêtement, aller dans le jardin), nous leur proposons des activités du quotidien (mettre la table, arroser les plantes) et nous les impliquons dans des projets. En les remettant dans des situations connues, on réactive chez eux les capacités encore présentes ». Ici, le personnel a donc changé son regard  : il se décentre de ce qui ne fonctionne plus pour porter son attention sur tous les possibles. « Les résidents ne sont pas mis en échec. Les valoriser et les rendre actifs permet aussi aux soignants de trouver aussi plus de sens à leur travail », témoigne Marie-Liesse Deroulers, directrice de l’EHPAD. Pour autant, la véritable innovation ne réside pas tant dans l’utilisation de la pédagogie Montessori que dans sa mise en œuvre au sein d’une structure qui accueille une population aussi variée de personnes âgées dépendantes  : personnes sourdes de naissance, personnes atteintes ou pas de démence, et personnes handicapées pour certaines âgées de moins de 60 ans. Des professionnels spécifiquement formés ont été recrutés pour la prise en charge de chacun de ces publics, ce qui confère notamment aux résidents sourds la possibilité de communiquer en langue des signes avec le personnel soignant. Résultat  : l’accompagnement des personnes est « au top » et l’établissement plein de vie ! OCT 2017 Magazine le Nord i 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :