[57] Moselle n°7 mai 2012
[57] Moselle n°7 mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de mai 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Moselle

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,7 Mo

  • Dans ce numéro : dansez, chantez, jouez maintenant !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
éducation Projet artistique Rainbow miniatures Deux collèges départementaux, Louis-Pasteur, à Florange et Jean-Moulin, à Uckange participent le 5 juin prochain à un spectacle exceptionnel à l'Arsenal : Rainbow miniatures. Caroline Ablain Tous les vendredis aprèsmidi du mois de mai, une cinquantaine d’élèves de 6 e du collège Louis-Pas- du spectacle qui sera donné à l’Arsenal le 5 juin prochain : Rainbow miniatures. Cette initiative pédagogique et séquences dansées et chantées. Repensé pour des élèves, Rainbow miniatures s’articule autour de six tableaux chorégraphiques classe deux séquences qui se complètent dans leur mode d’apprentissage et d’approche : l’une créative, sur la base d’improvisa- teur de Florange et autant du col- artistique prend sa source au impliquant différentes parties tions, et l’autre, plus technique, à lège Jean-Moulin à Uckange vont cœur de la création Rainbow qui du corps : une danse des gants apprendre. Des répétitions géné- découvrir un univers à part : la sera présentée cette saison par (mains et bras), une danse des rales auront lieu les lundi 4 et le création d’un spectacle chorégra- l’Arsenal dans le cadre de Metz signes (langue des signes), une mardi 5 juin avant le spectacle du phique, en compagnie de leurs en Scènes. S’inspirant du film Le danse des fauves (jambes), une soir, point d’orgue d’une aventure professeurs et d’Emmanuelle Vo- magicien d’Oz et de la chanson danse des draps, une danse d’om- artistique à part. ● D.L. Dinh et David Monceau, artistes de la Compagnie Sui Generis, à l’initiative du projet. Nom de code Somewhere over the Rainbow, les chorégraphes ont conçu un spectacle déambulatoire composé de bres projetées, ainsi qu’un chant gospel. Enseignants et chorégraphes ont choisi pour chaque + d’infos auprès de l’Arsenal. Tél. 03 87 39 92 00 Écoles et collèges Festival du film scolaire en Moselle : première ! Quarante-cinq établissements, mobilisant 830 élèves de la petite section de maternelle à la classe de 3 e, participent au 1er Festival du film scolaire en Moselle. Ce nouveau festival est organisé par le Centre départemental de documentation pédagogique (CDDP57) - Espace Éducation Art & Culture en collaboration avec ses partenaires dont le Conseil Général*. Il a notamment pour but de donner la possibilité aux enseignants d’enrichir la culture humaniste de leurs élèves en relation avec l’enseignement de l’histoire des arts et le parcours culturel. L’objectif est également de développer l’utilisation des technologies de l’information et de la communication à l’école et au collège et de faire connaître aux enseignants les nombreuses ressources pédagogiques à leur disposition tant dans les domaines des technologies que de la culture et du patrimoine. Les classes participantes avaient jusqu’au 27 avril pour remettre leur film de 4 minutes maximum sur le thème « Racontemoi ta ville, ton village ». Les productions retenues seront présentées dans le cadre du Festival du 29 mai au 2 juin. Les films seront ensuite mis en ligne sur la plate-forme Internet de l’Espace éducation Art & Culture. * Parmi les partenaires, figurent également l’Inspection académique de Moselle, l'IUFM de Lorraine, la Direction régionale des affaires culturelles de Lorraine et la Délégation académique à l'éducation artistique et culturelle (DAAC Nancy-Metz), le Crédit Mutuel enseignant et l'association Forum, Les débats. + d’infos www.espace-eac.fr/Tél. 03 87 36 01 88 14
Ma Moselle Ils sont tombés en amour pour la musique, à 15 ans, « par hasard ». Vingt ans après avoir frappé à la porte du Conservatoire de Metz, Alexandre et Benoît Dratwicki ont atteint les sommets. Alexandre et Benoît Dratwicki Deux vies pour la musique À 35 ans, Alexandre Dratwicki aurait bien du mal à rougir de son curriculum vitae. Docteur en musicologie, ancien pensionnaire à Rome de la Villa Médicis, diplômé en clarinette, esthétique et histoire de la musique (Conservatoires de Metz et Paris), il a construit son parcours entre l’enseignement (La Sorbonne, Poitiers, Lille, Rouen), l’écriture et la coordination de publications sur la musique du XVIII e et XIX es., la production d’une émission à France Musique, et le conseil artistique de l’Opéra Comique. Il est aujourd’hui le directeur scientifique du Palazzetto Bru Zane - Centre de musique romantique française à Venise. Rejoint par son jumeau Benoît, directeur artistique au Centre de musique baroque de Versailles, et conseiller artistique sur les activités du Palazzetto. Créé en 2009 grâce à une mécène passionnée, le Palazzetto Bru Zane s’est donné pour vocation de faire redécouvrir le patrimoine musical français du « grand XIX e siècle » (1780-1920). Un répertoire qui « touche à l’intime, et sollicite très loin les émotions immédiates », estime Alexandre. Pourtant, la musique romantique française pâtit encore de son manque de rayonnement. Passé Car- men, Manon ou Faust, appréhende-t-on réellement l’ampleur de la création de Bizet, Massenet et Gounod ? Relie-t-on même à une œuvre les noms d’Étienne-Nicolas Méhul, Théodore Dubois ou George Onslow ? Des racines « en terre romantique » « Il y a une espèce d’injustice face à la musique romantique allemande et italienne, connue et reconnue de tous. Le romantisme français se réduit pour beaucoup à quelques compositeurs, auxquels on ne rattache généralement qu’une œuvre maîtresse », analyse le Mosellan. « Cela voue des milliers de grandes œuvres à l’oubli ! » Lancé avec la fondation dans une aventure musicale totale, osée et passionnante, Alexandre s’investit désormais « avec frénésie » dans la recherche, l’enseignement, l’édition, l’enregistrement discographique, ainsi que dans la programmation de concerts romantiques dans le monde. Sollicités par le Conseil Général en 2009, c’est avec la même fougue que les frères Dratwicki ont rejoint, en qualité de conseillers artistiques, la biennale En Terre Romantique initiée par Moselle Arts Vivants. Une occasion unique DR Entre Versailles, Venise et Paris, les jumeaux de Basse-Ham œuvrent à la promotion du patrimoine baroque et romantique français. Au commencement… Premières notes en Moselle Inscrits à 15 ans en clarinette et violoncelle à l’école de musique de Yutz, Alexandre et Benoît ont rapidement été admis au Conservatoire de Metz Gabriel Pierné. S'ouvrant à toutes les facettes de la musique, les jumeaux y ont assidûment suivi les cours d'analyse, d’histoire et d’orchestration. « Dans notre salle T-318, nous avalions avec boulimie des kilomètres de musique, des partitions inconnues... Plus rien n’existait à côté », se souvient Alexandre. « Cette expérience a révélé ce qui deviendrait pour nous une véritable passion. » En sortant brillamment diplômés du conservatoire messin après six années, les frères détenaient entre leurs mains le feu qui, à Paris, les ferait irradier... et passionnante de renouer avec leurs racines mosellanes, et d’honorer de grands compositeurs qui ont marqué l’histoire. Car, comme le rappelle Alexandre, « la qualité du répertoire mosellan, avec Ambroise Thomas, Théodore Gouvy, Florent Schmitt, Gabriel Pierné ou Gustave Charpentier, contribue en grande partie à la richesse du patrimoine de musique romantique français ». ●●Mélanie Kochert + d’infos www.bru-zane.com www.cmbv.fr 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :