[53] Horizon Mayenne n°26 déc 15/jan 201
[53] Horizon Mayenne n°26 déc 15/jan 201
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°26 de déc 15/jan 201

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Mayenne

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2016... 339,5 millions d'euros pour l'action.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 actualités économiques décembre 2015-janvier 2016 - n°26 Sodistra et ses « drôles de dames » Des cadres au féminin chez Sodistra. Elles s’appellent Marie, Sophie, Claire, Cécile, Sandrine. Toutes occupent au sein de la PME mayennaise, un poste de cadre en charge de la production, de l’innovation, de l’export, du marketing ou de l’administration des ventes et des commandes. À l’exception de l’une d’elles, toutes ont été embauchées ces deux dernières années par Erwan Coatanéa, un Breton de 45 ans qui, avec son épouse Anne Herbert, directrice administrative et financière, a racheté Sodistra en 2013. Fait étonnant, mais en rapport avec le style de management impulsé par la direction, Erwan Coatanéa préfère s’éclipser en début de rendez-vous. Avant de laisser la parole à son équipe féminine, il livre ces quelques mots  : « Notre entreprise, c’est un bateau où tout l’équipage est concerné par les décisions et où chacun participe au projet commun. Libérer les initiatives et offrir plus d’autonomie renforcent l’engagement. Quand je recrute une personne, mon souci majeur n’est pas tant de savoir si la personne a toutes les qualifications requises pour le poste, mais plutôt de connaître son niveau d’engagement. Je préfère des gens qui ont envie d’apprendre aux gens qui pensent savoir faire ». Depuis 45 ans, Sodistra conçoit et fabrique à Château-Gontier des éléments isothermes en composites. « Les produits, fabriqués sur-mesure, sont destinés au conditionnement d’air, à la ventilation et à la climatisation  : centrales de traitement d’air, gaines double peau isolées, équipements de soufflage, planchers de surgélations et cuves double peau », indique Marie Herbert, chargée de la production et chef de projet « usine 2.0 ». Un bâtiment de 7 000 m² est, en effet, actuellement construit à quelques centaines de mètres de là  : « Il sera livré en juillet 2016 et représente un investissement de 4 millions e », précise Anne Herbert. Ce nouvel outil de travail, moderne et fonctionnel, devrait participer à la croissance de l’entreprise (8 millions e de chiffre d’affaires) dont l’effectif, aujourd’hui de 45 personnes, atteindra les 70 salariés en 2020. Sodistra pratique uniquement le « Business to Business ». Ses clients sont pour la plupart des frigoristes eux-mêmes fournisseurs de grands groupes de l’industrie agroalimentaire. Ce marché, destiné aux professionnels, est concurrentiel. Deux leviers devraient permettre de relever les défis de la croissance  : l’export et l’innovation. « L’objectif est de multiplier par 10 notre part à l’export qui oscille actuellement autour de 3 à 4%. Cela passe par la conquête du marché européen et d’autres plus éloignés comme l’Amérique du Sud ou l’Asie », rapporte Claire Roidot. Celle-ci collabore en lien étroit avec Cécile Raoul, chargée de marketing et communication  : « Je travaille à des supports de communication multilingues. D’ores et déjà, notre site internet est disponible en anglais et en espagnol », précise-t-elle. L’expérience de Sandrine Pécot, 17 ans de société, sera précieuse  : « L’export implique de plus grandes précautions s’agissant de la facturation et des paiements », détaille-t-elle. Quant à l’innovation, la mission de Sophie Brouard, elle se concrétise par le dépôt de brevets et la mise au point de procédés de fabrication uniques  : « En outre, Sodistra est membre de la Fondation Explore qui promeut les nouveaux explorateurs dans différents domaines, comme celui des nouvelles fibres pour développer durablement en utilisant le lin et le chanvre. Notre objectif est d’apporter des solutions innovantes dans le domaine du composite pour répondre aux enjeux environnementaux », indique-t-elle. De retour de rendez-vous, le « capitaine » Erwan Coatanéa s’amuse de la situation  : « Alors, vous n’avez pas dit trop de bêtises ! », lâche-t-il dans un éclat de rires. Et vogue le bateau Sodistra. www.sodistra.fr Une centrale intérieure de traitement de l’air.
Dominique et Benoît Ramon, élus managers MAYENNAIS 2015 Les deux frères ont été distingués par l’association mayennaise des Dirigeants commerciaux de France (DCF). Installée à Javron-les-Chapelles, leur entreprise « Les Volailles Rémi Ramon » emploie 350 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 75 millionse. Depuis 1999, ils se répartissent les directions opérationnelles, le commercial pour Benoît, la production pour Dominique. La PME familiale a vu le jour en 1958 grâce au jeune Rémi Ramon, leur père, qui a commencé par le négoce de beurre, volailles et œufs, avant de bâtir un abattoir de volailles en 1964. Aujourd’hui, l’entreprise propose toute une gamme de produits  : poulets (standard et label rouge), pintades, poules, coqs, coquelets, chapons, dindes, produits cuits et élaborés, frais ou surgelés… On retrouve ces volailles, sous différentes marques, dans les rayons des grandes et moyennes surfaces, mais aussi dans la restauration collective (hôpitaux, écoles…). En outre, chaque semaine 50 000 volailles « Duc de Mayenne » transitent par l’abattoir javronnais, l’entreprise étant le partenaire unique de ce produit mayennais, l’occasion ici de souligner une belle alliance locale. www.volailles-ramon.com Le groupe Bage à la conquête de la Bretagne Le groupe Bage, dont le siège social est à Saint-Ouen-des-Toits, conçoit, construit et entretient des réseaux d’énergies, de télécommunications et d’adductions d’eau. La PME mayennaise vient de racheter Vezie, un acteur majeur des réseaux d’électricité, de gaz et d’éclairage public en Ille-et-Vilaine. Cette acquisition porte à 9 le nombre de sites du groupe Bage, désormais présent dans huit départements de l’arc atlantique, de l’Orne jusqu’à la Gironde. Le chiffre d’affaires du groupe devrait atteindre 25 millions e en 2015. La PME mayennaise possède avec Bage Telecoms une filiale en pleine croissance. Celle-ci accompagne notamment le déploiement du très haut débit. Elle compte actuellement 15 salariés et vise 35 embauches d’ici à 2018. Compte-tenu du manque de personnels qualifiés dans le domaine de la fibre optique, Bage assure lui-même, le cas échéant, la formation des candidats motivés. www.bage-entreprises.com actualités économiques La CAM et CAP 50 fusionnent ET mettent en commun leurs ACTIVITÉS porcines La coopérative porcine CAP 50, basée près de Saint-Lô dans la Manche, et la Coopérative des Agriculteurs de la Mayenne (CAM) ont entériné leur fusion. Ce rapprochement s’inscrit dans le cadre de la section autonome CAM au sein de Terrena. Il ouvre ainsi la porte à la création d’un groupement porc leader sur les régions Pays-de-la-Loire et Normandie avec plus de 400 producteurs et près d’un million de porcs charcutiers commercialisés. CAP 50 réalise un chiffre d’affaires de 60 millionse, emploie 20 salariés et commercialise chaque année 350 000 porcs produits par 120 éleveurs. La CAM, coopérative multi-spécialisée, réalise 300 millions e de chiffre d’affaires avec 4 000 adhérents, dont 120 éleveurs en production porcine. La qualité et la traçabilité seront les fondements des actions du nouveau groupement dont la vocation sera de produire des porcs sur un territoire de haute qualité et à fort potentiel en valorisant le travail des producteurs. www.cam.fr le chiffre ZÉRO du mois Comme le taux d’émission de pollution du véhicule Electron II fabriqué par le groupe Gruau et issu de la première gamme d’utilitaires 100% électriques du marché. Cette solution zéro émission, adaptable à tous les métiers, sert de base à un nouveau véhicule pour le transport collectif de personnes à mobilité réduite 100% électrique. Celui-ci a été présenté début décembre lors du salon professionnel Autonomic à Lille. Ce véhicule est proposé avec rampe manuelle ou électrique et peut accueillir 3 à 4 personnes en fauteuil suivant la configuration choisie. Gruau qui emploie 1 100 personnes réalise un chiffres d’affaires de 214 millions e et transforme 48 000 véhicules. www.gruau.fr 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :