[51] La Marne le Mag n°42 déc 2012/jan-fév 2013
[51] La Marne le Mag n°42 déc 2012/jan-fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°42 de déc 2012/jan-fév 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Marne

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : priorité à la sécurité sur les routes départementales.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
laMarne>lemag ils s’engagent Ils sont écrivains, artistes, sportifs, acteurs associatifs… Venus d’horizons différents, ils nous font partager leur passion et leur engagement. Chacun à leur manière, ils font vivre la Marne ! Christophe Manquillet Christophe Manquillet Championne du monde et scientifique Bénédicte Le Panse, Mailly-Champagne Avec Bénédicte Le Panse, on va de surprise en surprise. Qui, en effet, pourrait deviner que du haut de ses 1,54m, cette Marnaise de 34 ans, on ne peut plus féminine, est une athlète de haut niveau en force athlétique. La jeune femme se met à l’haltérophilie complètement par hasard à l’âge de 16 ans. « Je sortais de 12 ans de gymnastique quand le gymnase où je m’entraînais a fermé. Je suis ainsi passée brusquement de 25 heures de gym par semaine à plus rien du tout. Un ami m’a alors proposé de l’accompagner à son club. » La mayonnaise prend immédiatement. Dès la première semaine, on lui assure qu’elle a le niveau national. « Je me suis aussitôt inscrite aux compétitions ; c’est cela qui m’a plu. » Et lorsque Bénédicte aime quelque chose, les résultats s’en ressentent… 20 fois championne de France, 40 médailles internationales, vice-Championne d’Europe, championne du Monde en 2009. Dans sa catégorie (les moins de 47 kg), la Marnaise est une référence. À côté de cela, la sportive est docteur en physiologie. Sa soutenance de thèse « effets ergogéniques, métaboliques et hormonaux d’une prise chronique et aiguë de Salbutamol » est désormais un livre sorti aux éditions PAF… 18 n0 42 SCULPTURE ET MÉMOIRE Patrice Alexandre, Morsains « Travailler sur l’Histoire, c’est travailler sur les manques. ». Fort de ce principe, Patrice Alexandre continue de tisser cet écheveau où se mêlent avec bonheur les fils de la Grande Guerre et ceux de la sculpture. « C’est 12 ans de ma vie », sourit ce sculpteur, professeur aux Beaux-Arts à Paris et installé dans le sud-ouest marnais (Morsains). L’aventure commence en 2001. Suite à une commande du Conseil général de la Marne, l’artiste est amené à revisiter plusieurs monuments aux morts du département. « Je me suis d’abord demandé si j’avais le droit de travailler sur ce sujet ; d’ajouter du symbole au symbole. D’où l’idée de mettre en place une grande « conversation » avec mes anciens collègues, qui ont fait ces monuments. » Réalisant un important travail de recherches en amont, Patrice Alexandre s’aperçoit que la plupart de ces sculpteurs ont eux-mêmes fait la guerre. « Lorsqu’on sait cela, on regarde forcément ces monuments autrement. » Son exploration artistique au cœur de la Der des Der ne s’arrêtera pas là. En 2008, il conçoit la mise en scène de la correspondance de guerre de Fernand Léger avec Jacques Gamblin (acteur) et David Chaillou (compositeur). Patrice Alexandre explore aujourd’hui quelques monuments commémoratifs belges. L’exposition « Monumentum » qui se tient jusqu’au 19 mai au Musée royal de l’Armée à Bruxelles présente quelques-unes de ses œuvres. www.patricealexandre.fr Christophe Manquillet
laMarne>lemag ils s’engagent Notre volonté première est d’apporter une image différente du chantier d’insertion : une image d’entreprise » Christophe Manquillet Chantier d’insertion : une audace qui se décline au féminin Marie-Claude Herrant et Véronique Baudouin, Vitry-le-François La formule qui vient d’emblée à l’esprit lorsqu’on rencontre ces deux femmes au dynamisme communicatif, c’est « duo gagnant ». À n’en pas douter, ces deux-là se sont trouvées. Tout commence en 2009. Véronique Baudouin, chef d’une entreprise de formation mais qui travaille également depuis 1981 dans l’insertion sociale, a l’idée de mettre en place sur Vitry-le-François un chantier d’insertion, tourné prioritairement vers les femmes. « J’ai toujours voulu aider les gens ; c’est dans ma nature. » L’association « Au fil des chemins » est ainsi créée. Véronique, déjà bien occupée par sa propre société, se retrouve pourtant bombardée présidente de la structure. Pas très étonnant en vérité. La dame déborde de volonté et d’idées, voire d’audace. Un comportement qui détonne avec certaines frilosités locales. En recrutant une directrice en la personne de Marie-Claude Herrant, elle va trouver une partenaire à la hauteur de ses rêves. Loin de la tempérer dans ses ambitions, la jeune femme va s’avérer une alliée précieuse. « Même si je propose des idées qui peuvent sembler de prime abord un peu extravagantes, elle me suit », s’amuse Véronique. Sacré tandem ! Aujourd’hui, « Au fil des chemins » gère 16 salariées en contrat aidé et trois permanents. Des employées qui recueillent et revalorisent des vêtements usagers. Un atelier de confection de sacs à main a été mis en place, et l’association a rejoint la griffe « Tissons la solidarité ». Un projet encadré par deux stylistes professionnels et parrainé par Christian Lacroix, qui permet à cette structure d’insertion de délivrer des certificats de compétences. Courant septembre les salariées de l’association ont défilé au château de Bignicourt-sur-Saulx pour présenter les vêtements qu’elles ont elles-mêmes créés. Marie-Claude insiste : « Notre volonté première est d’apporter une image différente du chantier d’insertion ; une image d’entreprise, et non quelque chose de péjoratif. » Le duo de choc a déjà d’autres projets en tête : créer un restaurant d’insertion, par exemple. « On cherche aussi à devenir sous-traitant ; on aimerait produire pour quelqu’un. » L’appel est lancé ! aufildeschemins@orange.fr – 03 26 62 14 54 GUIDE DE LA GRANDE GUERRE Gérard Niger, Dormans Passer le relais… Le relais de la mémoire mais aussi celui du bénévolat. Le parcours personnel de Gérard Niger ne tend que vers cela. À 75 ans, le Marnais serait bien incapable d’estimer le temps qu’il consacre au Mémorial de Dormans. C’est lui en effet qui assure la plupart des visites guidées réalisées sur ce magnifique site, fondé en hommage aux victimes du conflit 14-18. Soit une cinquantaine par an. Il faut dire que le Mémorial de Dormans accueille chaque année pas moins de 17 000 visiteurs… Un chiffre impressionnant qui n’a rien de fantaisiste, comme le souligne Gérard Niger : « Avec les 18 bénévoles de " l’Association du Mémorial de Dormans 14-18 ", nous comptabilisons au plus près au moyen d’un registre le nombre de visites. J’ai coutume de dire que nous recevons des personnes originaires de tous les continents sauf de l’Antarctique : d’Australie, d’Amérique du Sud, et puis bien sûr beaucoup de Belges, Hollandais, ainsi que des Anglo-saxons et même des Russes ! » Ancien instituteur rural (« Presque 25 ans à Œuilly »), celui qui est également le président depuis 1983 des ACPG-CATM trouve beaucoup de plaisir à tenir ce rôle de guide. « Pour l’échange, la satisfaction de transmettre aux nouvelles générations cette partie tellement importante de notre Histoire. » hiver 2012 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :