[50] Manche mag' n°66 oct/nov/déc 2019
[50] Manche mag' n°66 oct/nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°66 de oct/nov/déc 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Manche

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : un toit dans la Manche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 LA MANCHE INNOVE Première mondiale dans la Manche ! La première semi-remorque frigorifique à hydrogène du monde, innovation de l’entreprise Chereau, est venue se ravitailler à la station hydrogène de la Maison du Département en juillet. L’innovation fait partie de l’ADN de l’entreprise Chereau, implantée dans la Manche, à Ducey-les- Chéris et Avranches depuis 1950. Premier spécialiste européen en carrosseries frigorifiques pour poidslourds, Chereau réinvente la semiremorque frigorifique avec son projet collaboratif  : Road. Une semi-remorque verte ! Cette semi-remorque frigorifique maintient la température des produits transportés via un groupe froid électrique, alimenté par une pile à combustible qui sert à transformer l’hydrogène en électricité. Pas de carburant fossile, pas de rejet de CO 2, ce véhicule nouvelle génération, est bien la première semiremorque réfrigérée 100% verte ! La transition énergétique  : une nécessité « La transition énergétique n’est plus une option, c’est une nécessité », constate Christophe Danton, directeur marketing de Chereau qui coordonne les autres partenaires du projet Road  : les sociétés Amvalor, Carrier, FC Lab, Tronico et Malherbe, les pôles de compétitivité Move’o, ID4CAR. Le Département s’est fait lui aussi l’artisan actif du succès de l’entreprise en mettant sa station à disposition, pour fournir l’hydrogène nécessaire à la semi-remorque, tout au long des tests sur route, menés depuis le 4 juillet par le transporteur Malherbe. Territoire hydrogène  : un enjeu de santé publique Le Département se positionne en leader national en faveur de la filière hydrogène. « Notre stratégie vise à répondre aux enjeux planétaires de santé et d’environnement grâce à nos politiques locales », explique Valérie Nouvel, vice-présidente, déléguée à la transition énergétique, l'environnement et l'innovation. « Nous accompagnons l’entreprise Chereau parce que nous poursuivons les mêmes objectifs de diminution des impacts des déplacements et de valorisation du territoire ». La semi-remorque apporte en effet des solutions en faveur de l’amélioration de la qualité de l’air et donc de préservation de la santé. En termes d’attractivité, le Département, un des trois membres fondateurs du club des élus acteurs de l’hydrogène et membre de l’Afhypac (Association française pour l’hydrogène et les piles à combustible), met à profit cette position pilote et sa taille départementale très opérationnelle, pour apporter un soutien plus rapide et plus efficace aux besoins des innovateurs manchois. Demain ? « La semi-remorque réfrigérée à hydrogène, c’est le retour en grâce des transporteurs dans les grandes villes européennes, aujourd’hui contraintes par les mesures de lutte contre la pollution », se réjouit Christophe Danton, conscient de la valeur du soutien du Département. Prochaine étape, le salon Solutrans en novembre à Lyon. « Alors, les tests seront terminés et nous pourrons en révéler les résultats ». CHEREAU EN CHIFFRES 1000 collaborateurs 220 M € de chiffre d’affaires Plus de 4 100 véhicules produits 3 M € d’investissements dans l’outil de production 3 M € de R&D fondamentale et sur-mesure clients 70 recrutements à venir, tous profils confondus, en production et en fonctions supports
La santé protégée dès le plus jeune âge Les bilans de santé réalisés dans les écoles maternelles par le Département – via la protection maternelle infantile (PMI) – permettent de dépister, dès le plus jeune âge, d’éventuelles difficultés et d’y apporter une réponse médicale adaptée. D urant l’année scolaire 2017-2018, plus de 4 350 jeunes manchois ont été vus par une puéricultrice de la PMI, dans le cadre de ces bilans de santé. Soit près de 85% des enfants scolarisés et âgés entre 3 ans et demi et 4 ans et demi. « Plus nous intervenons en amont, mieux nous pouvons aider les parents et éviter qu’un problème ne s’aggrave avec le temps », souligne Nicole Godard (voir ci-dessous). Ces bilans se déroulent en deux temps. Le premier, réalisé dans les écoles, consiste en un dépistage visant à repérer d’éventuels troubles auditifs, visuels, du langage, du comportement ou des anomalies du développement psychomoteur. Cette visite est également l’occasion d’évaluer la croissance de l’enfant (taille, poids, IMC), ou encore d’effectuer un relevé des vaccinations. À la suite de cette première rencontre avec l’enfant et en cas de besoin, un bilan peut être effectué par un médecin. Cette consultation, à l’école ou au centre médico-social et en présence des parents, permet d’approfondir le dépistage réalisé en amont, de faire un point plus complet sur le développement de l’enfant et d’accompagner les parents dans le parcours de santé. En 2017-2018, 1 280 enfants ont été ainsi orientés vers un ou plusieurs professionnels de santé, selon les troubles repérés. VU PAR… Nicole Godard, vice-présidente déléguée à l’enfance et la famille Ces bilans de santé dans les écoles maternelles sont l’une des nombreuses actions de la PMI dans la Manche. Aide à la parentalité, consultations infantiles, prévention… Le Département déploie sur tout le territoire un réseau de professionnels de santé pour répondre aux interrogations des parents pendant la grossesse et après la naissance de leur enfant. Les premières années sont primordiales, c’est pourquoi le Département s’est engagé à maintenir les moyens alloués à la PMI, malgré la baisse des naissances sur notre territoire, pour être toujours au plus proche des parents et des enfants. » À VOS CÔTÉS Créer un lien de confiance Les bilans de santé que nous réalisons dans les écoles maternelles s’inscrivent dans une continuité de services proposés aux familles et enfants du territoire par la PMI. Ces dépistages menés par les puéricultrices sont destinés à toutes les familles. Il est essentiel pour nous de créer un lien de confiance avec les instituteurs, les familles et les enfants. Pour ce faire, nous nous déplaçons dans les écoles avec notre matériel. Tous les tests que nous réalisons, nous les faisons sous forme de jeux. Ces dépistages sont particulièrement utiles, puisqu’un problème d’audition, de vue ou un trouble du langage peut avoir des conséquences sur le comportement et l’apprentissage de l’enfant. Dans ces situations, les enfants sont orientés ou revus avec le médecin PMI en présence des parents. Nous avons par exemple récemment détecté un cas d’amblyopie 1. En repérant ce trouble, nous avons pu agir avec la famille. Les retards vaccinaux, les problèmes bucco-dentaires, ou les situations de surpoids sont également des situations que nous rencontrons. Dans tous les cas, notre rôle est de repérer, mais aussi d’accompagner les familles qui en expriment le besoin, et de coordonner la prise en charge du trouble avec les professionnels médico-sociaux (médecin traitant, ophtalmologiste, ORL, orthophoniste, dentiste, psychologue…). C’est pour nous une mission passionnante et nécessaire proposée aux familles du département ! » 1 - Absence de développement de la fonction visuelle d’un œil qui peut aboutir à la cécité si elle n’est pas traitée avant 6 ans. D r Anne Leprêtre et l’équipe de puéricultrices de la PMI du territoire des marais du Cotentin 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :