[50] Manche mag' n°64 avr/mai/jun 2019
[50] Manche mag' n°64 avr/mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°64 de avr/mai/jun 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Manche

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : emploi, la Manche recrute.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
LE DOSSIER De nombreux métiers à la clé Avec près de 16 000 projets de recrutement recensés en 2018, la Manche est un territoire au dynamisme économique incontesté et où s’exerce une multitude de métiers. Une réalité à valoriser. 18 « Nous recherchons des personnes polyvalentes. » (Les Celliers Associés) Nous peinons à recruter À ce jour, nous comptons 380 producteurs et 130 salariés, sur deux sites  : Pleudihen-sur-Rance et Condé-sur-Vire (25 000 tonnes de pommes par an transformées, pour 40 millions de bouteilles, 40 M € de chiffre d'affaires). Deuxième producteur français de cidre, avec un fort développement de nos boissons sans alcool, nous allons investir près de 15 M € d’ici 2021 dans la modernisation et l'agrandissement du site manchois, où nous avons 35 salariés en CDI et souhaitons en embaucher rapidement 15 de plus, pour augmenter l’activité de 40%. Nous avons principalement besoin de conducteurs de machine, mais aussi de techniciens de maintenance et de 4 personnes pouvant occuper les fonctions de pileur (conduite des presses) ou de caviste pendant la campagne de pommes, de septembre à décembre, puis passer sur la conduite de machines d'embouteillage le reste de l'année. Nous recherchons des personnes polyvalentes, capables d'occuper plusieurs postes, de régler les machines et de réaliser les différents contrôles sur ligne. Nos principaux critères d'embauche sont le savoir-être, le souhait de progresser et la recherche d’un cadre professionnel convivial et ambitieux. Mais nous peinons à recruter. Certainement parce que notre entreprise est méconnue et que nous n'avons que peu de candidatures spontanées, mais le marché de l'emploi reste tendu dans la Manche, où certains profils semblent rares. Nous devons donc être attractifs et donner la capacité à nos employés de progresser. » Philippe Musellec, directeur général Coopérative Les Celliers Associés, Condé-sur-Vire DES EMPLOIS POUR LES JEUNES Les jeunes Manchois quittent souvent le territoire pour leurs études supérieures, mais sont de plus en plus nombreux à souhaiter revenir y vivre, donc y travailler. Si la Manche leur offre de belles perspectives de carrière, encore faut-il qu’ils en soient informés. Le Département l’a bien compris. Il organise par exemple les Rencontres du patrimoine (dont le thème en 2018 était la transmission des savoir-faire) à une période qui permet aux scolaires de participer. En mettant à l’honneur le vivier manchois d’artisans d’art et d’entreprises du patrimoine vivant, il sensibilise les jeunes à des métiers méconnus, qu’il s’agit de faire perdurer. La plateforme en ligne maison-saisonniers.fr est également un véritable outil pour les recruteurs et les demandeurs d'emploi. On y trouve de nombreuses offres d’emploi, dans les métiers de la mer, la terre, l’hôtellerie-restauration, le tourisme, la vente et les services, complétées d'offres de transports, hébergements et loisirs. Les Job dating, orchestrés par Latitude Manche en amont des saisons, ciblent tous les demandeurs d’emploi, dont les jeunes. Après les secteurs de l’hôtellerie-restauration, tourisme et activités de loisirs en mars, ce seront les maraîchers et ostréiculteurs à l’automne.
Avec une densité de 2,55 médecins pour 1000 habitants (contre 3,37 au plan national), les professionnels de santé sont une cible cruciale de la politique d’attractivité du Département. LE DOSSIER Médecins  : une présence déterminante L a présence de médecins sur un territoire est déterminante pour les actifs souhaitant s’y installer. C’est pourquoi le conseil départemental met en œuvre de nombreux plans d’actions et des campagnes médias à la hauteur de l’enjeu. La Manche offre en effet de nombreuses opportunités de pratique, en libéral, en salariat ou en exercice mixte, et une qualité de vie pour toute la famille. Médecins généralistes ou spécialistes, dentistes, y trouvent de quoi développer un réel projet professionnel, au sein d’établissements à taille humaine. Sur le site maviedanslamanche.fr, une rubrique dédiée leur présente les possibilités d’installation, offres d'emploi, établissements de santé, aides et accompagnements aux étudiants et praticiens, contacts… Jérôme Fouchard, généraliste de l’hôpital Mémorial de Saint-Lô, témoigne en vidéo de « l’assurance de trouver du travail et un cadre de vie exceptionnel, des relations simples et faciles, à l’image de la vie ici ». Un avis partagé par une nouvelle génération de médecins, qui voient dans la Manche l’équilibre parfait entre exercice et vie privée. Travailler en milieu rural est un vrai choix Originaire de Bayeux, j’ai fait mes études de médecine et mon internat à Caen, puis au PSLA (pôle de santé libéral et ambulatoire) de Villedieu, où je me suis installée en 2016 comme remplaçante, en transition douce du D r Sesboué, parti en retraite. La Manche offre un bel environnement, que j’apprécie car j’y viens depuis toute petite. Mais ce qui m’a surtout frappée, c’est le relationnel avec les patients. On est vraiment le médecin de famille. J’admire ceux qui ont réussi à créer ce pôle en plein milieu d’une zone de désertification médicale. C’est un vrai réseau de professionnels, qui se connaissent et travaillent ensemble. Grâce à l’enseignement aux internes et à la maîtrise de stage, nous pouvons montrer aux jeunes la qualité des soins et des services. Pour continuer à la fois d’offrir une qualité de soins aux patients et à apprécier mon métier, tout en gardant une qualité de vie correcte (je réside dans le Calvados), je suis passée à mi-temps, grâce à une association avec le D r Maud Morvan. Pour assurer la permanence de soins et bien répondre à une forte demande, nous nous répartissons la semaine en journées complètes. Nous avons la même façon de travailler, les patients ont compris le mécanisme et sont contents. Des conditions d’exercice optimales Avec 6 autres médecins et 13 infirmiers, je participe à l’expérimentation de télémédecine dans le Sud-Manche. Voir les patients si satisfaits d’éviter les heures d’attente aux urgences et qu’on s’occupe d’eux, c’est formidable. Je ne les touche pas, mais grâce aux objets connectés, la consultation reste de qualité et les infirmiers présents assurent une relation de proximité. La télémédecine n’est pas une fin en soi, mais c’est un outil utile et intéressant, qu’on peut faire évoluer. Je l’exerce sur mon temps libre et c’est beaucoup d’engagement de notre part à tous, donc nous espérons que nos efforts profiteront à de nouveaux praticiens. Le monde rural ne donne pas forcément envie aux jeunes médecins, mais si on propose des temps partiels et de la télémédecine, c’est idéal. Les conditions d’exercice sont optimales et les professionnels sont des gens motivés. Venir travailler ici ne leur est pas imposé, c’est un vrai choix. » D r Suzy Josroland, généraliste PSLA de Villedieu-les-Poêles 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :