[50] Manche mag' n°62 oct/nov/déc 2018
[50] Manche mag' n°62 oct/nov/déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°62 de oct/nov/déc 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Manche

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : bien grandir dans la Manche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 LA MANCHE ENTREPREND Jean-Michel Levoy, responsable technique, aux côtés des dirigeants, Fabienne et Mathias Lebreton, sur le chantier Savoir-faire et précision Fleuron de l’économie locale, SAP est une industrie en plein essor et une histoire de passion. Avec son frère Mathias, Fabienne Lebreton dirige l’entreprise fondée par ses parents, où prévalent expertise et minutie. Quelle est votre spécialité ? Notre savoir-faire est reconnu dans l’extrusion, le pré-presse, l’impression, la perforation et la sacherie d’emballages plastiques souples. On les conçoit sur mesure pour l’industrie agroalimentaire, dont 22% principalement destinés à l’export en Europe. On veille à prolonger la durée de vie des fruits, légumes, viennoiseries… et à préserver la sécurité du consommateur. On maîtrise toute la chaîne graphique et on dispose d’un service R&D. Notre labo-test crée de nouvelles technologies, comme le SAP’Fresh, à la perméabilité contrôlée, et le Cook’in SAP, pour cuisson vapeur au micro-ondes. On est très exigeants sur les épaisseurs, la régularité et la résistance de nos films, tout est mesuré et contrôlé. Pour rester réactifs et compétitifs, on cherche toujours à innover, dans les produits, l'impression ou les matières. Fait rare, votre site est implanté en bordure du village… Comme pour nombre d’entreprises familiales, mes parents ont commencé l’activité seuls, dans une petite dépendance, puis la société a pris de l’ampleur. On a toujours essayé de rester en adéquation avec la vie du bourg. Aujourd’hui, on étend le site, car on n’a pas construit de bâtiment industriel depuis 1987 et on se doit d’aller de l’avant. On a dû résoudre certaines contraintes  : certifiés BRC (norme agroalimentaire), on veut assurer une continuité entre les différentes opérations, dans un flux cohérent et protégé. Et on est bien à Saint-André. Pour préserver la qualité de vie et désenclaver le bourg, on a recherché avec la mairie les meilleures solutions dans un intérêt commun, créé notre propre voirie d’accès, et on s’éloigne des habitations en se développant vers le nord. On a aussi choisi un architecte du patrimoine, pour insérer notre projet dans son environnement paysager. On est bien à Saint-André. Quand les travaux seront-ils achevés ? D’ici 2021, avec 20 nouvelles embauches. On réfléchit au projet depuis 2011, c’est un gros chantier, un dossier de 1 800 pages. La construction repose sur deux bâtiments de taille conséquente (industriel et tertiaire), trois de petite taille et trois bassins… tout ça avec un dévers de 14 m ! On va Création  : 1973 Activité  : fabrication, façonnage et impression d’emballages plastiques souples pour le secteur agroalimentaire Sites  : Saint-André-de-l’Épine (16 000 m² après travaux) et Caen (2 900 m²) Effectif total  : 170 personnes Certifications  : Iso 9001, norme BRC IoP CONTACT ET INFOS 5, impasse Balleroy 50680 Saint-André-de-l'Épine 02 33 57 84 01 saintandreplastique.fr pouvoir ensuite acquérir de nouveaux outils de production et augmenter notre capacité, continuer à innover et quitter nos bureaux modulaires. C’est important d’améliorer notre image dès l’accueil de nos visiteurs, même s’ils sont rassurés quand ils visitent l’usine, et nos collaborateurs vont gagner en conditions de travail. L’humain est essentiel chez vous ? Oui, nos salariés vivent souvent à proximité, certains sont là depuis le début, d’autres remplacent leurs parents… l’esprit familial est resté. SAP, ce sont 50 métiers différents et chaque opération exige une grande précision. Seule une personne curieuse voire passionnée peut réussir, donc on forme nos collaborateurs à nos savoir-faire, qui demandent du temps pour bien être maîtrisés. Il y a aussi de la création graphique, de la photogravure…, ce sont des métiers plus artistiques. On n’est pas encore labellisés entreprise du patrimoine vivant mais j’espère qu’on le sera et je fais partie de l’ARSEN*. Dans l’industrie, il y a plein d’engouement, de savoir, de connaissances à transmettre. * Association régionale des entreprises des savoir-faire d’excellence normands mag Complétez votre lecture
LE DOSSIER



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :