[49] Maine & Loire n°9 mai/jun 2011
[49] Maine & Loire n°9 mai/jun 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de mai/jun 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Maine-et-Loire

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,8 Mo

  • Dans ce numéro : nouvelle assemblée départementale, trois ans pour agir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
06 | ce que l’on fait L’actu du Conseil général SOLIDARITÉ Encourager l’insertion par l’emploi Au cœur des préoccupations du Conseil général, l’insertion des personnes en difficulté passe par une politique fédératrice de tous les acteurs locaux. Les partenaires et acteurs de l’insertion sont ainsi invités par le Département à se réunir le 12 mai prochain pour échanger et évaluer les différentes actions menées en Maine-et-Loire. Près de 16 000 personnes bénéficient du RSA en Maine-et-Loire. Au-delà de la prise en charge financière de cette allocation (environ 63 millions d’euros), le Conseil général participe à de nombreuses actions en faveur des bénéficiaires : 5,1 millions d’euros sont consacrés à des actions d’insertion, dont 3, 2 millions pour de l’insertion professionnelle. Il finance également des aides financières individuelles pour des heures d’apprentissage de conduite automobile ou de formation, des contrats aidés pour intégrer une entreprise – plus de 1000 en 2010. Associant l’ensemble des acteurs œuvrant en faveur des personnes en difficulté, un coralie pilard Pacte territorial pour l’insertion, coordonné par le Conseil général, a été signé en 2010. Il vise à mieux articuler entre eux les différents dispositifs et à coordonner les interventions auprès du public pour l’accompagner dans son parcours vers une insertion professionnelle réussie. Ce pacte prend également en compte les freins à l’emploi que peuvent représenter les problèmes de mobilité, de logement ou d’accueil des enfants. Il prévoit, entre autres, la mise en ligne d’un « portail « Cela me permet de me reconstruire » Stevebénéficie d’un accompagnement global dans le cadre du programme « Des compétences mutualisées au service de l’insertion ». Les salariés de l’association Aspire se préparent aux métiers du bâti ancien sur le site de la Chevalerie de Sacé, à Brain-sur-Allonnes. insertion », fin juin, qui permettra aux bénéficiaires du RSA, mais aussi aux professionnels qui les accompagnent, d’y trouver toutes les informations utiles. plus en savoir www.cg49.fr www.rsa.gouv.fr www.aspiresaumur.fr Depuis fin octobre, SteveTessé vit dans un appartement à Durtal et travaille au Jardin de cocagne, à Saint-Barthélemy-d’Anjou. Il bénéficie d’un accompagnement né d’une expérience originale, débutée en 2009, et intitulée « Des compétences mutualisées au service de l’insertion ». Initiée et financée par le Conseil général, cette expérimentation regroupe Val de Loire (bailleur social), Aide accueil (association d’insertion par le logement) et le Jardin de cocagne, un atelier et chantier d’insertion par le travail. Stevetravaille vingt heures par semaine, son contrat d’insertion a été renouvelé en mars pour un an. « Cela me permet de gagner de l’argent et de me reconstruire. » Avec une référente qui l’accompagne, il a, entre autres, refait son curriculum vitae (CV) et cherche désormais un emploi de chauffeur livreur. Comme Steve, ils sont cinq à bénéficier actuellement de ce dispositif, à Durtal, mais également à Pellouailles-les-Vignes. Utile également à Val de Loire, cette mutualisation permet au bailleur social de redynamiser un quartier jusque-là vieillissant : pour exemple, Steveparticipe activement à la création d’un jardin collectif pour les habitants de l’immeuble. Mensuel du Conseil général de Maine-et-Loire | n°9 mai 2011 Coralie Pilard
en bref Collège de Champtoceaux jean-claude hermaize Les travaux sont terminés au collège Georges-Pompidou de Champtoceaux. La demipension a été entièrement restructurée pour répondre aux normes d’hygiène et améliorer les conditions de travail des agents. Un préau et son bloc sanitaire ont été créés, ainsi qu’une extension de 410 m² comprenant sept nouvelles salles dont deux de sciences, une pour l’informatique et une autre dédiée aux arts plastiques. Les nouveaux bâtiments ont été réceptionnés le 22 novembre. Protégeons la nature Entre 2007 et 2010, la quantité de produits phytosanitaires utilisés pour l’entretien des accotements et dépendances des routes départementales sur l’ensemble du territoire a été divisée par quatre. Cela représente moins de 560 litres pour l’entretien de 5 000 kilomètres de routes et de leurs abords. URgences Plus de 1 700 interventions d’urgence ont été effectuées en 2010 par les agents du Conseil général sur les routes de Maineet-Loire suite à des accidents, des véhicules en panne, la présence de matériaux sur a chaussée… L’organisation mise en place avec les quatre agences techniques départementales et l’unité des voies d’Angers permet d’intervenir rapidement sur tout le territoire. en savoir plus Retrouvez la carte des travaux effectués sur les routes départementales : www.cg49.fr Environnement Un fauchage « raisonné » des bords de route Responsable des routes départementales, le Conseil général entretient également les abords des chaussées. L’objectif est d’assurer la sécurité des usagers, mais aussi de prendre en compte le respect de la biodiversité. Depuis avril, une nouvelle technique de fauchage « raisonné » a été mise en place. Orchidées, insectes, reptiles, petits mammifères… Une étude menée conjointement par le Conseil général et ses partenaires, a révélé que nos bords de routes abritaient une flore et une faune extrêmement riches. Lieux de vie, de reproduction et zone de nourrissage, les accotements remplissent ainsi un rôle de corridors biologiques pour de nombreuses espèces dont certaines sont menacées. nos infos travaux | 07 L’actu du Conseil général Orchidées, insectes, reptiles, petits mammifères… les bas-côtés des routes abritent un écosystème riche, qu’un fauchage tardif permet de préserver. C’est pourquoi le Conseil général a choisi de pratiquer un fauchage tardif, laissant ainsi pousser la végétation des bas-côtés des routes, ce qui favorise l’accomplissement du cycle de vie des différentes espèces. Après une première expérimentation positive sur une partie du réseau (75 kilomètres), il a été décidé d’étendre son application. Au cas par cas Désormais, le fauchage intégral de tout l’accotement, réalisé trois fois par an, est remplacé par deux coupes différenciées : • La première, fin avril/début mai (hormis dans les zones protégées) : une fauche partielle, sur une longueur de 1m50 à 1m80, étendue si bon à savoir 5 000 km de routes 50 à 75 personnes mobilisées dans les agences et centres d’exploitation 25 faucheuses et des véhicules d’accompagnement 10 tonnes d’émission de CO2 évitées besoin dans certaines zones pour assurer une meilleure visibilité (accès, carrefour).• La seconde en juillet (le plus tard possible) : fauchage de l’intégralité de l’accotement. Un fauchage supplémentaire sera réalisé en septembre/octobre, uniquement si la croissance de l’herbe en fin d’été génère un problème de visibilité. Les dates précises des fauches sont fixées localement par les agences techniques départementales. Sans remettre en cause la sécurité des usagers ni altérer les cultures environnantes, ces nouvelles techniques permettent non seulement de préserver la richesse naturelle présente dans les accotements, mais aussi de réduire la consommation en énergie. neo edmund CG49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :