[49] Maine & Loire n°8 mar/avr 2011
[49] Maine & Loire n°8 mar/avr 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de mar/avr 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Maine-et-Loire

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : le Conseil général aux côtés des entreprises.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 | LA PAGE DU VÉGÉTAL CORALIE PILARD ENVIRONNEMENT Plant’airpur agit pour un intérieur qui respire Unique en France, l’association Plant’airpur, installée au bureau horticole régional des Ponts-de-Cé, vise à promouvoir depuis 2000 l’assainissement des espaces intérieurs par les plantes. « Nous passons 80% de notre temps dans des lieux clos beaucoup plus pollués que l’extérieur, explique Pierre Samson, le président de Plant’airpur. Or, nous savons que les plantes, associées à leur terreau, ont un réel pouvoir de dépollution. » S’appuyant sur des travaux scientifiques, l’association qui regroupe environ Alain Moreau, gérant d’Amaeva, devant un mur végétal. en bref LES VINS DE LOIRE SUR IPHONE Interloire, l’interprofession des Vins de Loire, représentant 47 appellations de Blois à Nantes, vient de lancer son application sur iPhone. Gratuite, elle permet de préparer son séjour oenotouristique en Val-de-Loire avec 150 hébergements recensés, 300 caves touristiques... www.vinsdeloire.fr 120 adhérents en France, tous bénévoles, particuliers ou professionnels du végétal, de la santé, de la recherche ou du bâtiment, initie elle-même des programmes de recherche menés par des écoles supérieures et des universités. Récemment, Plant’airpur et les étudiants d’Agrocampus Ouest ont réalisé une bibliographie des plantes et de leurs bienfaits comme agents dépolluants. INNOVATION Amaeva : des toits végétaux innovants L’entreprise Amaeva, créée en octobre 2010 à Andigné, entend développer un nouveau concept de toiture et de murs végétaux. « Actuellement, explique Alain Moreau, gérant d’Amaeva, un toit végétal représente un poids d’environ 120 à 140 kg/m 2. Il faut des graviers pour drainer, un feutre géotextile, un substrat et des végétaux. Nos partenaires ont développé une caissette recyclable à 100% pouvant accueillir PLANTE ET CITÉ L’association Plante et Cité, installée à Angers, compte désormais plus de 400 adhérents répartis sur toute la France. Cette plateforme à destination des collectivités et des entreprises du paysage assure l’organisation de programmes d’études et d’expérimentations dans le domaine du développement durable. www.plante-et-cite.fr PAGE RÉALISÉE EN PARTENARIAT AVEC VÉGÉPOLYS, PÔLE DE COMPÉTITIVITÉ Pierre Samson, président de Plant’air pur, et 47 laboratoires dans 23 pays travaillent actuellement sur l’efficacité de l’assainissement intérieur par les plantes. en savoir plus www.plantairpur.fr le substrat et les végétaux, ne pesant que 75 kg/m 2 et pouvant être installée sur des toits en pente. » Unique distributeur de ce produit en Pays de la Loire, Amaeva veut s’appuyer sur un réseau de couvreurs locaux et assurera elle-même l’implantation végétale. Le marché des toits et murs végétaux est actuellement en plein essor : en 2012, ils pourraient représenter 30% de la construction des bâtiments publics. en savoir www.amaeva.fr plus UN NOUVEAU PRÉSIDENT À VÉGÉPOLYS Jacques-Antoine Cesbron a été élu fin janvier en remplacement de Bruno de Laage à la tête du pôle de compétitivité. Cet industriel est le fondateur du groupe national Cesbron dont les activités portent sur le refroidissement et le traitement de l’air dans les filières végétales. www.vegepolys.eu Mensuel du Conseil général de Maine-et-Loire | N°8 MARS 2011 CORALIE PILARD
Heureux qui comme Alix… La journaliste et romancière Alix de Saint-André, dont le dernier ouvrage En avant, route ! raconte ses pérégrinations sur le chemin de Compostelle, entretient une relation presque filiale avec les bords de Loire où elle a vécu toute son enfance. En 2007, quand pour la troisième fois, Alix de Saint- André s’élance sur les sentiers qui mènent à Saint- Jacques-de-Compostelle, elle fait le « vrai chemin », comme au Moyen Âge quand les pèlerins partaient de chez eux. Son chez elle, c’est à Saint-Hilaire-Saint-Florent près de Saumur « Une jolie maison des bords de Loire, couverte de vigne vierge, perpendiculaire à la route à flanc de coteau dans un grand jardin plein de fleurs. » Alix de Saint-André a vécu jusqu’à ses 16 ans dans cette demeure gorgée de souvenirs d’enfance. Son père, le colonel, écuyer en chef du Cadre Noir, et sa mère, conseillère municipale de Saint-Hilaire, y invitaient des élèves du monde entier. « Ils venaient pour dîner ou boire un verre. Je n’oublierai jamais le Japonais écroulé dans son assiette, vaincu par le décalage horaire, ou l’Indien qui avait voulu apprendre à danser et fait tomber sa cavalière en confondant valse et judo, ni l’Italien dont le cheval avait une trachéotomie… » À chacun de ses retours, elle ne manque ni d’aller voir son ancien professeur de lettres, mademoiselle Loyen, qui lui a fait découvrir la littérature, ni de se ressourcer dans cet Anjou qui l’inspire : « D’abord la lumière, la même que dans l’Italie du Nord, vive et bleutée, ensuite le tuffeau, cette pierre tendre et blanche qui sait si bien prendre toutes les couleurs du soir, enfin la Loire, ce fleuve africain et libre, qui peut inonder jusqu’au pied de la maison, la transformant en bateau, ou disparaître presque totalement dans le sable, au rythme de ses respirations saisonnières. Sans oublier le vin ! » BIO EXPRESS 1957 : naissance à Neuilly-sur-Seine 1981 : entre au Figaro-Magazine puis à Elle et Canal+. 1994 : publie son premier roman L’Ange et le réservoir de liquide à freins (Gallimard) 2010 : sort son livre En avant, route ! (Gallimard) RENCONTRE | 23 Alix de Saint-André était, pendant ses études, guide au château de Saumur. Elle aimait y emmener ses amis ainsi qu’à l’abbatiale de Cunault et au village du Thoureil. « Heureux qui comme Ulysse… Du Bellay a célébré le premier la nostalgie de la douceur angevine, et nous la ressentons toujours. » C. HÉLIE - GALLIMARD



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :