[49] Maine & Loire n°7 février 2011
[49] Maine & Loire n°7 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de février 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Maine-et-Loire

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : emploi et handicap, levons les obstacles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 | vos rendez-vous dans les cantons coralie pilard CHAMPTOCEAUX Superficie : 157 km 2 Nombre d’habitants : 14 832 Conseiller général : Roger Chevalier Communes : Bouzillé, Champtoceaux, Drain, Landemont, Liré, Saint-Christophe-la-Couperie, Saint-Laurent-des-Autels, Saint-Sauveur-de-Landemont, La Varenne L’ouverture de la Maison des assistantes maternelles à Liré a été accompagnée par la « référente des Mam », soutenue par le Conseil général. Comme à la maison Noë, 2 ans, et sa petite sœur, Élisa, s’y sentent déjà comme chez eux : la Maison des assistantes maternelles (Mam) de Liré – la première du canton – a ouvert ses portes début octobre au 32 rue des Acacias. Les quatre assistantes maternelles à l’origine de ce projet – Sylvie Terrien, Laurence Bricard, Catherine Allard et Édith Ménard – souhaitaient se regrouper dans un même lieu pour proposer un nouveau type de garde aux parents. Désormais, du lundi au vendredi, de 7 h à 19 h 30, elles accueillent 12 bambins de 0 à 6 ans aux « Petits soleils », le nom de leur maison. Ce mode d’accueil profite à tous. Aux enfants d’abord : dans le lotissement neuf de la commune, ce pavillon traditionnel de 95 m² a été aménagé et décoré spécialement à leur attention. Les petits y retrouvent vite leurs repères. Ils profitent de deux matinées récréatives hebdomadaires (ateliers bricolage, cuisine, décoration, lecture de contes, etc.) et de repas équilibrés. Aux parents ensuite, avec un accueil sécurisé sur une large plage horaire quotidienne. Les nounous assurent aussi les trajets entre la Mam et l’école pour les enfants scolarisés. Un service rendu possible grâce à la mise en place de la délégation d’accueil. Ce dispositif est encadré par la loi qui permet aux assistantes maternelles de se relayer. Dans leurs démarches, celles-ci ont reçu le soutien d’Isabelle Guéron, la référente technique des Mam de Familles rurales qui accompagnent les assistantes maternelles dans leur projet de regroupement. Le Maine-et-Loire compte désormais 14 Mam et une vingtaine sont en projet. coralie pilard LES PONTS-DE-CÉ Chauvigné raccordé à l’assainissement collectif Grâce à l’aide financière du Conseil général, les habitants du hameau de Chauvigné, à Saint-Rémyla-Varenne, disposent enfin d’un réseau collectif d’assainissement. Situé sur le bassin-versant de la Loire, en hauteur par rapport aux puits de captage où s’approvisionne le syndicat des eaux, Chauvigné attendait depuis longtemps d’être raccordé au tout-à-l’égout. Dès 1994, un plan de zonage avait été réalisé sur cette zone sensible : il préconisait l’installation d’un équipement collectif en raison de la nature argileuse du sol, absorbant mal les eaux usées. Mais le coût d’aménagement d’un tel réseau, dans un sous-sol rocailleux, dépassait les plafonds d’aide attribuée par l’Agence de l’eau. « Ce fut un dossier long et difficile à mener pour cette raison : le coût restait trop élevé Avec ce nouveau dispositif d’assainissement, des parcelles de Chauvigné qui n’étaient pas constructibles le sont devenues. Superficie : 216 km² Nombre d’habitants : 37 169 Conseiller général : Philippe Bodard Communes : Blaison-Gohier, La Bohalle, La Daguenière, Juigné-sur-Loire, Mozé-sur-Louet, Mûrs-Érigné, Les Ponts-de-Cé, Sainte-Gemmes-sur- Loire, Saint-Jean-de-la-Croix, Saint-Jean-des-Mauvrets, Saint-Mathurin-sur-Loire, Saint-Melaine-sur-Aubance, Saint-Rémy-la-Varenne, Saint-Saturnin-sur-Loire, Saint-Sulpice-sur-Loire, Soulaines-sur-Aubance par rapport au nombre de raccordements à réaliser, raconte Michel Leray, le maire de Saint-Rémy-la-Varenne. L’intervention du Conseil général a été déterminante : la subvention qu’il nous a accordée, à hauteur de 30% de ce projet d’un coût de 600 000 euros, nous a finalement permis d’obtenir l’aide financière de l’Agence de l’eau. » Le chantier a été réalisé entre mai et décembre 2010. Outre l’installation du réseau raccordant les 54 foyers du hameau, une zone de traitement de 400 m² a été créée en amont des puits de captage. « Il s’agit d’un système naturel de filtration, avec des roseaux qui ventilent et consomment les boues », précise Michel Porcheron, technicien à la communauté de communes Loire-Aubance qui a porté ce projet. Mensuel du Conseil général de Maine-et-Loire | n°7 Février 2011
MONTREUIL-BELLAY Superficie : 230 km 2 Nombre d’habitants : 12 419 Conseiller général : Dominique Monnier Communes : Antoigné, Brézé, Brossay, Cizay-la- Madeleine, Le Coudray-Macouard, Courchamps, Épieds, Montreuil-Bellay, Le Puy-Notre-Dame, Saint-Cyr-en-Bourg, Saint-Just-sur-Dive, Saint-Macaire-du-Bois, Vaudelnay L’hôpital Saint-Jean, à Montreuil-Bellay, peut accueillir des manifestations culturelles et touristiques. Tourisme : trois communes à la page Dans le cadre de son schéma de développement touristique (2009-2015), le Conseil général soutient les communes engagées dans une démarche globale de valorisation touristique. Montreuil-Bellay, Le Coudray-Macouard et Le Puy-Notre-Dame, notamment, en ont bénéficié. « Nous passons des contrats de trois ans avec les communes : il s’agit d’éviter le saupoudrage de subventions en soutenant des projets qui apportent une véritable valeur ajoutée en terme d’accueil des visiteurs », explique David Charbonneau, au comité départemental du tourisme. Montreuil-Bellay a signé un tel contrat en 2009. Les travaux, financés à hauteur de 183 600 euros par le Conseil général, vont changer la physionomie de la cité : l’hôpital Saint-Jean a été complètement rénové pour accueillir des manifestations touristiques et culturelles. Le château sera illuminé et scénographié avec des images (fresques) projetées sur ses façades. Le Puy- Notre-Dame s’est aussi refait une beauté avec le réaménagement de la place du Champs-de-Mars, la valorisation de la rue de la Collégiale (pavage, réfection de façades) et une nouvelle signalétique touristique. Le centre-bourg du Coudray- Macouard a profité d’une réfection complète de sa voirie avec des trottoirs plus accessibles et un stationnement facilité. Un point d’information touristique a également ouvert à proximité de l’église Saint- Aubin. En 2009, le Conseil général a consacré 720 000 euros à la valorisation touristique des communes du département. Il souhaite ainsi créer, à terme, un véritable réseau de « Villes et villages remarquables de l’Anjou ». coralie pilard SAINT-GEORGES-SUR-LOIRE Au Ginkgo, vieillir n’est pas un handicap C’est un lieu de vie aéré et coloré où l’on se verrait bien couler des jours paisibles. À La Possonnière, depuis un an, le foyer « Le Ginkgo » accueille 16 personnes handicapées de 40 à 60 ans. Trop jeunes pour aller dans une maison de retraite classique. Mais pas assez autonome pour vivre seuls. Qu’advient-il des personnes handicapées quand l’heure de la retraite a sonné ? C’est pour leur offrir une réponse adaptée que l’Association angevine des parents d’adultes inadaptés (AAPAI) a ouvert « Le Ginkgo », un bâtiment de 600 m² construit à côté de son foyer d’hébergement réservé, lui, à 28 travailleurs en Esat (Établissement et service d’aide par le travail). « La question de « l’aprèstravail » pour les personnes handicapées est apparue récemment avec l’allongement de la durée de vie, explique Superficie : 177 km 2 Nombre d’habitants : 13 506 Conseiller général : Rémy Martin Communes : Béhuard, Champtocé-sur-Loire, Ingrandes-sur-Loire, La Possonnière, Saint-Georges-sur-Loire, Saint-Germain-des-Prés, Saint-Jean-de-Linières, Saint-Léger-des-Bois, Saint-Martin-du-Fouilloux, Savennières Marie-Christine Lardeux, la directrice du Ginkgo. Les problèmes de dépendance surviennent généralement tôt, parfois avant 60 ans. » Pendant cinq ans, l’AAPAI a donc planché sur un mode de prise en charge adapté. Résultat, un accompagnement 24 h/24 assuré par huit personnels éducatifs (un pour deux résidants) et surtout, une vie en collectivité où chacun s’investit (préparation des repas, élaboration du programme de la semaine, sorties) tout en conservant une certaine autonomie. Gymnastique, chorale, courses chez les commerçants : les résidants participent pleinement à la vie du village. « Et le bourg vit aussi avec le foyer », précise Grégoire Dupont, le directeur général de l’AAPAI qui accompagne aujourd’hui, au sein de ses 10 établissements, 466 personnes inadaptées en Anjou. Le Conseil général a subventionné la construction du Ginkgo à hauteur de 80 000 €. | 17 coralie pilard



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :