[49] Maine & Loire n°7 février 2011
[49] Maine & Loire n°7 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de février 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Maine-et-Loire

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : emploi et handicap, levons les obstacles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 | dossier Bien souvent des images stéréotypées sont associées au handicap. En réalité, il recouvre une grande diversité de situations. La loi du 11 février 2005, qui défend l’égalité des droits et des chances des personnes en situation de handicap, le définit comme toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie par une personne du fait d’une déficience. Et toute personne handicapée dispose d’un droit à compensation et il appartient à la collectivité de l’exercer, notamment face à l’emploi. Accéder à l’emploi ou s’y maintenir Aux côtés de nombreux partenaires, le Conseil général s’est engagé dans le Programme départemental d’insertion des travailleurs handicapés. Dans les trois ans à venir, grâce au Fonds social européen, il va appuyer des actions en faveur de l’accès à l’emploi des personnes handicapées : des moyens Chez Restoria, de manière à faciliter la communication avec l’ensemble des collaborateurs, des expressions de la vie courante traduites en langue des signes ont été affichées. DR parole de pro Armelle Kieffer, directrice de Cap emploi 49 supplémentaires seront accordés aux associations d’insertion et le rapprochement entre toutes les structures d’insertion sera favorisé. Parce que l’accès à l’emploi est un élément déterminant pour l’intégration des personnes handicapées dans la société, les entreprises de plus de 20 salariés sont tenues d’employer au moins 6% de travailleurs handicapés. Elles peuvent le faire en recrutant directement en CDD ou CDI. Marie Gilbert, 32 ans, est employée de restauration depuis janvier 2006 chez Restoria, spécialiste « En 2010, plus de 1000 travailleurs handicapés ont bénéficié d’un accompagnement de Cap emploi. Du diagnostic au suivi dans l’emploi, cela dure en moyenne huit à neuf mois. Nous intervenons également auprès des entreprises privées et publiques pour les informer et les sensibiliser sur l’obligation d’emploi. Toutes ces interventions sont gratuites pour les bénéficiaires. Nous observons que l’objectif légal de 6% est encore inégalement satisfait même si de plus en plus d’employeurs inscrivent, dans leur politique, l’emploi et le maintien dans l’emploi des personnes handicapées. » À l’Esat de Melay, Florian fabrique, entre autres, des boîtes vitrées pour collectionneurs de papillons, des caisses et des palettes sur mesures. Mensuel du Conseil général de Maine-et-Loire | n°7 Février 2011
angevin de la cuisine collective. Malgré sa surdité, elle assure le service, sans difficulté et seule en poste, au restaurant du siège à L’Angevinière. « Cette année, une formation plus complète sur la surdité et un apprentissage à la langue des signes seront proposés au personnel », souligne Jean-Michel Beloeil, le DRH, en ajoutant que, « lors de la réunion annuelle du personnel, Marie a pu bénéficier d’un interprète. » Aujourd’hui, Restoria emploie 21 travailleurs handicapés dont trois au siège. Autre moyen d’agir : maintenir dans son poste une personne touchée par un handicap au cours de sa carrière. Dans un cinéma d’Angers, le poste d’une employée, atteinte d’une maladie dégénérative des yeux, a été aménagé grâce au soutien de plusieurs partenaires, dont la médecine du travail, le service interrégional d’appui aux adultes déficients visuels et l’institut Montéclair. « On a revu une partie de l’éclairage, installé des écrans mieux adaptés et fait preuve de bon sens en lui aménageant un emploi du temps afin qu’elle ne travaille pas la nuit », témoigne Philippe Drilleau, le directeur du cinéma. des partenaires économiques Les entreprises peuvent également passer des contrats de sous-traitance ou de prestation de service avec le secteur adapté ou protégé. Florian Harriau, 20 ans, travaille depuis un an à l’Esat Germaine-Cherbonnier à Melay, près de Chemillé. Anciennement « CAT », ces Établissements médico-sociaux de services d’aide par le travail (Esat) accueillent des personnes en situation de handicap, qui réalisent des travaux en fonction de leur potentiel. Sortant d’un institut médico-éducatif (IME), Florian a intégré l’atelier menuiserie. Sous la responsabilité et les conseils du moniteur, lui et ses collègues réalisent des commandes pour des entreprises locales. Logé à Chemillé dans un foyer d’hébergement, licencié au club de basket, le jeune homme ne manque pas de projets. « Je voudrais passer le permis et travailler plus tard dans une entreprise de peinture », précise-t-il. Dans le département, plus de 2 000 personnes en situation de handicap sont employées par des établissements d’aide par le travail ou des entreprises adaptées. Dans cet atelier de l’Arceau, le personnel prépare des plantes pour aquarium. dossier | 13 parole d’élu Christian Gillet, vice-président du Conseil général de Maine-et-Loire « Le Conseil général s’est positionné comme un acteur incontournable du dispositif d’intégration des personnes handicapées, que ce soit dans le domaine de l’emploi ou dans celui de l’accompagnement quotidien. Il s’est tout d’abord investi, en 2006, dans la création d’une Maison départementale des personnes handicapées, soutenant ainsi la nécessité de coordonner les efforts de tous les partenaires concernés par le sujet. En interne, le Conseil général a été le premier Département à signer une convention de partenariat avec le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHF). Une mission dédiée aux problématiques d’insertion socioprofessionnelle des personnes en situation de handicap a également été créée. Cette décision appuie la volonté du Conseil général d’être acteur, avec les services de l’État, pour travailler sur cette thématique très transversale. » en savoir plus anita nouteau www.cg49.fr En 2009, 3 550 reconnaissances de qualité de travailleur handicapé ont été accordées par la MDPH 49, soit 10% de plus qu’en 2008.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :