[49] Maine & Loire n°5 novembre 2010
[49] Maine & Loire n°5 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de novembre 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Maine-et-Loire

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5 Mo

  • Dans ce numéro : des sportifs aux couleurs de l'Angou.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 | visites dans vos cantons Zoom sur le canton des Ponts-de-Cé FICHE D'IDENTITÉ Superficie : 215 km 2 Population (2007) : 38 815 habitants Conseiller général : Philippe Bodard Communes : Blaison-Gohier, La Bohalle, La Daguenière, Juigné-sur-Loire, Mozé-sur-Louet, Mûrs-Érigné, Les Ponts-de-Cé, Sainte-Gemmessur-Loire, Saint-Jean-de-la-Croix, Saint-Jeandes-Mauvrets, Saint-Mathurin-sur-Loire, Saint-Mélaine-sur-Aubance, Saint-Rémyla-Varenne, Saint-Saturnin-sur-Loire, Saint-Sulpice, Soulaines-sur-Aubance Le canton des Ponts-de-Cé s’étend le long de la Loire jusqu’à Saint- Rémy-la-Varenne, en franchissant même le fleuve pour inclure Saint-Mathurin-sur-Loire. Au sud, il tutoie le pays du Layon jusqu’à Soulaines-sur-Aubance et s’achève, à l’ouest, à Saint-Jean-de-la-Croix sur les bords de la Loire et du Louet. Coralie Pilard Des portes d’Angers aux confins du Saumurois, le canton des Pontsde-Cé est le plus grand canton du département. Composé de 16 communes, il marie le monde rural et le milieu urbain. Trois communes du canton, Sainte-Gemmes-sur-Loire, Les Ponts-de-Cé et Mûrs-Erigné, représentent à elles seules 60% de ses quelque 38 000 habitants. Des perspectives économiques importantes La diversité géographique du canton des Ponts-de-Cé se traduit par une grande variété économique. Dans les zones plus urbaines, l’activité commerciale et industrielle est importante, en particulier aux Ponts-de-Cé avec, entre autres, les deux zones du Moulin-Marcille. Horticulture, viticulture et culture du maïs sont également bien présentes dans le canton. Par ailleurs, de nombreuses PME, pour beaucoup artisanales, sont implantées sur tout le territoire, principalement au sud du canton. Et en matière économique, le canton a des atouts à développer : « C’est un territoire dynamique et nous avons encore de belles perspectives, puisque nous sommes aux portes sud de l’agglomération et du pays d’Angers, au cœur du nœud routier Angers-Niort-Poitiers », analyse Philippe Bodard, le conseiller général du canton. En plus de son activité économique, le canton a également des atouts touristiques à faire valoir. Situé dans le périmètre défini comme patrimoine mondial par l’Unesco, DR 15 h 45. Le Prieuré de Saint-Rémy-la-Varenne date en partie du xiii e siècle. Depuis 1994, le Conseil général a apporté 309 000 € pour sa restauration. témoignage 16 h 45. À Sainte-Gemmes-sur-Loire, le Gaec Bellard-Crochet, spécialisé dans la culture des géraniums et des plantes à Massif, possède également 45 hectares de verger. traversé par le GR 3, le territoire possède une grande richesse architecturale et des communes prisées des visiteurs. Saint- Rémy-la-Varenne, Blaison-Gohier ou encore Saint-Mathurin comptent en effet parmi les villages incontournables des bords de Loire entre Saumur et Angers. Philippe Bodard souligne : « Certaines communes sont inclues dans le Parc national régional Anjou-Touraine. Le canton est riche de paysages d’une grande beauté. » Jean-François Frémont, président du Comité départemental olympique et sportif de Maine-et-Loire « Aux Ponts-de-Cé, la Maison des sports abrite 22 comités départementaux sportifs sur la cinquantaine adhérente au Comité départemental olympique et sportif. C’est un lieu très fédérateur qui permet entre autres à des comités qui ne se côtoyaient pas de mener des projets communs avec un même objectif : développer la pratique sportive dans le département. » CDOS 49 - Maison départementale des sports 49 bis rue des Perrins - BP 43527 - 49135 Les Ponts-de-Cé cedex Tél. 02 41 79 29 39 - Fax : 02 41 79 29 40 - E-mail : cdos49.sec@wanadoo Mensuel du Conseil général de Maine-et-Loire | n°5 novembre 2010 Coralie Pilard
Coralie Pilard ANGERS-OUEST Dans la cuisine de Resto-Troc : le chantier d’insertion où sont confectionnés 14 000 repas par an, emploie sept personnes. Les anciens habitants des tours Hamon à Angers s’en souviennent sûrement : à la fin des années 1980, avenue du Général-Patton, un collectif s’était créé pour récupérer des fruits et légumes invendus, organiser des repas et retisser, autour de la table, des liens entre parents et enfants. Le Petit Creux – c’était son nom – a bien grandi. Désormais installé au 18 de la rue Boisramé, c’est un véritable restaurant qui sert une soixantaine de repas par jour sous l’enseigne Resto- Troc. Mais il n’a pas perdu de vue son projet initial : l’insertion sociale des familles de Belle-Beille. « Notre but n’est pas de faire de la restauration collective, mais d’avoir le temps d’écouter les personnes. Beaucoup de choses se décodent autour d’un repas, notamment les soucis de santé », précise Dominique Brunet, la directrice de Resto-Troc. vos rendez-vous dans les cantons | 19 Superficie : 48 km 2 Nombre d’habitants : 34 559 Conseiller général : Hervé Carré Communes : Angers, Beaucouzé, Bouchemaine À Resto-Troc, on ne partage pas qu’un repas Rompre l’isolement, améliorer la santé en proposant des repas équilibrés, réorienter les personnes vers des structures extérieures selon leurs besoins (santé, emploi, logement, etc.) et les impliquer dans une dynamique d’utilité sociale, tels sont les objectifs de l’association. Elle s’y emploie à travers différentes activités : le restaurant à bas prix (d’1,70 à 5,50 euros selon les revenus) ; le chantier d’insertion, côté cuisine qui emploie sept personnes ; des jardins familiaux accessibles aux 214 familles adhérentes, et enfin un « relais parentsenfants » pour soutenir les parents dans leur rôle éducatif. Activités sportives hebdomadaires, ateliers et animations familiales délocalisées : vingt-cinq ans après sa naissance, Resto- Troc est devenu un lieu d’insertion résolument tourné vers l’extérieur dont le Conseil général soutient l’action. SAINT-FLORENT-LE-VIEIL Cap sur la vie des mariniers ! À Montjean-sur-Loire, le parc de découverte Cap Loire prend forme. Le futur site touristique, dont le chantier a commencé en juillet 2009, ouvrira en mai 2011. Faire découvrir ce que fut la vie du port ligérien à l’époque du transport fluvial, de la chaux et du charbon, telle est l’ambition de ce projet d’1,5 million d’euros. Sur place, la construction selon les normes environnementales (chauffage géothermique, toiture végétale et bardage en bois) du bâtiment de 484 m² s’achève. Il accueillera l’office de tourisme de la commune, une salle d’exposition permanente sur la batellerie de Loire ainsi qu’un atelier pédagogique pour les enfants. Pour mieux s’imprégner de la vie des mariniers, les visiteurs pourront ensuite Superficie : 191,9 km 2 Nombre d’habitants : 15 879 Conseiller général : Christian Rosello Communes : Beausse, Botz-en-Mauges, Bourgneufen-Mauges, La Chapelle-Saint-Florent, Le Marillais, Le Mesnil-en-Vallée, Montjean-sur-Loire, La Pommeraye, Saint-Florent-le-Vieil, Saint-Laurentde-la-Plaine, Saint-Laurent-du-Mottay Dans le cadre du programme de valorisation touristique des villes et villages d’Anjou, le Conseil général a financé le projet du parc Cap Loire à hauteur de 191000 euros. monter à bord du chaland Le Cap Vert. L’automoteur, construit en 1928 aux chantiers Duteil à Nantes et classé Monument historique, est déjà installé sur le site de la Chardonnetterie. Au cœur du parc de 11 000 m², où quelque 2 400 arbustes et 7 000 vivaces ont été plantés, des jardins thématiques inviteront à la flânerie. Le « jardin des pleins et des vides » avec ses buttes de terre et ses cratères rappellera au public le passé minier de la commune. Dans le « jardin irrigué », il découvrira les essences exotiques rapportées des quatre coins du globe par les bateliers. Et pourra se pencher sur de nombreux pieds de chanvre : la plante, dont la culture est indissociable du patrimoine montjeannais, occupe 700 m² du parc. coralie pilard



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :