[49] Maine & Loire n°21 mar/avr 2013
[49] Maine & Loire n°21 mar/avr 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de mar/avr 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Maine-et-Loire

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : ces quartiers qui changent de visage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 | EXPRESSION DES ÉLUS Comme le prévoit la loi sur la démocratie de proximité, le magazine du Conseil général de Maine-et-Loire ouvre une page consacrée à l’expression des groupes politiques représentés au sein de l’Assemblée départementale. VOS ÉLUS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE 2013 - Ces investissements qui préparent l’avenir de l’Anjou L’Assemblée départementale a voté son budget pour 2013 dans un contexte contraint. Les dépenses de solidarité sont en hausse constante et les compensations de l’État stagnent. Pour autant, la majorité départementale a fait le choix volontariste de poursuivre ses politiques d’investissements. Ainsi, notre collectivité a réaffirmé son soutien au secteur du logement. Le Maine-et-Loire est le premier Département à avoir voté un Plan départemental de l’habitat. Opérationnel depuis 2008, il vise à diversifier l’offre de logements durables sur les territoires, accompagner le parcours résidentiel des ménages, contribuer à la cohésion sociale, aux côtés des communes et des communautés de communes. Le maintien du réseau routier en bon état et sa modernisation restent une priorité avec plus de 32 M € dédiés en 2013, auxquels s’ajoutent 31 M € pour les transports scolaires et Anjoubus. Parce que la recherche a également toute sa place dans le développement économique et environnemental de nos territoires, le Conseil général porte et finance pour une part importante (5 M €) le projet structurant du Campus du végétal. Près de 250 chercheurs et ingénieurs travailleront dans l’institut dédié à la technologie et LE GROUPE DE GAUCHE Le budget 2013 : un manque d’ambition Le budget du Conseil général a été voté au mois de décembre dernier. Les finances du Département sont très contraintes mais des recettes nouvelles de plus de 10 M € d’euros vont être perçues en 2013. La majorité de droite a choisi de les affecter principalement à une réduction de la dette. Notre groupe des élus de gauche a fait des propositions différentes et complémentaires. En effet, en cette période de crise économique, il est nécessaire de proposer des politiques innovantes qui viennent en aide à l’ensemble des habitants de Maine-et-Loire. Ainsi, nous à l’innovation, dont la livraison est prévue en 2015. Le Conseil général investit dans les outils nécessaires à notre jeunesse. Dès le collège, l’objectif est de fournir à chacune, à chacun, un environnement de travail propice à sa réussite. 150 M € ont été engagés depuis 1999 pour les bâtiments, sans compter le développement du numérique et de l’offre éducative. Le collège Trémolières à Cholet en sera, cette année, un exemple supplémentaire ; le projet nécessite un investissement de 11 M €. Le Département de Maine-et-Loire a souhaité faciliter la vie des familles confrontées à la diminution ou à la perte d’autonomie en créant un guichet unique d’accueil, d’information, d’accompagnement pour les des personnes âgées et/ou handicapées. Dès le mois de juin, sur le plateau des Capucins à Angers, la Maison départementale de l’autonomie ouvrira ses portes. Elle remplacera l’actuelle Maison départementale des personnes handicapées et accueillera l’évaluation de l’Adapa (Allocation départementale d’autonomie des personnes âgées). Améliorer constamment les services offerts aux Angevines et aux Angevins, soutenir l’activité et préparer l’avenir de l’Anjou, telles sont les priorités du Conseil général. demandons à investir principalement dans le logement et aussi dans les routes, là où il y a des manques criants. Par ailleurs, il faut aider les familles en difficulté, les jeunes et les personnes âgées. À l’inverse, des baisses de subventions ont été faites dans tous les domaines d’intervention du Conseil général et ce, sans aucune ligne directrice, ce que nous ne pouvons accepter. Nous avons donc voté contre ce budget et serons très vigilants, au mois de mars, lors du vote des taux d’imposition qui ont augmenté de plus de 40% depuis 2004. Mensuel du Conseil général de Maine-et-Loire | N°21 MARS 2012
VOS CLUBS SPORTIFS | 17 À Brissac, un tatami pour tous ! Précurseur du judo handisport dans le département, le club de Brissac-Quincé accueille plusieurs personnes handicapées dont Mickaël Ponas, paraplégique et sextuple champion de France. Les judokas inspirent les basketteurs Quelques mètres à peine les séparent, beaucoup de choses les unissent. Le judo handisport a inspiré le club du Brissac Aubance Basket qui accueillera les 29 et 30 juin prochains la phase finale de la Coupe de France de basket pour déficients auditifs. « Cette initiative s’inscrit À chacune de ses démonstrations, Mickaël Ponas prouve au public que le sport en général, et le judo en particulier, est accessible aux personnes handicapées. Ses débuts ? Il n’a pas oublié. « Après mon accident en 2003, je venais régulièrement à la salle de musculation pour garder la forme, raconte Mickaël Ponas. Les entraînements de judo se déroulaient juste à côté. Souvent, je restais les regarder. Un jour, Antoine (Hays), l’entraîneur, m’a demandé de les rejoindre. Il m’a montré que je pouvais pratiquer le judo malgré mon handicap. Au début, je n’y croyais pas. » Aujourd’hui, ils sont cinq (handicapés physiques, déficients visuels ou auditifs) à participer aux séances du mardi soir en compagnie de judokas valides. « Petits, grands, handicapés, les différences s’effacent sur le tatami, la seule qui demeure, c’est la couleur de la ceinture », lance Antoine Hays, par ailleurs conseiller technique national handisport et entraîneur des équipes paralympiques. Sextuple champion de France dans une discipline qui n’existe pas au niveau international pour les personnes handicapées moteur, Mickaël Ponas est souvent sollicité, avec son partenaire valide Dimitri Cas, pour réaliser des démonstrations notamment auprès des enfants. « J’offre un autre regard sur le handicap et défends cette idée qu’une personne handicapée peut faire du sport, et du judo en particulier. » Impressionnant de puissance et de dextérité, le judoka brissacois estomaque à dans une volonté beaucoup plus large de permettre à toute personne, valide ou handicapée, de pratiquer le basket, explique Philippe Cauwel, vice-président du club. Une section de basket handisport est d’ailleurs actuellement en cours d’affiliation. » www.brissac-basket.fr chaque fois son public, même les plus avertis. Lui et Antoine Hays se souviennent, lors d’un séjour au pays du Soleil Levant, berceau du judo, de la réaction de ces Japonais, d’abord dubitatifs puis admiratifs, devant leurs prouesses. http://judobrissacquince.centerblog.net Le Maine-et-Loire compte 234 licenciés handisports répartis dans deux clubs (Handisport Choletais et Handisport Angers) et huit sections rattachées à un club valide. Une quinzaine de disciplines sont pratiquées. CORALIE PILARD



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :