[49] Maine & Loire n°17 jui/aoû 2012
[49] Maine & Loire n°17 jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de jui/aoû 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Maine-et-Loire

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,3 Mo

  • Dans ce numéro : l'Anjou, pays du cheval.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
04 | finances départementales Budget : une gestion rigoureuse efficace Un important travail d’optimisation a été conduit ces derniers mois par le Conseil général. Par ailleurs, le compte administratif témoigne d’un taux d’exécution très important (97,7% du budget voté en fonctionnement et 85,7% en investissement). Il dégage un solde positif de 15 millions d’euros qui permet de financer des mesures nouvelles dans le cadre du budget supplémentaire 2012. Réunie les 25 et 26 juin derniers, l’Assemblée départementale a choisi de les affecter notamment à l’éducation, aux personnes âgées et au développement économique. un solde positif de 15 millions d’euros Dépenses recettes Conforme aux prévisions, le budget définitif 2011 a été validé par les conseillers généraux lors de l’Assemblée départementale du mois de juin. Avec un montant de dépenses brutes de 678,53 millions d’euros (546,66 millions d’euros de fonctionnement et 131,87 millions d’euros d'investissement), celui-ci est en diminution de 1,25% par rapport à l’année 2010. Un excédent de 15 millions d’euros a été dégagé, provenant en grande partie des efforts de maîtrise engagés par la collectivité. 97 M € 678,53 M € 703,25 M € Le recours à l’emprunt continue de diminuer en 2011. 72 M € 52 M € 42 M € 2009 2010 2011 2012 L’épargne brute s’est fortement améliorée. Elle s’élève à 51,32 millions d’euros. Appelée aussi « capacité d’autofinancement », l’épargne brute correspond à la différence entre les recettes et les dépenses de fonctionnement. Plus elle est élevée, plus elle témoigne de la bonne santé d’une collectivité, de sa capacité à investir et à rembourser sa dette. une épargne brute en hausse constante 35,92 M € 42,92 M € 51,32 M € 2009 2010 2011 Une dette maîtrisée La capacité de désendettement du Département s’est améliorée : elle est ainsi passée de 9 ans et 4 mois en 2010 à 8 ans et 4 mois en 2011. Le montant de la dette s’élève aujourd’hui à 551 € par habitant en Maine-et-Loire, alors que celle de l’État atteint les 30 000 € par habitant, et celle de la Communauté de l’agglomération d’Angers 1 500 €. Mensuel du Conseil général de Maine-et-Loire | N°17 JUILLET 2012
corAlie pilArd finances départementales | 05 Les mesures complémentaires adoptées par l'Assemblée départementale Développement et recherche : Appui au développement numérique du territoire, aides aux communes… Solidarités : Soutien aux personnes âgées et handicapées, aide sociale à l’enfance, versement du RSA.. Éducation, culture et sport : Financement du plan numérique des collèges, subventions aux théâtres de Cholet et de Saumur… Aménagement et environnement : Subventions pour les travaux d’assainissement sur le territoire… Au vu du contexte social et économique difficile, l’Assemblée départementale a volontairement choisi de garder près de quatre millions d’euros disponibles, qui permettront de faire face aux aléas de la conjoncture. L’aide aux personnes âgées est au cœur de la politique de solidarité du Conseil général, qui favorise le maintien à domicile et finance les structures d’hébergement adaptées. Des dotations de l’État en baisse Mauvaise nouvelle pour le Département, les dotations de l’État destinées à financer les compétences transférées au fil des réformes de décentralisation diminuent encore cette année, forçant le Conseil général à puiser dans d’autres ressources pour assurer ses missions obligatoires : routes, gestion des collèges, aides aux personnes âgées et handicapées... Pénalisé par sa bonne gestion, il 1,31 M € 1,55 M € 1,08 M € 7,15 M € Depuis 2003, le Conseil général accompagne le développement du numérique en Maine-et-Loire, via Melisa, un réseau capable de desservir tout le département. ne bénéficie pas non plus du fonds de soutien créé par l’État pour les Départements les plus en difficultés. À cela s’ajoute une baisse des dotations compensatoires de fiscalité notamment celle de la Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE). Au total, ce sont ainsi près de 2,6 millions d’euros en moins pour le budget du Conseil général. c. pilArd



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :