[49] Maine & Loire n°15 avril 2012
[49] Maine & Loire n°15 avril 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de avril 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Maine-et-Loire

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : insertion, cap sur l'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 | la paGe du véGétal sciences Des chercheurs angevins au chevet du kiwi Pseudomonas syringae pv actinidiae. Derrière cette coquette désignation latine se cache une redoutable bactérie. Objet de toutes les attentions, elle a mobilisé durant plusieurs mois une équipe de chercheurs du Laboratoire Anses de la santé des végétaux à Angers. Cette bactérie peut être fatale en quelques semaines à l’actinidia sp, l’arbre à kiwi. Il inquiète sérieusement les professionnels, notamment dans les vergers d’Aquitaine qui produisent 54% des kiwis français. Jusqu’à présent, le Maine-et- Loire est plutôt épargné par l’épidémie. Un desséchement des rameaux, des tâches brunes sur les feuilles et un écoulement de couleur rouille sont les symptômes de cette sévère bactériose qui résiste pour l’instant aux traitements. En 2011, près de 700 prélèvements suspicieux ont été adressés au Laboratoire de la santé des végétaux. En collaboration avec des homologues néo-zélandais et en bref rendez-vous dans le viGnoble Partir à la rencontre d’un vigneron et de ses terres, comprendre son travail, partager sa passion... C’est ce que propose le Musée de la vigne et du vin d’Anjou avec la 7 e édition des rendez-vous dans le vignoble. initiation à la biodynamie, conseils pour la taille de vigne, accords mets et vins... 16 visites thématiques sont programmées jusqu’en novembre, autant d’occasions de découvrir le vignoble d’Anjou et de Saumur autrement ! http://www.rendezvousdanslevignoble.com italiens, l’équipe de bactériologie a réussi à établir une méthode de détection efficace. « La difficulté était de trouver un procédé applicable aux différents types d’échantillons : feuilles, pieds, rameaux », PAgE rÉALiSÉE En PArTEnAriAT AVEC VÉgÉPOLYS, PôLE DE COMPÉTiTiViTÉ ShutterStock C’est ici, en 2010, que la bactériose du kiwi a été isolée et identifiée pour la première fois en France. explique Nathalie Franquet, la directrice de l’établissement. Validée, cette méthode pourra désormais être utilisée par d’autres laboratoires. www.anses.fr La recherche se structure en Anjou Intégré à l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) depuis 2011, le laboratoire de la santé des végétaux installé sur la Technopole d’Angers vient de s’agrandir. Ces travaux, pour lesquels le Conseil général a versé 1,6 million d’euros, offrent de meilleures conditions de travail printemps floral à avrillé Marché aux fleurs et plantes, dégustation et vente de produits locaux, promenades à dos d’ânes, spectacles et expositions… Dimanche 15 avril, de 10 heures à 18 heures, la ville d’Avrillé invite petits et grands à venir fêter le printemps sur l’esplanade de la mairie. Une journée dédiée à la nature ponctuée de nombreuses animations ! Entrée libre. www.ville-avrille.fr printeMpS floral à ce laboratoire national de référence. Par ailleurs, le 1er janvier dernier, les quatre unités mixtes de recherche de l’Inra, de l’Agrocampus Ouest et de l’Université d’Angers ont fusionné pour former l’Institut de recherche en horticulture et semences (IRHS). Il regroupe 220 chercheurs, enseignantschercheurs, ingénieurs et techniciens. en cHiffre 264 horticulteurs et pépiniéristes de Maine-et-Loire figurent sur le site internet www.vegeloire.com Développé par le Bureau horticole régional, ce portail met gratuitement en contact les entreprises de la région et les acheteurs professionnels de végétaux d’ornement. Un moteur de recherche permet, en quelques clics, de trouver soit un type de plante, soit directement un professionnel. Mensuel du Conseil général de Maine-et-Loire | n°15 avril 2012 CoRalie PilaRD
Jean-Louis Pesch, l’éternel croqueur d’histoires À l’image de ses personnages, le temps n’a pas d’emprise sur lui. À 83 ans, l’auteur aux 20 millions d’albums de Sylvain et Sylvette a gardé son âme d’enfant inspiré par ses vertes années à Juvardeil. Il nous accueille sur le perron de sa maison. jean-louis pesch vit dans une coquette ferme avec sa femme, arlette, et leurs animaux. des poules, deux oies, deux ânes, deux chats et, évidemment, tintin, le chien qui ne manquera rien de notre entretien. nous sommes à quelques kilomètres seulement de juvardeil, théâtre de ses premiers souvenirs. très tôt confié à sa tante et sa grand-mère paternelle, il fut élevé ici, à la campagne, sur les méandres de la sarthe. « J’y ai passé toute mon enfance en compagnie de Jeanine, une fillette de mon âge en pension dans une ferme voisine. On gardait les vaches et on se promenait sur l’âne », raconte-t-il. elle me disait toujours : « Quand nous serons mariés, je tiendrai l’épicerie du village et toi, tu seras dessinateur. » À l’époque, il s’appelait encore jean-louis poisson. « Aujourd’hui, il n’y a bien que les impôts qui me connaissent encore sous ce nom », lance-t-il en souriant. au moment de signer ses premiers croquis publicitaires et bandes dessinées, il s’est fait appeler pesch, littéralement poisson en gascon. « Je voulais me démarquer. Dans l’annuaire de Paris et sa banlieue, une dizaine de dessinateurs portait le même nom que moi. » depuis plus de 50 ans, son nom reste intimement associé à celui de ses personnages, sylvain et sylvette. les aventures de ces enfants entourés de leurs chers animaux et des espiègles compères évoquent sa propre enfance à juvardeil, aux côtés de jeanine. cet insatiable raconteur d’histoires a animé de nombreux autres personnages. c’est lui, le père de Bec-en-Fer, ce drôle de corbeau en armure sorti tout droit du maine en plein moyen âge, dont il rêve de poursuivre les péripéties dans un huitième album. « artisan-ruralbesogneux », comme il aime à se définir, jean-louis pesch continue de s’amuser en dessinant tous les jours. « Je n’ai pas l’impression de vieillir », confie-t-il. « Ma plus belle fierté est d’avoir donné le goût de la lecture à des milliers d’enfants. » BiO ExPrESS rencontre | 23 1 9 28 : naissance à Paris. 1951 : se lance dans la création de personnages de bandes dessinées publicitaires. 1956 : reprend la série Sylvain et Sylvette créée en 1941 par Maurice Cuvillier. 2010 : reçoit les insignes d’Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres. 2012 : réédition de la série Bec-en-Fer aux éditions L’àpart. CoRalie PilaRD



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :