[49] Maine & Loire n°13 déc 11/jan 2012
[49] Maine & Loire n°13 déc 11/jan 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de déc 11/jan 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Maine-et-Loire

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : chaque jour, sur la route, pour vous.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
08 | on vous simplifie la vie Aux côtés des jeunes en difficulté Face à l’exclusion et aux conduites à risques de certains jeunes, le Conseil général recourt à la prévention spécialisée. Elle participe à la protection de l’enfance et à la prévention de la délinquance dans les quartiers sensibles. 01 | Qu’est-ce la prévention spécialisée ? C’est une action éducative qui vise à faciliter l’insertion sociale des adolescents et des jeunes adultes en situation de rupture ou d’exclusion. Cette responsabilité appartient au Conseil général dans le cadre de l’Aide sociale à l’enfance. En Maine-et-Loire, le Département a confié l’exercice de cette mission à l’Association pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (Asea), qui intervient dans les quartiers dits « sensibles » d’Angers, Cholet, Saumur et Trélazé. 02 | À qui s’adresse-t-elle ? La prévention spécialisée cible les jeunes de 12 à 25 ans dont les relations sont devenues difficiles, voire conflictuelles, avec les adultes et les institutions. Elle vise plus particulièrement ceux qui n’osent pas aller vers des structures d’aide (Maisons départementales des solidarités, Missions locales…). La prévention spécialisée soutient aussi les parents et les familles, souvent démunis face aux difficultés rencontrées par leurs enfants. 03 | Qui assure cette mission ? Les éducateurs de rue sont les acteurs principaux de la prévention spécialisée. Présents dans les quartiers, ils vont au Marie-Pierre Martin, vice-présidente du Conseil général « En plus de la prévention spécialisée, le Conseil général intervient, sur tout le territoire, pour favoriser l’insertion sociale et professionnelle des 18-25 ans. Dans le cadre du Fonds d’aide aux jeunes, ils peuvent bénéficier d’un coup de pouce pour la formation, le logement ou le transport. » anita nouteau CE QU’ILS EN PENSENT Noura Djeridi, chef de service éducatif à l’Asea « Le travail de l’éducateur de rue est un véritable engagement au quotidien. Il se fait avec une grande discrétion et dans le respect de l’anonymat, des conditions indispensables pour rendre possible l’instauration d’une relation de confiance. Celle-ci n’est jamais acquise car elle se fait avec la libre adhésion des personnes. » nicolas roy contact et échangent avec les jeunes. Grâce à cette médiation, ils tentent d’éviter les conduites à risques, la violence, la délinquance, et favorisent l’accès aux droits à l’éducation, la santé, le travail ou la culture. Ils les accompagnent au travers de chantiers éducatifs (restauration d’un local collectif, déménagement, lavage de voitures, entretien d’espaces verts…), rémunérés sur la base du Smic. bon à savoir Les chantiers éducatifs permettent de responsabiliser des jeunes sur des situations très concrètes. 31éducateurs de rue, quatre chefs de service et un directeur assurent les missions de la prévention spécialisée à Angers, Cholet, Saumur et Trélazé. Le Conseil général finance à 90% la prévention spécialisée et y consacre chaque année 2,2 millions d’euros. plus en savoir http://asea49.asso.fr www.cg49.fr 02 41 18 58 58 En 2010, 2 639 jeunes ont été en contact avec les éducateurs de rue. 57% d’entre eux ont bénéficié d’un accompagnement éducatif. 6 chantiers éducatifs ont été menés en 2010, qui ont concerné 27 jeunes. Association pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (Asea) 83, route de Beaufort - 49124 Saint-Barthélemy-d’Anjou Mensuel du Conseil général de Maine-et-Loire | n°13 décembre 2011 coralie pilard
Des grands événements aux plus simples témoignages du quotidien, c’est toute la mémoire de l’Anjou depuis le haut moyen âge qui est minutieusement conservée dans les rayons des Archives départementales. Une richesse à portée de main… ou de clic. CE QU’ILS EN PENSENT Gilles Grimaud, vice-président du Conseil général « Les Archives départementales assurent la conservation et la communication des documents qui ont fait l’histoire de notre territoire et de ses habitants. Elles ont aussi une mission de service public en conseillant les personnes et les organismes détenteurs d’archives publiques et privées. » on vous simplifie la vie | 09 Les Archives, la mémoire du département 01 | Que peut-on trouver aux Archives ? Tout, ou presque. Les fonds anciens, qui remontent à l’époque des premiers descendants de Charlemagne, aiguiseront l’appétit de connaissances des historiens et des étudiants. Les passionnés de généalogie détricoteront le fil de leur histoire familiale grâce aux registres paroissiaux et de l’état civil. D’autres dénicheront un contrat d’apprentissage ou de travail pour partir à la retraite, un jugement, une reconnaissance de paternité et bien d’autres documents indispensables pour faire valoir certains droits. 02 | Est-ce possible de consulter sur Internet ? Depuis la mise en ligne d’une partie des collections en 2008, vous êtes toujours plus nombreux à profiter de la consultation à distance. Si 90% des connexions concernent l’état civil, de nombreux autres documents sont accessibles sur le site Internet. Vous pouvez accéder, entre autres, à des registres militaires, à plusieurs titres de la presse ancienne et à l’intégralité du cadastre du xix e siècle. 03 | Quelles sont les autres missions des Archives ? Son rôle ne s’arrête pas à la conservation. Le service culturel anita nouteau Émile Jayer, usager des Archives départementales « À la première visite, on vous remet gratuitement une carte d’inscription qu’il faut ensuite valider tous les ans. Vous vous installez dans la salle de consultation, vous choisissez les dossiers que vous souhaitez étudier et vous validez sur un ordinateur. On vous avertit dès qu’ils sont prêts, c’est très simple. » Nicolas Roy La salle de lecture des Archives est ouverte le lundi, de 13 h 30 à 18 heures, et du mardi au vendredi de 9 heures à 18 heures. La consultation des documents est libre et gratuite. et éducatif propose des animations variées à destination des scolaires et du grand public. Conférences, publications, expositions (actuellement sur les décors et les enluminures des manuscrits), ateliers thématiques sur l’écriture ou la lecture des textes anciens constituent autant d’occasions de découvrir autrement l’histoire de l’Anjou. en savoir plus www.archives49.fr bon à savoir 40 km d’articles sont entreposés dans les rayons des Archives départementales, au rythme de 500 m supplémentaires chaque année. 4 000 scolaires découvrent chaque année les Archives départementales au travers de visites et d’ateliers. Toutes les infos au : 02 41 80 80 00 1 171 ans, c’est l’âge du plus vieux document conservé. Il s’agit d’un parchemin signé par Pépin d’Aquitaine confirmant les privilèges de l’abbaye de Saint-Florent-le-Vieil. 3 000 visiteurs fréquentent quotidiennement le site Internet. Archives départementales de Maine-et-Loire 106, rue de Frémur - BP 80744 - 49007 Angers cedex 01 Coralie Pilard



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :