[49] Maine & Loire n°13 déc 11/jan 2012
[49] Maine & Loire n°13 déc 11/jan 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de déc 11/jan 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Maine-et-Loire

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : chaque jour, sur la route, pour vous.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 | expression des élus Comme le prévoit la loi sur la démocratie de proximité, le magazine du Conseil général de Maine-et-Loire ouvre une page consacrée à l’expression des groupes politiques représentés au sein de l’Assemblée départementale. vos élus de la majorité départementale Politiques sociales : l’indispensable réforme La crise et ses conséquences sur les populations fragiles appellent plus que jamais le département à jouer son rôle de « bouclier social ». Toutefois, avec la hausse ininterrompue des dépenses sociales qui ont doublé en dix ans et des recettes qui stagnent, voire régressent du fait de la crise, les budgets de tous les départements sont en tension, du fait de l’effet de ciseaux qui touche les finances publiques. En effet, l’ensemble des prestations sociales - RSA, Prestation du handicap (PCH) ou Allocation pour personnes âgées (APA) - relève de décisions nationales et les Conseils généraux ne choisissent ni les montants ni les critères d’attribution. Aujourd’hui, l’État ne compense pas intégralement les compétences transférées aux départements et il apparaît évident, au vu de la situation financière du pays, qu’il n’y aura pas de recette miracle à attendre ! Le Maine-et-Loire n’échappe pas à ces difficultés, mais il entend agir en responsabilité pour participer, à proportion de ses moyens, à l’effort de consolidation des comptes publics. Le Sénat à gauche Élection historique le 25 septembre dernier : le Sénat a basculé à gauche pour la première fois sous la v e République. Notre département a participé à cette victoire en élisant deux sénateurs de gauche : Daniel Raoul et Corinne Bouchoux. Les élus locaux ont voulu exprimer leur mécontentement vis-à-vis des politiques menées par le Gouvernement : réforme territoriale, suppression de la taxe professionnelle et, de façon plus générale, la mise à mal des services publics (postes, tribunaux, écoles, etc.). Ce sont aussi les Le groupe de gauche Réaliste, la majorité départementale a fait des choix courageux et mis en place des dispositifs innovants permettant de faire des économies de fonctionnement sans générer de dépenses supplémentaires. Ainsi, en partenariat avec l’Association des maires, une démarche de mutualisation avec l’ensemble des collectivités a été engagée pour leur permettre de bénéficier d’une assistance juridique, technique, et d’un accès gratuit à une plate-forme de dématérialisation des marchés publics. Néanmoins et malgré tous ses efforts, il est évident que nous ne ferons pas l’économie à l’échelon national de réformes structurelles pour assumer nos politiques sociales. Cela passe forcément par une réforme fiscale afin que les collectivités aient les moyens de gérer leurs compétences et d’assumer leurs choix mais aussi et surtout, par une grande loi sur la prise en charge de la dépendance, qui est une impérieuse nécessité sociétale, sociale mais aussi budgétaire pour les Départements. charges que l’État a transférées aux Départements et qu’il n’a jamais remboursées. Ainsi, l’État a une dette d’environ 200 millions d’euros vis-à-vis du Maine-et-Loire. Aujourd’hui, le Sénat a déjà demandé au gouvernement un moratoire sur la réforme territoriale. Il va aussi œuvrer pour la refonte des finances locales, la mise en place d’une solidarité territoriale et le rétablissement d’un vrai dialogue avec les élus locaux. Le Sénat va pouvoir redevenir le défenseur des services publics locaux. Mensuel du Conseil général de Maine-et-Loire | n°13 décembre 2011
FFN DPPI Angers Natation Course, plongez dans le grand bain Vous savez nager, vous souhaitez vous perfectionner et, pourquoi pas, vous lancer dans la compétition. Angers Natation Course vous tend la perche. À Angers Natation, il y a trois associations : le water-polo, l’école et la course. « Nous nous adressons uniquement aux personnes qui savent nager, précise d’emblée Philippe Leblond, le président de la section course. À partir de 7 ans et jusqu’aux vétérans, nous avons une offre complète avec différents groupes, selon le niveau de pratique et l’implication ». La formule a convaincu 440 licenciés cette année. Deuxième club régional et 49 e français (sur 1 016), Angers Natation Course (ANC) accompagne les jeunes jusqu’au plus haut niveau, à l’image de Nathan Cotereau, déjà champion de France benjamin du 100 m nage libre cet été. Si, dans l’eau, l’effort demeure individuel, la natation devient une discipline collective autour du bassin. « C’est un sport exigeant, l’émulation au sein du groupe est importante pour atteindre ses objectifs individuels », assure Philippe Leblond. Animées par cinq entraîneurs salariés, Alain Bernard, déjà vu à Angers en 2008, revient avant les Jeux de Londres en 2012. dont deux à temps plein, et autant de bénévoles, les séances sont dispensées du lundi au samedi dans cinq piscines différentes : André-Bertin, Belle-Beille, La Roseraie, Monplaisir et Jean-Bouin. plus en savoir Des stars à la piscine Jean-Bouin À huit mois des Jeux olympiques de Londres et à seulement une semaine des championnats d’Europe en Pologne, la crème de la natation tricolore a rendezvous à Angers, du 2 au 4 décembre 2011. Le champion olympique Alain Bernard, les champions du monde Jérémy Stravius, Alexianne Castel, les médaillés olympiques, Hugues Duboscq et Amaury Leveaux, devraient faire bouillir le bassin de la piscine Jean-Bouin lors de ces championnats de France vos clubs sportifs | 17 www.angers-natation.com La natation est un sport individuel, mais l’émulation du groupe est indispensable pour progresser. EN PRATIQUE Angers Natation Course 31, boulevard de Coubertin, Angers. Tél. : 02 41 80 65 79. Tarif d’une licence : de 160 € à 212 €. 25m, organisés avec le soutien du Conseil général. « C’est une belle vitrine. Tout le monde est mobilisé au sein d’Angers Natation mais également dans les autres clubs du département, souligne Philippe Leblond, le président d’ANC. On implique nos jeunes dans l’organisation pour qu’ils puissent côtoyer leurs idoles, ça les conforte dans leur passion. » Le public non plus, ne s’y est pas trompé, l’événement affiche complet ! coralie pilard



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :