[49] Maine & Loire n°13 déc 11/jan 2012
[49] Maine & Loire n°13 déc 11/jan 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de déc 11/jan 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Maine-et-Loire

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : chaque jour, sur la route, pour vous.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 | dossier Pour l’entretien de son réseau routier, le Conseil général privilégie les techniques respectueuses de l’environnement et du développement durable. Sur les dix dernières années, la quantité de produits phytosanitaires utilisée pour désherber les bas-côtés a été divisée par six. « La plupart de nos agents en sont convaincus, assure Christian Galuret au Liond’Angers. On trouve des solutions alternatives. Ici, on a mis au point un prototype d’engin pour racler et retourner la terre sur le bord de la route. Ça fonctionne bien et remplace le désherbant. Sur certaines zones, où cela n’altère pas la visibilité, on préfère laisser pousser la végétation. » C’est tout le sens du fauchage raisonné lancé au printemps 2011. Cette pratique prévoit des coupes différenciées au lieu d’un fauchage systématique des À Candé, les agents ont garni d’enrobé certains îlots centraux. Une solution afin de ne plus utiliser de produits phytosanitaires pour l’entretien. Un service de proximité est assuré sur tout le territoire grâce aux agences techniques et aux centres d’exploitation. accotements trois fois par an. Elle permet non seulement de préserver la richesse naturelle des bas-côtés, mais aussi de réduire la consommation d’énergie. La même logique prévaut l’hiver à l’heure du salage des routes. Plutôt qu’un traitement systématique, les équipes tentent de maîtriser au mieux les dosages appliqués pour diminuer l’utilisation de sel. Grâce à la surveillance du réseau, la connaissance du terrain et la réactivité des agents, le déclenchement de l’intervention se fait au plus près de l’apparition du givre. Tout cela participe à concilier respect de l’environnement et sécurité des usagers, le leitmotiv des agents d’exploitation des routes du Conseil général. plus en savoir www.cg49.fr De la « DDE » au Conseil général Quand on évoque l’entretien ou l’aménagement des routes départementales, c’est encore bien souvent les trois lettres « DDE » et la couleur orange qui viennent à l’esprit. Pourtant, la Direction départementale de l’équipement (DDE), service déconcentré de l’État, a cessé d’être. Les réformes de décentralisation ont confié progressivement au Conseil général, la compétence de l’aménagement, de l’entretien et de l’exploitation du réseau départemental puis des routes nationales d’intérêt local (242 kilomètres en Maine-et-Loire). Les quatre agences techniques départementales ont été créées en 2001. Depuis 2008, le Conseil général assure également la gestion des voies rapides de l’agglomération angevine. Mensuel du du Conseil général de Maine-et-Loire | n°13 | décembre 2011
Eric Jabol viabilité hivernale dossier | 15 Depuis le 14 novembre, la vigilance est montée d’un cran dans les services chargés de la surveillance et l’entretien du réseau routier départemental. Tous les ans, à l’approche des premiers grands froids et des risques de verglas, de givre et de neige, le Conseil général active son plan de viabilité hivernale. Il sera opérationnel jusqu’au 27 février.• Mesurer les risques Un bulletin météo quotidien permet d’évaluer les risques et d’anticiper les interventions. Ces prévisions sont affinées par cinq patrouilleurs, un dans chaque agence technique départementale et un à l’unité des voies d’Angers. Ils consultent les douze stations météorologiques réparties sur le territoire et réalisent des mesures encore plus précises directement sur la chaussée : taux d’humidité et température.• Trois niveaux de service Trois niveaux d’intervention ont été 1 678 tonnes de sel ont été utilisées durant l’hiver 2010-2011. Les saleuses du Département sont mobilisables 24h/24 pour dégager les 780 km du réseau principal. Le Conseil général sur le qui-vive déterminés. Le premier concerne le réseau principal (780 km), notamment les voies rapides, avec un principe de mobilisation 24 h/24. Le deuxième prévoit de traiter les secteurs moins fréquentés (480 km). Enfin, le troisième a pour objectif de désenclaver les territoires ruraux.• Salage plutôt que sablage Le salage a été préféré au sablage qui, s’il permet de redonner une adhérence à la chaussée verglacée, la rend glissante après la disparition du phénomène. Les agents du Conseil général utilisent Grâce à douze stations météorologiques installées sur tout le territoire, les agents disposent de données très précises pour mesurer les risques de givre, verglas ou neige. des saleuses « nouvelle génération » avec un réservoir à saumure (solution aqueuse de sel). L’épandage de la saumure et du sel crée une bouillie qui améliore la rapidité de la fonte de la glace tout en limitant les déplacements du sel sur la chaussée.• Une information quotidienne Pendant la période hivernale, le Conseil général communique à la presse, dès 7 heures chaque jour, l’état des routes et les conditions de circulation. Ces informations figurent également sur le site Internet www.cg49.fr 18 équipes soit 40 agents sont mobilisables 24 h/24. Jean-ClaudeHermaize



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :