[49] Maine & Loire n°13 déc 11/jan 2012
[49] Maine & Loire n°13 déc 11/jan 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de déc 11/jan 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Maine-et-Loire

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : chaque jour, sur la route, pour vous.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 | dossier Michèle Bernard nous attend sur son lieu de travail, à l’Agence technique départementale (ATD) de Doué-la-Fontaine. Son métier : agent d’exploitation des routes. Sa particularité : être la seule femme parmi les 226 agents du Conseil général qui gèrent et entretiennent quotidiennement le réseau routier du département. « Oh vous savez, ça ne change pas grandchose, homme ou femme, nous faisons le même métier », coupe-t-elle rapidement. En tendant un gilet de sécurité, elle nous invite à rejoindre ses collègues sur le chantier de la future 2x2 voies en direction de Saumur. Ces travaux programmés et financés par le Conseil général ont été confiés à une entreprise spécialisée. L’équipe de Michèle Bernard a été dépêchée sur place pour mettre en place une déviation le long du chantier. Le crachin, les bourrasques de vent et les véhicules qui ne semblent pas toujours remarquer leur présence ne freinent pas leur élan. En quelques minutes, des L’entretien des routes n’est pas qu’une affaire d’hommes. Michèle Bernard (Doué-la-Fontaine) est la seule femme agent d’exploitation de Maine-et-Loire. 150 km de 2x2 voies sur le réseau départemental. DR parole de pro Benoit Courtemanche Responsable d’exploitation en Maine-et-Loire pour une entreprise de travaux publics séparateurs de voies sont installés pour faire place aux engins. « Je me plais où je suis, confie-t-elle sur le chemin du retour. J’ai vraiment le sentiment d’être utile, de rendre service au public en améliorant la sécurité sur la route. » un réseau sous haute surveillance Des agences comme celle de Doué-la- Fontaine, il y a en trois autres dans le département, à Beaupréau, au Liond’Angers et à Baugé, auxquelles s’ajoute l’unité des voies d’Angers. Chacune d’elles comprend plusieurs centres « Plutôt que de refaire à neuf l’enrobé de certaines routes du réseau départemental, nous procédons au recyclage de la chaussée existante. Nous revalorisons le granulat en le traitant avec un liant hydraulique ou bitumineux. Cette technique plus respectueuse de l’environnement reconstitue une nouvelle assise stable, homogène et résistante. Depuis que nous intervenons, 30 000 m² de chaussées ont été traités en Maine-et-Loire pour une économie en matériaux de 3 000 tonnes. » Le marquage au sol est régulièrement rénové. Les agents, ici à Combrée, réalisent cette opération pendant les beaux jours entre mai et septembre. 21,9 M € consacrés par le Conseil général à l’entretien et à l’exploitation des routes en 2011. Mensuel du du Conseil général de Maine-et-Loire | n°13 | décembre 2011
Antonio Bozzardi d’exploitations, constitués d’équipes de six à dix agents, qui ont en charge entre 200 et 250 kilomètres de route. Leurs missions sont très variées et souvent saisonnières. « Dès le retour des beaux jours, les tâches d’entretien sont plus nombreuses, explique Christain Galuret, responsable de l’ATD du Lion-d’Angers. On répare la chaussée. On appelle cela le reprofilage, cela consiste à éliminer les ornières. C’est également la période des premiers fauchages sur les accotements et des travaux de marquage au sol qui nécessitent une route sèche. » Les agents assurent aussi les petits chantiers de rénovation des ponts, la réparation ou le remplacement des panneaux de signalisation. Si l’hiver, l’activité d’entretien tourne un peu plus au ralenti, la surveillance du réseau est accrue. Les équipes d’astreinte sont doublées dans le cadre de la viabilité hivernale (lire page 15). Pour répondre à toutes les urgences, le service des routes est opérationnel toute l’année, 24 h/24. Quand survient un accident, c’est lui qui organise une Inaugurée au printemps 2011, la technique du fauchage raisonné est plus économique et respectueuse de la biodiversité. 12 millions de km parcourus chaque jour par les automobilistes sur les routes du Conseil général. déviation ou sécurise les lieux pour faciliter l’intervention des secours. Il débarrasse aussi la chaussée de tous les obstacles susceptibles de rendre la circulation dangereuse : matériaux, animaux morts, végétation… Le respect de l’environnement « Il y a de tout le long des routes, déplore Marc Aubry, chef d’équipe au centre d’exploitation de Saint-Melaine-sur-Aubance. C’est inimaginable. Des bouteilles, des canettes de bière, des emballages plastiques, des produits dangereux… Un jour, on a même fait appel au service de déminage parce que l’on avait trouvé une grenade. » Chaque semaine, quand les agents de Saint-Melaine-sur-Aubance font la tournée de la trentaine de poubelles installées sur les aires de repos et parking, ils récoltent de 300 kg à 500 kg de déchets. « On aimerait que certains usagers soient plus courtois envers ceux qui nettoient les routes et les accotements », souligne Denis Froger, un agent. parole d’élu Jacques Hy Vice-président du Conseil général en charge des routes, déplacements et transports. « Depuis plusieurs années, le Conseil général s’est engagé dans une démarche de prévention des risques sur les routes du département. L’objectif est d’identifier les zones potentiellement dangereuses en s’appuyant sur les observations des agents et les témoignages des élus locaux. En effet, les seules statistiques des accidents corporels fournis par les services de secours ne suffisent pas. Des traces de pneus ou de simples sorties de route permettent également de répertorier les secteurs accidentogènes. Grâce à ces informations et à leur analyse, nous pouvons traiter ces zones à risques. Il s’agit souvent d’aménagements simples et rapides à mettre en œuvre pour prévenir des accidents aux conséquences plus graves. Meilleures signalisations, carrefours adaptés… Depuis 2007, 90 zones ont ainsi été traitées par nos services pour garantir une meilleure sécurité aux usagers de la route. » anita nouteau | 13 1000 ponts entretenus sur le réseau départemental.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :