[49] Maine & Loire n°12 novembre 2011
[49] Maine & Loire n°12 novembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de novembre 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Maine-et-Loire

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,9 Mo

  • Dans ce numéro : la boule de fort, l'Anjou adore.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 | dossier boit-sans-soif, ces lieux étaient réservés aux hommes. Là aussi, les temps ont bien changé. Si la boule de fort demeure encore un loisir majoritairement masculin, les femmes ont pris depuis une trentaine d’années leur place et des responsabilités dans les sociétés de boule de fort. En quête de renouveau Pour l’évoquer, nous sommes allés à Trélazé. La Tour du moulin est présidée depuis 2004 par une femme, Nicole Pilard. « Au début, c’était pour un intérim, lance-t-elle. Finalement, je suis toujours là. » Joël Gache, un ancien de la société, se souvient : « Dans les années 1950-1960, j’arrivais de Bel-Air de Combrée. Là-bas, les femmes étaient autorisées. Ici, ça a grogné quand on a voulu les faire entrer dans la société. Comme quoi, les mœurs évoluent parfois plus vite à la campagne À Miré, on a bricolé une machine pour nettoyer la boule. La boule de fort, c’est surtout l’occasion de se retrouver entre amies. À Trélazé, les femmes sont aujourd’hui une quarantaine. qu’en ville. » Elles sont actuellement 40 à La Tour du moulin. La plus jeune a 30 ans, la plus ancienne fête ses 90 ans. « Je viens ici depuis que je suis à la retraite, témoigne Marcelle Derues, 71 ans. C’est très agréable et convivial. On rigole bien et on rencontre du monde. » Les sociétés de boule de fort ont beau s’ouvrir aux femmes et aux plus jeunes, la moyenne d’âge des membres menace néanmoins leur avenir. « On essaye de se faire connaître. On accueille des écoles et des groupes de touristes, précise Nicole Pilard. Il nous faut du renouveau. » À Miré, José Ribeiro s’inquiète aussi : « Qui va nous remplacer plus tard ? Même si nos jeunes ne restent pas, c’est important qu’ils sachent jouer. Un jour, ils pourront toujours revenir... » Et ainsi entretenir une tradition angevine qui gagne à être connue. plus en savoir La boule de fort vous tente ? Pour connaître la société la plus proche de chez vous, consultez l’annuaire de la fédération. http://fedebouledefort.free.fr 7% des sociétaires sont des femmes. Des cousins ch’tis et grand-bretons Pratiquée exclusivement sur le territoire de l’ancienne province d’Anjou, la boule de fort a quelques vieux cousins outre-manche et chez les Ch’tis. Les premiers sont peut-être ses ancêtres les plus lointains Dans une tradition so british, le flat green bowls se joue sur gazon, entouré d’un fossé, avec des boules décentrées. Les joueurs, traditionnellement tout de blanc vêtus, lancent leur boule à partir d’un tapis en plastique pour préserver le gazon. Le jack est le cochonnet. En France, autour de Tourcoing et Wattrelos, on joue à la bourle. Comme sa cousine angevine, la boule est méplate. Mais elle n’est pas ferrée et peut peser jusqu’à neuf kilos. La Fédération des sociétés de bourle du Nord est jumelée avec celle de la boule de fort de l’Ouest. Des rencontres ont lieu régulièrement à Angers et Tourcoing. Jeu traditionnel anglais, le flat green bowls se joue sur gazon. Mensuel du du Conseil général de Maine-et-Loire | n°12 | novembre 2011
Depuis le xix e siècle, la pratique de la boule de fort se transmet de génération en génération. Aujourd’hui, les aînés entretiennent la tradition auprès des plus jeunes, comme à Miré où l’école est ouverte tous les mercredis. Le saviez-vous ? On ignore toujours l’origine exacte de la boule de fort. Certains pensent que les mariniers sur la Loire l’auraient inventée en jouant dans la cale des gabares. D’autres préfèrent la version des ouvriers espagnols, enrôlés au xviii e siècle pour rehausser la levée du fleuve. Ils auraient alors récupéré des boules issues des roulements à bille des moulins à vents pour jouer dans des fossés. Le mystère reste entier. C’est au cœur du Baugeois, que la pratique de la boule de fort est la plus assidue. Mazé en serait même la capitale. La ville comptait 32 jeux au siècle dernier. Il n’en reste plus que sept dont un en extérieur. C’est à Mazé qu’un forgeron aurait ferré la première boule de fort en 1845. À Vezins subsiste la seule société des Mauges. Les mauvaises langues diront que c’est un jeu de pantouflards... Avant d’entrer en piste, le joueur doit en effet chausser ses chaussons pour ne pas abîmer le jeu désormais réalisé en matière synthétique. À Cheviré-le- Rouge et au Louroux-Béconnais, on peut encore jouer sur terre. Il existe une Fédération de boule de fort de l’Ouest avec 307 sociétés dans le Maine-et-Loire, 35 dans la Sarthe, 15 dans l’Indre-et-Loire, trois en Loire- Atlantique, une en Mayenne et une dans le Loir-et-Cher. 20 000 euros sont alloués chaque année par le Conseil général pour rénover les terrains de boule de fort. dossier | 15 Ne perdez pas la boule ! La boule de fort a ses codes et son langage. Voici quelques expressions typiques que vous pourriez entendre si vous vous attardez autour du jeu. Donner de la charge : faire monter plus ou moins sa boule sur les pentes du jeu afin d’éviter les autres boules. Mettre le fort au bordel : mettre le fort de la boule d’un côté alors que l’on aurait dû le mettre de l’autre. Une faute d’inattention. Bauger : mesurer la distance entre le maître et les boules à l’aide d’une bauge (une baguette, une paille, un mètre) pour savoir qui a le point. Aller à Brion : Si à la fin d’une partie, les perdants n’ont marqué aucun point, la coutume veut qu’ils « bisent la Fanny », dont l’image, discrètement conservée près du jeu, est pudiquement recouverte d’un tissu. On dit aussi qu’ils vont à Brion, cette petite commune du Baugeois où, selon la tradition, une femme à l’attitude peu vertueuse aurait soulevé ses jupons pour recevoir la bise des perdants. Un challenge regroupant les « Brionneux » de l’année est organisé chaque année.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :