[49] Maine & Loire n°11 sep/oct 2011
[49] Maine & Loire n°11 sep/oct 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de sep/oct 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Maine-et-Loire

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : dépendance, le Conseil général n'oublie pas les proches.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 | vos rendez-vous dans les cantons alain CHudeau anGers-sud Le Clic d’Angers lance une large réflexion pour combattre l’isolement social dont souffrent beaucoup de personnes âgées. Superficie : 6 km 2 Population : 23 649 habitants Conseillère générale : norma mével-pla Communes : angers le clic lutte contre l’isolement Financé à 50% par le Conseil général, le Clic d’Angers a pour mission d’informer les personnes âgées et leur entourage et, si besoin, d’élaborer avec elles un plan d’aide au maintien à domicile avec les intervenants extérieurs. « Ce plan aura plus de chance de fonctionner avec un environnement social et familial développé », explique béatrice Gaignard, directrice du clic. or, une personne âgée est souvent une personne isolée. une étude, menée en 2010 auprès de 180 personnes accompagnées par le clic d’angers, a confirmé ce que constataient bon nombre de professionnels. « 50% des personnes sont en situation d’isolement social, précise béatrice Gaignard. Elles n’ont pas d’entourage familial ou amical proche. En dehors des professionnels, elles ont très peu de visites. » À partir de ce constat, le clic a lancé cette année une large réflexion pour imaginer un réseau social territorial d’aide aux personnes fragiles dans le quartier de la roseraie avec dans chaque immeuble, des personnes disponibles pour veiller sur leurs voisins âgés. « On invite tous les partenaires et volontaires à se joindre à nous », indique la directrice qui souhaite que ce projet s’inscrive dans une démarche participative. renseignements au 0 800 250 800. cHolet ii trémentines traite mieux ses eaux usées Mise en service au printemps 2010, la nouvelle station d’épuration de Trémentines permet de traiter efficacement tous les effluents de la commune. les stations du vieux ponts et des prés de Moine avaient fait leur temps. vétustes, les deux équipements qui ne répondaient plus aux normes, ont été démolis. la commune de trémentines bénéficie désormais d’une filière de traitement performante. la nouvelle station d’épuration dispose d’une plus grande capacité de traitement et répond à des normes de rejet très strictes imposées par la sensibilité de la rivière l’èvre. « Sa situation géographique a été retenue pour ne pas nuire au développement de la commune, souligne Marc Superficie : 231 km 2 Population : 26 454 habitants Conseiller général : Jean-pierre chavassieux Communes : chanteloup-les-Bois, cholet, les cerqueux-de-maulévrier, maulévrier, mazières-en-mauges, nuaillé, toutlemonde, trémentines, Vezins, Yzernay. Grémillion, le maire de trémentines qui se félicite de ce nouvel outil. Cela nous permet d’envisager l’extension de la zone d’habitation et de ne pas bloquer les projets de lotissements. » cet équipement, qui a reçu le soutien du conseil général à hauteur de 615 090 euros, s’inscrit dans une démarche ambitieuse engagée en 2001 par la communauté d’agglomération du choletais pour moderniser ses installations de traitement des eaux usées. l’objectif est d’être en conformité avec la réglementation en vigueur et de maîtriser les coûts d’entretien et de fonctionnement des installations. Le nouvel équipement a été installé au lieu-dit Le Pont Bleu à Trémentines. Mensuel du Conseil général de Maine-et-Loire | n°11 OCTOBRE 2011 alain CHudeau
Coralie Pilard Gennes Superficie : 163 km 2 Population : 7 328 habitants Conseiller général : alain lauriou Communes : ambillou-château, chemellier, chênehutte-trèves-cunault, coutures, gennes, grézillé, le thoureil, louerre, noyant-la-plaine, saint-georges-des-sept-Voies. Partenaire actif du projet, le Conseil général a participé à la construction de H2L à hauteur de 200 000 euros. H2l baigne dans l’huile installée sur la zone Actiparc de La Chesnaye à Ambillou-Château, l’huilerie de Loire en Layon, la seule du département, tourne depuis plus d’un an. elle fonctionne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. seul répit : quelques pauses pour la maintenance et l’entretien. l’huilerie de loire en layon ne s’arrête jamais. lancé dès 2005 par le pays de loire en layon dans le cadre d’un « pôle d’excellence rural », le projet prévoyait initialement la production de bio-carburant. finalement, après étude, il a été décidé de produire de l’huile végétale alimentaire et de valoriser le tourteau pour nourrir le bétail. « À Ambillou-Château, nous sommes à proximité de la zone céréalière du Gennois et du Douessin qui fournissent le colza et le tournesol, et de la zone d’élevage du Layon qui utilise le tourteau », explique Denis asseray, président de la cuma (coopérative d’utilisation de matériel agricole) gestionnaire de l’huilerie. le nombre d’adhérents, actuellement 73 agriculteurs situés dans un rayon de 40 kilomètres, ne cesse de croître. « Chaque exploitant reste propriétaire de sa récolte et peut donc récupérer sa quote-part de tourteaux et d’huile », précise Denis asseray. une société a été créée pour assurer la commercialisation de l’huile et des tourteaux des agriculteurs qui le souhaitent. les douze premiers mois de son activité, h2l a trituré 4 130 tonnes de graines, 65% de colza et 35 de tournesol. 1 500 tonnes d’huile et 2 400 de tourteaux ont été vendues. pouancé rien ne se perd, tout se transforme Dans quelques semaines, Méta Bio énergies (MBE), une société du groupe Chazé Environnement, inaugurera son unité de méthanisation et compostage à Bel-Air de Combrée. le concept est simple : utiliser les déchets pour produire de l’énergie et de l’engrais naturel. cet équipement, qui représente un investissement de neuf millions d’euros, a bénéficié d’une subvention de 105 000 euros de la part du conseil général. l’usine aura une capacité annuelle de traitement de 23 000 tonnes de déchets fermentescibles. « Elles seront essentiellement issues de l’industrie alimentaire, de l’agriculture et des déchets verts, indique Jean-paul chazé, responsable de Mbe. Produire de l’énergie verte en utilisant des déchets, c’est le pari de Méta Bio énergies. Superficie : 247 km 2 Population : 10 245 habitants Conseiller général : marie-Jo Hamard Communes : armaillé, Bouillé-ménard, Bourg-l’evêque, carbay, chazé-Henry, combrée, grugé-l’Hopital, la chapelle-Hullin, la prévière, le tremblay, noëllet, pouancé, saint-michel-et-chanveaux, Vergonnes. La production d’énergie se fera à l’aide d’un moteur à gaz. L’électricité verte sera vendue à EDF. L’eau chaude provenant du refroidissement du moteur sera utilisée dans une usine avoisinante. » au-delà de la méthanisation, Méta bio énergies sera la seule usine en europe à revaloriser les matières organiques restant après le process de méthanisation. Mélangées à des déchets verts et autres, elles pourront se substituer à l’engrais chimique et enrichir naturellement les sols des maraîchers et agriculteurs à l’horizon 2014-2015. Grâce à la production verte d’électricité et de chaleur, l’usine assurera une réduction de l’émission de dioxyde de carbone de 1 400 tonnes par an. | 17 Coralie Pilard



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :